share_book
Envoyer cet article par e-mail

La musique, les images et les mots : Du bon et du moins bon usage des métaphores dans l'esthétique comparée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La musique, les images et les mots : Du bon et du moins bon usage des métaphores dans l'esthétique comparée

La musique, les images et les mots : Du bon et du moins bon usage des métaphores dans l'esthétique comparée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La musique, les images et les mots : Du bon et du moins bon usage des métaphores dans..."

Quels liens, tour à tour subtils, manifestes et féconds, la musique entretient-elle avec d'autres disciplines artistiques, plus particulièrement avec la littérature et les arts visuels? Pourquoi certains créateurs ressentent-ils le besoin de pratiquer des arts divers? Telles sont quelques-unes des questions qui ont inspiré ce recueil d'essais aussi érudits que passionnants sur l'art, ses métaphores, ses mécanismes. Traquant la figure du double au travers de la musique, des arts visuels et de la littérature, Jean-Jacques Nattiez réinterroge avec brio la notion de correspondance des arts. Il examine comment Pierre Boulez a entendu Paul Klee, comment Yves Gaucher a regardé Webern, comment Hubert Aquin s'est inspiré de la fugue. Se tournant vers Wagner et Richard Strauss, il convie l'opéra à sa réflexion et fait dialoguer entre elles les oeuvres de Nietzsche et Yves Bonnefoy. Il fallait sans doute un homme de carrefour comme le musicologue Jean-Jacques Nattiez pour proposer une réflexion qui invite à entendre ce qui résonne entre les notes, ce qui se glisse entre les mots, ce qui se donne à voir entre les images.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 274  pages
  • Dimensions :  2.0cmx12.6cmx19.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Fides (Editions) Paru le
  • Collection : Métissages
  • ISBN :  2762130182
  • EAN13 :  9782762130188
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Jacques Nattiez

Lévi-Strauss musicien : Essai sur la tentation homologique

"La musique et la mythologie sont des machines à supprimer le temps. Si bien qu'en écoutant la musique et pendant que nous l'écoutons, nous accédons à une sorte d'immortalité. [...] Que la musique soit un langage, à la fois intelligible et intraduisible, fait de la musique elle-même le supr...

Voir tous les livres de Jean-Jacques Nattiez

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Quels liens, tour à tour subtils, manifestes et féconds, la musique entretient-elle avec d'autres disciplines artistiques, plus particulièrement avec la littérature et les arts visuels? Pourquoi certains créateurs ressentent-ils le besoin de pratiquer des arts divers? Telles sont quelques-unes des questions qui ont inspiré ce recueil d'essais aussi érudits que passionnants sur l'art, ses métaphores, ses mécanismes. Traquant la figure du double au travers de la musique, des arts visuels et de la littérature, Jean-Jacques Nattiez réinterroge avec brio la notion de correspondance des arts. Il examine comment Pierre Boulez a entendu Paul Klee, comment Yves Gaucher a regardé Webern, comment Hubert Aquin s'est inspiré de la fugue. Se tournant vers Wagner et Richard Strauss, il convie l'opéra à sa réflexion et fait dialoguer entre elles les oeuvres de Nietzsche et Yves Bonnefoy. Il fallait sans doute un homme de carrefour comme le musicologue Jean-Jacques Nattiez pour proposer une réflexion qui invite à entendre ce qui résonne entre les notes, ce qui se glisse entre les mots, ce qui se donne à voir entre les images.