share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les mots des tranchées: L'invention d'une langue de guerre 1914-1919

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les mots des tranchées: L'invention d'une langue de guerre 1914-1919

Les mots des tranchées: L'invention d'une langue de guerre 1914-1919

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les mots des tranchées: L'invention d'une langue de guerre 1914-1919"

« Poilu », «Boche », «marmite », « pruneau », « pinard », cahoua », « becqueter », « roupiller », « zigouiller », « avoir la trouille »… autant de mots ou d’expressions qui, venus de la Grande Guerre, résonnent encore dans notre imaginaire collectif.  Fruit d’un mélange de jargon de caserne et d’argot des quartiers populaires parisiens, de termes régionaux et d’emprunts aux idiomes étrangers, cette langue, façonnée par l’expérience de la violence, forme l’une des dimensions, longtemps oubliée, des cultures de guerre.  Fondé sur l’analyse des dictionnaires de langue et d’argot, sur les grandes enquêtes linguistiques contemporaines comme sur les sources littéraires, ce livre retrace la genèse, les formes et les fonctions de cette langue qui permit aux contemporains de faire la guerre, de la supporter jusqu’à son terme, de tenter d’en maîtriser les conséquences et finalement d’essayer de dire, en partie, l’indicible. 

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 288  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.4cmx21.4cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Armand Colin Paru le
  • Collection : Le fait guerrier
  • ISBN :  2200353863
  • EAN13 :  9782200353865
  • Classe Dewey :  440
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Poilu », «Boche », «marmite », « pruneau », « pinard », cahoua », « becqueter », « roupiller », « zigouiller », « avoir la trouille »… autant de mots ou d’expressions qui, venus de la Grande Guerre, résonnent encore dans notre imaginaire collectif.  Fruit d’un mélange de jargon de caserne et d’argot des quartiers populaires parisiens, de termes régionaux et d’emprunts aux idiomes étrangers, cette langue, façonnée par l’expérience de la violence, forme l’une des dimensions, longtemps oubliée, des cultures de guerre.  Fondé sur l’analyse des dictionnaires de langue et d’argot, sur les grandes enquêtes linguistiques contemporaines comme sur les sources littéraires, ce livre retrace la genèse, les formes et les fonctions de cette langue qui permit aux contemporains de faire la guerre, de la supporter jusqu’à son terme, de tenter d’en maîtriser les conséquences et finalement d’essayer de dire, en partie, l’indicible.