share_book
Envoyer cet article par e-mail

Et Rome brûla

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Et Rome brûla

Et Rome brûla

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Et Rome brûla"

Le 18 juillet 64, alors qu'une chaleur de plomb écrase la capitale de l'Empire, un incendie se déclare. Durant dix jours, poussé par un fort vent du Sud, le feu dévore le quartier du Grand Cirque puis s'étend à la colline de l'Aventin et aux rues populaires du centre. Les vigiles, dépassés par l'ampleur du désastre, assistent impuissants aux progrès des flammes. Quand l'incendie est enfin maîtrisé, plus de 250 000 personnes (sur les 900 000 habitants que compte alors Rome) ont perdu leur logement. Et déjà les rumeurs enflent : certains accusent l'Empereur Néron d'avoir lui-même provoqué la catastrophe. D'autres dénoncent les chrétiens. La colère gronde...

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 255  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.8cmx20.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Larousse Paru le
  • Collection : L'Histoire comme un roman
  • ISBN :  2035839882
  • EAN13 :  9782035839886
  • Classe Dewey :  937
  • Langue : Français

D'autres livres de Catherine Salles

L'Antiquité Romaine

Il est reconnu que notre civilisation occidentale trouve ses fondations dans les cultures antiques et particulièrement celle de Rome. Cet ouvrage retrace donc l'histoire de Rome, des origines à la chute de l'Empire, à travers ses traditions, ses coutumes, son organisation sociale, son mode [.....

Bas-fonds de l'antiquité

Tripots et lupanars, filles à matelots et petits voyous, médiocres arnaqueurs et assassins au petit pied, grands seigneurs débauchés qui titubent au matin après une nuit d'ivresse et que leurs serviteurs - presque des enfants encore - doivent ramener chez eux… Voici l'envers du décor, la [...

La Rome des Flaviens : Vespasien, Titus, Domitien

Empereurs successifs entre 69 et 96, Vespasien et ses fils, Titus et Domitien sont restés chacun célèbre pour des raisons différentes : Vespasien, plein d'un robuste bon sens et proche de ses sesterces ("l'argent n'a pas d'odeur") ; Titus, "délices du genre humain" et amant malheureux de la rei...

Lire à Rome

Dans la société romaine du Ier siècle de notre ère, le livre connaît une sorte d'apogée et l'écrivain joue un rôle important. Quelle fut alors l'influence du pouvoir politique et de l'opinion publique sur l'inspiration littéraire ? Comment les oeuvres étaient-elles diffusées ? Quelle plac...

Voir tous les livres de Catherine Salles

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Le 18 juillet 64, alors qu'une chaleur de plomb écrase la capitale de l'Empire, un incendie se déclare. Durant dix jours, poussé par un fort vent du Sud, le feu dévore le quartier du Grand Cirque puis s'étend à la colline de l'Aventin et aux rues populaires du centre. Les vigiles, dépassés par l'ampleur du désastre, assistent impuissants aux progrès des flammes. Quand l'incendie est enfin maîtrisé, plus de 250 000 personnes (sur les 900 000 habitants que compte alors Rome) ont perdu leur logement. Et déjà les rumeurs enflent : certains accusent l'Empereur Néron d'avoir lui-même provoqué la catastrophe. D'autres dénoncent les chrétiens. La colère gronde...