share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Tchèques et leur communisme : Mémoire et identités politiques

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Tchèques et leur communisme : Mémoire et identités politiques

Les Tchèques et leur communisme : Mémoire et identités politiques

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Tchèques et leur communisme : Mémoire et identités politiques"

Après l'effondrement des régimes du " socialisme réel ", le rejet du communisme devint un trait constitutif des régimes démocratiques en formation en Europe Centrale dans les années 1990, mais certains, comme les Tchèques, sont allés plus loin que d'autres. Leur dispositif juridique de décommunisation est l'un des plus riches de la région, et la question du passé, plus qu'ailleurs, reste au centre des processus d'identification politique et sociaux. Faut-il chercher les raisons de cette présence du passé dans le poids d'une expérience particulière du communisme, ou bien plutôt dans des modalités plus profondes de l'identité tchèque à travers l'histoire ? La décommunisation tchèque ne serait-elle pas un mythe de plus à inscrire au florilège tchèque, une façon de dire " nous ", plus qu'un moyen de régler des comptes avec le passé ? Pour répondre à ces questions, il importait de s'affranchir des modes de penser le rapport au passé dans une société sortant du communisme en termes de " gestion de l'héritage ", et de considérer les références à ce passé particulier comme des éléments d'un discours plus larg sur l'identité. En confrontant plusieurs registres de discours sur le passé dans la société tchèque (politique, juridique, historien, national, partisan, communautaire), sondant ce qui lie ces discours entre eux, ce livre propose une sociologie de la mémoire du communisme chez les Tchèques dans les années 1990, pour contribuer à une meilleure compréhension des mutations mentales à l'oeuvre dans cette société

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 306  pages
  • Dimensions :  2.0cmx16.0cmx23.8cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Editions De L'ecole Pratiques De Hautes Etudes En Sciences Sociales Paru le
  • Collection : Civilisations et sociétés
  • ISBN :  2713218152
  • EAN13 :  9782713218156
  • Classe Dewey :  320.9437109045
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Après l'effondrement des régimes du " socialisme réel ", le rejet du communisme devint un trait constitutif des régimes démocratiques en formation en Europe Centrale dans les années 1990, mais certains, comme les Tchèques, sont allés plus loin que d'autres. Leur dispositif juridique de décommunisation est l'un des plus riches de la région, et la question du passé, plus qu'ailleurs, reste au centre des processus d'identification politique et sociaux. Faut-il chercher les raisons de cette présence du passé dans le poids d'une expérience particulière du communisme, ou bien plutôt dans des modalités plus profondes de l'identité tchèque à travers l'histoire ? La décommunisation tchèque ne serait-elle pas un mythe de plus à inscrire au florilège tchèque, une façon de dire " nous ", plus qu'un moyen de régler des comptes avec le passé ? Pour répondre à ces questions, il importait de s'affranchir des modes de penser le rapport au passé dans une société sortant du communisme en termes de " gestion de l'héritage ", et de considérer les références à ce passé particulier comme des éléments d'un discours plus larg sur l'identité. En confrontant plusieurs registres de discours sur le passé dans la société tchèque (politique, juridique, historien, national, partisan, communautaire), sondant ce qui lie ces discours entre eux, ce livre propose une sociologie de la mémoire du communisme chez les Tchèques dans les années 1990, pour contribuer à une meilleure compréhension des mutations mentales à l'oeuvre dans cette société