share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le château du prince Polignac

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le château du prince Polignac

Le château du prince Polignac

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le château du prince Polignac"

M. Lacordaire était mis mieux que pour un dimanche. Il avait aux mains des gants en chevreau glacé beurre frais. Son habit, s'il n'était pas neuf, paraissait plus neuf que tous ceux que Mrs Thompson avait remarqués jusqu'à présent et il était entièrement doublé de soie. Ses bottines en cuir verni luisaient de façon beaucoup trop voyante, estima-t-elle. Quant à son couvre-chef, il était évident qu'il avait quitté le matin même la forme du chapelier [...]. Cela n'eût pas prêté à conséquence si le propriétaire et sa femme ne s'étaient pas trouvés là, eux aussi, ainsi que le cuisinier, les quatre serveurs et la femme de chambre. [...] Et puis soudain Mimmy traversa la cour, vêtue de sa plus jolie robe, arborant un air de fête que sa mère aurait aimé lui faire passer à coups de martinet. Mais quelle importance, après tout ? [...] Qu'ils en fassent donc des gorges chaudes ; s'il était possible d'acquérir un bon mari pour si peu, ce ne serait vraiment pas cher payé. Ils se mirent en route, avec presque autant de cérémonie que pour un mariage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 64  pages
  • Dimensions :  0.8cmx10.8cmx16.2cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Herne Paru le
  • Collection : Carnets de l'Herne
  • ISBN :  2851979450
  • EAN13 :  9782851979452
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Anthony Trollope

Miss Mackenzie

Anthony Trollope (24 avril 1815 - 6 décembre 1882) est l'un des romanciers britanniques les plus célèbres, les plus respectés et les plus prolifiques de l'époque victorienne. Parmi les écrits de Trollope se distinguent les romans des Barchester Novels, situés dans le comté imaginaire de [...

Quelle époque !

Dans cet ample roman victorien aux ramifications multiples, le centre de gravité est occupé par Augustus Melmotte, un financier véreux qui lance une vaste opération spéculative en Angleterre et en Amérique pour prendre au piège les investisseurs naïfs. Le procédé qu'il met en oeuvre à Lon...

Miss Mackenzie

"Et voilà que se présentait un soupirant qui n'était ni vieux ni fatigué, qui lui était personnellement agréable, avec qui elle aurait pu goûter quelques-uns des plaisirs romanesques du monde. Devrait-elle le prendre ? Elle savait bien qu'il y avait des inconvénients. Elle n'avait pas manqu...

Voir tous les livres de Anthony Trollope

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

M. Lacordaire était mis mieux que pour un dimanche. Il avait aux mains des gants en chevreau glacé beurre frais. Son habit, s'il n'était pas neuf, paraissait plus neuf que tous ceux que Mrs Thompson avait remarqués jusqu'à présent et il était entièrement doublé de soie. Ses bottines en cuir verni luisaient de façon beaucoup trop voyante, estima-t-elle. Quant à son couvre-chef, il était évident qu'il avait quitté le matin même la forme du chapelier [...]. Cela n'eût pas prêté à conséquence si le propriétaire et sa femme ne s'étaient pas trouvés là, eux aussi, ainsi que le cuisinier, les quatre serveurs et la femme de chambre. [...] Et puis soudain Mimmy traversa la cour, vêtue de sa plus jolie robe, arborant un air de fête que sa mère aurait aimé lui faire passer à coups de martinet. Mais quelle importance, après tout ? [...] Qu'ils en fassent donc des gorges chaudes ; s'il était possible d'acquérir un bon mari pour si peu, ce ne serait vraiment pas cher payé. Ils se mirent en route, avec presque autant de cérémonie que pour un mariage.