share_book
Envoyer cet article par e-mail

La maladie comme métaphore : Le sida et ses métaphores

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La maladie comme métaphore : Le sida et ses métaphores

La maladie comme métaphore : Le sida et ses métaphores

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La maladie comme métaphore : Le sida et ses métaphores"

En 1978, à partir de métaphores suscitées par le cancer, Susan Sontag analyse aussi bien les sources médicales et psychiatriques que les textes littéraires de l'Antiquité aux temps modernes, de Keats Dickens, Baudelaire, James Mann, Joyce, Mansfield et Auden. Elle démystifie les fantasmes idéologiques qui démonisent certaines maladies et, par extension, culpabilisent les malades. Dans un second essai, écrit dix ans plus tard, Susan Sontag souligne à quel point le sida a réactivé le spectre de l'épidémie dont le monde moderne se croyait débarrassé. Certains en font la " peste " de notre temps, le châtiment infligé par Dieu aux groupes "déviants ". Susan Sontag dénonce ce catastrophisme et propose une réflexion extraordinaire d'intelligence et de culture historique, littéraire, philosophique, sur la propension qu'a l'homme.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 231  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Christian Bourgois Editeur Paru le
  • Collection : Titres
  • ISBN :  2267020599
  • EAN13 :  9782267020595
  • Classe Dewey :  306.461
  • Langue : Français

D'autres livres de Susan Sontag

Devant la douleur des autres

Si l'iconographie de la douleur nous accompagne depuis toujours — qu'on pense seulement aux tableaux décrivant la Passion du Christ, les souffrances des martyrs chrétiens ou à la série d'eaux-fortes réalisée par Goya, Désastres de la guerre -, ce n'est qu'avec la Guerre de Sécession [......

Sur la photographie

Susan Sontag est née à New York en 1933. Elle publie son premier roman à l'âge de trente ans. Dans les années 1960, elle écrit pour différents magazines et revues. Très engagée à gauche, figure de la scène new-yorkaise, elle est proche d'intellectuels français comme Roland Barthes, [....

L'Amant du volcan

Il Cavaliere, aristocrate britannique, est ambassadeur au royaume des Deux-Siciles. Collectionneur invétéré, il aime la frivolité de sa ville adoptive, l'opéra, les rues pavées de lave. Après la mort de son épouse, il fait la connaissance de la belle Emma et pour la première fois son coeur ...

La maladie comme métaphore

Kafka pensait que la tuberculose était le " germe de la mort ", Georg Groddeck affirmait que " ce qui n'est pas fatal n'a rien à voir avec le cancer ". A partir des métaphores suscitées par le cancer, Susan Sontag analyse aussi bien les sources médicales et psychiatriques que les textes littér...

Voir tous les livres de Susan Sontag

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1978, à partir de métaphores suscitées par le cancer, Susan Sontag analyse aussi bien les sources médicales et psychiatriques que les textes littéraires de l'Antiquité aux temps modernes, de Keats Dickens, Baudelaire, James Mann, Joyce, Mansfield et Auden. Elle démystifie les fantasmes idéologiques qui démonisent certaines maladies et, par extension, culpabilisent les malades. Dans un second essai, écrit dix ans plus tard, Susan Sontag souligne à quel point le sida a réactivé le spectre de l'épidémie dont le monde moderne se croyait débarrassé. Certains en font la " peste " de notre temps, le châtiment infligé par Dieu aux groupes "déviants ". Susan Sontag dénonce ce catastrophisme et propose une réflexion extraordinaire d'intelligence et de culture historique, littéraire, philosophique, sur la propension qu'a l'homme.