share_book
Envoyer cet article par e-mail

Theorie de la deroute

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Theorie de la deroute

Theorie de la deroute

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Theorie de la deroute"

Ce nouvel essai de Bertrand Leclair fait suite à L'Industrie de la consolation qui, en 1998, étudiait les rapports nécessairement conflictuels de « la littérature face au cerveau global » et à ce qu'il nomme aujourd'hui, avec un humour et un dégoût légitimes, « l'idéologie » ou « l'univers communicationnaire ». Face à l'impératif communicationnel qui formule une nouvelle « doxa », la littérature s'affirme comme résistance, elle se veut « paradoxale », résistant à la transparence de la langue et des corps. Elle est en ce sens tout entière érotique, plongeant dans l'épaisseur de la langue et donc des corps, contrant la déréalisation des individus. « Je n'attends pas de la littérature qu'elle m'indique le sens de la vie. J'attends de la littérature qu'elle me déroute sans cesse [...].». Cette Théorie de la déroute par la littérature n'est pas une idée neuve ; elle emprunte beaucoup à Bataille et à la notion de dépense. Le mérite de Bertrand Leclair est de mettre ce désir de littérature en rapport avec une époque qui n'est plus celle de Bataille. Et si cette théorie n'est pas neuve, on tombera d'accord avec Bertrand Leclair pour dire qu'elle est plus que jamais « scandaleuse ». C'est une pensée, une pratique, qui feront trébucher où les automatismes ruinent jusqu'à la possibilité de la critique. Recoupant certains travaux de Pierre Lévy, l'analyse de l'auteur dit parfaitement le statut de la parole dans « l'univers communicationnaire » et comment l'idéologie travaille la langue au corps. Elle dit aussi comment la littérature, en pariant sur la présence de l'autre, peut sauver la langue et partant, une certaine approche du réel et de l'humain. Il faut écrire « dans » la langue comme il faut écrire dans son époque et non « pour » elle. Écrire avec Sarraute et non pas Sartre. Bertrand Leclair est intelligent cela ne fait aucun doute, une intelligence claire qui s'exprime dans une langue claire, précise, en pleine possession de ses moyens. Il a du style. Et si le paysage qu'il décrit est plus ou moins connu, son livre est une excellente synthèse et son combat plus que légitime, qui fait l'éloge d'une littérature vivante et complexe. --Arnaud Bertina--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 182  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Verticales Paru le
  • Collection : Sc Humaines
  • ISBN :  2843350557
  • EAN13 :  9782843350559
  • Classe Dewey :  801
  • Langue : Français

D'autres livres de Bertrand Leclair

Petit éloge de la paternité

" Me voilà lancé dans un "petit éloge de la paternité". Un éloge de la paternité, énoncé du point de vue d'un père, quand j'en suis un, vaille que vaille ? Certes, je me sens protégé par l'adjectif "petit" qui m'autorise à m'emparer librement d'un aussi grand sujet où tout se mêle, ...

Dans les rouleaux du temps : Ce que nous fait la littérature

"Ce que ça nous fait, ce que ça peut bien nous faire, la littérature, ici et maintenant, à tous et à chacun ?" Destiné à interroger les puissances de la littérature, cet essai repose sur une conviction qui restait à vérifier : les livres qui nous ont profondément marqués en savent long s...

Verticalités de la littérature : Pour en finir avec le

" Si l'on veut bien admettre en effet que l'art est ce qui permet de faire respirer l'univers de nos représentations collectives en y faisant jaillir l'oxygène du réel : si l'on veut bien admettre qu'il a une fonction vitale comparable à celle du rêve dans la vie psychique individuelle, qu'il e...

Voir tous les livres de Bertrand Leclair

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Ce nouvel essai de Bertrand Leclair fait suite à L'Industrie de la consolation qui, en 1998, étudiait les rapports nécessairement conflictuels de « la littérature face au cerveau global » et à ce qu'il nomme aujourd'hui, avec un humour et un dégoût légitimes, « l'idéologie » ou « l'univers communicationnaire ». Face à l'impératif communicationnel qui formule une nouvelle « doxa », la littérature s'affirme comme résistance, elle se veut « paradoxale », résistant à la transparence de la langue et des corps. Elle est en ce sens tout entière érotique, plongeant dans l'épaisseur de la langue et donc des corps, contrant la déréalisation des individus. « Je n'attends pas de la littérature qu'elle m'indique le sens de la vie. J'attends de la littérature qu'elle me déroute sans cesse [...].». Cette Théorie de la déroute par la littérature n'est pas une idée neuve ; elle emprunte beaucoup à Bataille et à la notion de dépense. Le mérite de Bertrand Leclair est de mettre ce désir de littérature en rapport avec une époque qui n'est plus celle de Bataille. Et si cette théorie n'est pas neuve, on tombera d'accord avec Bertrand Leclair pour dire qu'elle est plus que jamais « scandaleuse ». C'est une pensée, une pratique, qui feront trébucher où les automatismes ruinent jusqu'à la possibilité de la critique. Recoupant certains travaux de Pierre Lévy, l'analyse de l'auteur dit parfaitement le statut de la parole dans « l'univers communicationnaire » et comment l'idéologie travaille la langue au corps. Elle dit aussi comment la littérature, en pariant sur la présence de l'autre, peut sauver la langue et partant, une certaine approche du réel et de l'humain. Il faut écrire « dans » la langue comme il faut écrire dans son époque et non « pour » elle. Écrire avec Sarraute et non pas Sartre. Bertrand Leclair est intelligent cela ne fait aucun doute, une intelligence claire qui s'exprime dans une langue claire, précise, en pleine possession de ses moyens. Il a du style. Et si le paysage qu'il décrit est plus ou moins connu, son livre est une excellente synthèse et son combat plus que légitime, qui fait l'éloge d'une littérature vivante et complexe. --Arnaud Bertina--