share_book
Envoyer cet article par e-mail

Debout sur la terre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Debout sur la terre

Debout sur la terre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Debout sur la terre"

Autour d’un incroyable trio va se dérouler avec fougue, brio, fantaisie, générosité et sous une plume aussi inspirée que drôle, l’histoire mouvementée du peuple iranien du début du XXe siècle jusqu’à quelques mois après la révolution de Khomeini.  « Le livre possède son avant et son après la révolution. Dans l'avant, il y a un homme politique, auteur d'une biographie de Victor Hugo, qui pourrait être un vieil ami de la famille. Dans cet avant, il y a aussi un heureux réalisateur de télé. Il est l'œil du livre, celui qui par sa nonchalance, son indécision, son charme et son inertie même pourrait, plus tard, faire un film de cet Iran-là. Lui aussi, je l'ai connu. Il était amoureux de ma mère.  Le livre est dominé aussi par une femme, originaire d'une tribu kurde, grande propriétaire terrienne dans le nord de l'Iran, dont le personnage est adapté de celui de ma mère. Sans ses terres, elle ne comprenait pas sa vie. Elle aime le réalisateur, mais à sa façon, dans la retenue la plus stricte. Ces trois personnages, comme d'autres, croyaient avoir les yeux ouverts et même grands ouverts. Ils se croyaient à la pointe de leur époque, en avance même, ils connaissaient les poèmes anciens aussi bien que les lois républicaines, l’avenir leur appartenait. Ils étaient chics, ils étaient cultivés, ils étaient assez riches, ils formaient des cercles fermés où ils ne voyaient et n'écoutaient qu'eux-même, insensibles aux mouvements profonds qui rongeaient la terre sous leurs pieds. Ils croyaient jouer un rôle de toute première importance dans la marche du monde, et le monde allait sans eux, et même contre eux.  La seconde partie du livre, après la révolution, passe vite, comme si les personnages principaux, ne vivaient plus, ou tout au moins de vivaient plus la vie pour laquelle ils avaient été programmés. Ainsi L’Honneur oublié des Ilkhan déroule, à propos de l'Iran, le spectacle de l'aveuglement de quelques-uns devant les surprises prodigieuses de l'Histoire de la fin subite d'un temps qui se croyait établi pour toujours. » Un grand livre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 350  pages
  • Dimensions :  3.8cmx14.4cmx22.0cm
  • Poids : 539.8g
  • Editeur :   Jc Lattès Paru le
  • Collection : Romans contemporains
  • ISBN :  2709630745
  • EAN13 :  9782709630740
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Nahal Tajadod

Passeport à l'iranienne

Obtenir le renouvellement de son passeport, en Iran, relève du parcours du combattant ! Et c'est l'expérience qu'a vécue l'auteur de ce livre, une aventure qui mobilise tout le petit peuple de Téhéran, prétexte à une galerie de portraits irrésistibles : deux photographes spécialistes de ...

Prix : 89 DH
Sur les pas de Rûmi

" On oublie souvent que les grands poètes mystiques iraniens des XIIe et XIIIe siècles, qui ont tressé une couronne lyrique et métaphysique unique dans l'histoire des peuples, ont composé, écrit et chanté leurs œuvres sous la menace terrifiante des invasions mongoles qui avançaient rapideme...

Passeport à l'Iranienne

Pour faire renouveler le passeport d'une femme, tout un peuple se mobilise. Et la vraie vie de Téhéran nous est soudain révélée, sous le regard aigu du rire : deux photographes spécialistes de portraits islamiques, un médecin légiste qui troque des organes, une maquerelle qui veut envoyer de...

Elle joue

La maison étroite La maison est étroite, une longue chose qui se termine par un beau jardin. Son père, me dit-elle, a planté de ses mains chaque fleur. Elle est capable, en fermant les yeux, d'évoluer encore entre les parterres, sans déranger les tiges, sans les secouer, sans écraser un seul ...

Voir tous les livres de Nahal Tajadod

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Autour d’un incroyable trio va se dérouler avec fougue, brio, fantaisie, générosité et sous une plume aussi inspirée que drôle, l’histoire mouvementée du peuple iranien du début du XXe siècle jusqu’à quelques mois après la révolution de Khomeini.  « Le livre possède son avant et son après la révolution. Dans l'avant, il y a un homme politique, auteur d'une biographie de Victor Hugo, qui pourrait être un vieil ami de la famille. Dans cet avant, il y a aussi un heureux réalisateur de télé. Il est l'œil du livre, celui qui par sa nonchalance, son indécision, son charme et son inertie même pourrait, plus tard, faire un film de cet Iran-là. Lui aussi, je l'ai connu. Il était amoureux de ma mère.  Le livre est dominé aussi par une femme, originaire d'une tribu kurde, grande propriétaire terrienne dans le nord de l'Iran, dont le personnage est adapté de celui de ma mère. Sans ses terres, elle ne comprenait pas sa vie. Elle aime le réalisateur, mais à sa façon, dans la retenue la plus stricte. Ces trois personnages, comme d'autres, croyaient avoir les yeux ouverts et même grands ouverts. Ils se croyaient à la pointe de leur époque, en avance même, ils connaissaient les poèmes anciens aussi bien que les lois républicaines, l’avenir leur appartenait. Ils étaient chics, ils étaient cultivés, ils étaient assez riches, ils formaient des cercles fermés où ils ne voyaient et n'écoutaient qu'eux-même, insensibles aux mouvements profonds qui rongeaient la terre sous leurs pieds. Ils croyaient jouer un rôle de toute première importance dans la marche du monde, et le monde allait sans eux, et même contre eux.  La seconde partie du livre, après la révolution, passe vite, comme si les personnages principaux, ne vivaient plus, ou tout au moins de vivaient plus la vie pour laquelle ils avaient été programmés. Ainsi L’Honneur oublié des Ilkhan déroule, à propos de l'Iran, le spectacle de l'aveuglement de quelques-uns devant les surprises prodigieuses de l'Histoire de la fin subite d'un temps qui se croyait établi pour toujours. » Un grand livre.