share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'aventurier du désert : l'itinéraire de Jules Jacques, entre désert, désir et désertion

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'aventurier du désert : l'itinéraire de Jules Jacques, entre désert, désir et désertion

L'aventurier du désert : l'itinéraire de Jules Jacques, entre désert, désir et désertion

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'aventurier du désert : l'itinéraire de Jules Jacques, entre désert, désir et désertion"

L 'aventure commence lorsque mes grands-parents me font découvrir des photographies du Grand Sud algérien, cachées dans un coffre depuis trois générations. A l'intérieur : des vues stéréoscopiques sur plaques de verre, prises à la fin du XIXe siècle par Jules Jacques (1866-1900), un arrière-grand-oncle, capitaine de l'armée française, parti le sabre à la main dans l'aventure coloniale. Scènes de la vie militaire, villes algériennes, casbahs, oueds ou petit peuple, ces plaques de verre racontent une histoire : celle d'un homme engagé dans les rangs de l'armée française et dont le regard change. Parti soumettre des rebelles, auxquels la France entend apporter la civilisation, il découvre l'incandescence du désert et la beauté des êtres, s'interroge sur la pertinence de l'entreprise coloniale et photographie les combats. Il meurt le 5 septembre 1900, tué d'une balle en plein coeur. Ses photographies sont alors renvoyées à la famille, dans le petit village jurassien dont il était originaire, avec ses effets personnels et ses carnets de voyage. Elles y resteront enfermées pendant près d'un siècle, de crainte que les autorités militaires ne viennent réclamer un témoignage qui donne à voir la fragile beauté d'une civilisation décimée et les exactions de la France coloniale.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 167  pages
  • Dimensions :  1.9cmx22.8cmx22.8cm
  • Poids : 911.7g
  • Editeur :   Elytis Paru le
  • Collection : BEAUX LIVRES
  • ISBN :  2356390510
  • EAN13 :  9782356390516
  • Classe Dewey :  965
  • Langue : Français

D'autres livres de Bruno Doucey

La Résistance en poésie

Entre 1936 et 1945, la voix des poètes s'élève pour dire la détresse, la souffrance, mais aussi la colère, l'espoir et l'amour de la liberté. La Résistance, c'était aussi l'écriture. Ce recueil fait entendre les voix familières de Louis Aragon, de Paul Eluard, de Pablo Neruda ou de [......

Le livre des déserts

Le Livre des déserts est la première somme à caractère encyclopédique consacrée aux déserts chauds et froids de notre planète. Des géographes, des biologistes, des ethnologues, des historiens, des écrivains, des théologiens et des philosophes ont été convoqués pour cette aventure [....

Federico Garcia Lorca :

Ce dimanche 16 août 1936, dans les locaux des phalangistes, Federico ne peut ni hurler sa détresse ni laisser exploser sa rage. Ses pensées vont à l'homme bon et généreux que l'on vient d'abattre comme un chien. A sa soeur Conchita Garcia Lorca qui a soudain perdu son compagnon de vie. Aux pau...

Voir tous les livres de Bruno Doucey

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L 'aventure commence lorsque mes grands-parents me font découvrir des photographies du Grand Sud algérien, cachées dans un coffre depuis trois générations. A l'intérieur : des vues stéréoscopiques sur plaques de verre, prises à la fin du XIXe siècle par Jules Jacques (1866-1900), un arrière-grand-oncle, capitaine de l'armée française, parti le sabre à la main dans l'aventure coloniale. Scènes de la vie militaire, villes algériennes, casbahs, oueds ou petit peuple, ces plaques de verre racontent une histoire : celle d'un homme engagé dans les rangs de l'armée française et dont le regard change. Parti soumettre des rebelles, auxquels la France entend apporter la civilisation, il découvre l'incandescence du désert et la beauté des êtres, s'interroge sur la pertinence de l'entreprise coloniale et photographie les combats. Il meurt le 5 septembre 1900, tué d'une balle en plein coeur. Ses photographies sont alors renvoyées à la famille, dans le petit village jurassien dont il était originaire, avec ses effets personnels et ses carnets de voyage. Elles y resteront enfermées pendant près d'un siècle, de crainte que les autorités militaires ne viennent réclamer un témoignage qui donne à voir la fragile beauté d'une civilisation décimée et les exactions de la France coloniale.