share_book
Envoyer cet article par e-mail

Autofiction et autres mythomanies littéraires

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Autofiction et autres mythomanies littéraires

Autofiction et autres mythomanies littéraires

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Autofiction et autres mythomanies littéraires"

Il y a plusieurs façons de traverser la littérature, un voyage toujours riche en surprises. Ici, on chemine sur la piste de " l'affabulation de soi " qui semble attachée à la fiction comme son secret et son désir le plus inavoué. Chemin faisant, il apparaît qu'au IIe siècle après J.C., à l'époque où naît le genre du roman, un écrivain nommé Lucien de Samosate invente les premières formes d'autofabulations, qui donneront naissance à d'éminentes traditions littéraires : une tradition fantastique, où l'écrivain se travestit en chaman pour s'aventurer- de Dante à Borges, en passant par Cyrano de Bergerac-au-delà des limites humaines ; une tradition spéculaire, qui multiplie les jeux de miroirs et les clins d'oeil, comme l'ont pratiquée Rabelais, Cervantès ou Italo Calvino ; une tradition biographique qui donnera - sous l'impulsion de Rousseau et de La Nouvelle Héloïse - le roman autobiographique, genre disqualifié de Flaubert à Maurice Blanchot, puis remis au goût du jour sous le nom d'autofiction, à l'heure de l'exposition publique de l'intimité et de la télé réalité ; sans compter une forme intrusive, qui surgit avec le roman moderne et les interventions d'auteur d'un Scarron, d'un Nabokov, plus récemment d'un J. M. Coetzee. La recherche de la gloire-aussi vieille que la littérature-et le mécanisme de la création ont convergé pour constituer la " fabulation de soi " en tentation permanente pour la fiction. Inquiet de ce lien, Platon l'avait dénoncé en son temps. Mais de Pétrarque à Céline, Gombrowicz, Philip Roth ou même Michel Leiris, les écrivains l'ont recherché et cultivé, à travers ces traditions dont on a négligé la profonde complicité. La généalogie de cet art de la mythomanie littéraire, né dans l'Antiquité et remis en lumière de manière partielle et ambiguë avec l'autofiction, restait à entreprendre. Ne pressens-tu pas, lecteur, que la puissance de la fiction recèle encore des émotions inédites ? Que cet art universel n'a pas donné tous ses fruits ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 250  pages
  • Dimensions :  1.9cmx14.1cmx21.6cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Tristram Paru le
  • ISBN :  2907681478
  • EAN13 :  9782907681476
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Vincent Colonna

L'Art ses séries télé

Pourquoi sommes-nous incapables de créer l’équivalent de séries télé comme Dr House, Desperate Housewives, Dexter, The West Wing, The Wire, Prison Break, Malcolm, Lost, ou In Treatement ?La série télé est l’un des phénomènes culturels majeurs de ces dix dernières années. Jamais la...

Voir tous les livres de Vincent Colonna

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il y a plusieurs façons de traverser la littérature, un voyage toujours riche en surprises. Ici, on chemine sur la piste de " l'affabulation de soi " qui semble attachée à la fiction comme son secret et son désir le plus inavoué. Chemin faisant, il apparaît qu'au IIe siècle après J.C., à l'époque où naît le genre du roman, un écrivain nommé Lucien de Samosate invente les premières formes d'autofabulations, qui donneront naissance à d'éminentes traditions littéraires : une tradition fantastique, où l'écrivain se travestit en chaman pour s'aventurer- de Dante à Borges, en passant par Cyrano de Bergerac-au-delà des limites humaines ; une tradition spéculaire, qui multiplie les jeux de miroirs et les clins d'oeil, comme l'ont pratiquée Rabelais, Cervantès ou Italo Calvino ; une tradition biographique qui donnera - sous l'impulsion de Rousseau et de La Nouvelle Héloïse - le roman autobiographique, genre disqualifié de Flaubert à Maurice Blanchot, puis remis au goût du jour sous le nom d'autofiction, à l'heure de l'exposition publique de l'intimité et de la télé réalité ; sans compter une forme intrusive, qui surgit avec le roman moderne et les interventions d'auteur d'un Scarron, d'un Nabokov, plus récemment d'un J. M. Coetzee. La recherche de la gloire-aussi vieille que la littérature-et le mécanisme de la création ont convergé pour constituer la " fabulation de soi " en tentation permanente pour la fiction. Inquiet de ce lien, Platon l'avait dénoncé en son temps. Mais de Pétrarque à Céline, Gombrowicz, Philip Roth ou même Michel Leiris, les écrivains l'ont recherché et cultivé, à travers ces traditions dont on a négligé la profonde complicité. La généalogie de cet art de la mythomanie littéraire, né dans l'Antiquité et remis en lumière de manière partielle et ambiguë avec l'autofiction, restait à entreprendre. Ne pressens-tu pas, lecteur, que la puissance de la fiction recèle encore des émotions inédites ? Que cet art universel n'a pas donné tous ses fruits ?