share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le premier été

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le premier été

Le premier été

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le premier été"

Catherine, libraire d'une trentaine d'années, est de retour en Haute-Saône avec sa soeur aînée, Angélique, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine s'est tenue à l'écart de ce petit village. Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux alors que sa soeur a même oublié les prénoms des copains de vacances qu'elles retrouvaient chaque été, lors des séjours en famille. « J'ai une de ces mémoires. Une de celles qui ne laissent pas de zones d'ombre et aucune place au doute. Une mémoire cruelle », dit-elle. Angélique a fondé une famille, Catherine, non. C'est une femme solitaire, à l'adolescence déjà elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu'elle a vécu, adolescente, dans ce village, « il n'y a pas eu de mots. Il n'y en a jamais eu, ni avant, ni après. C'est quelque chose qui ne ressemble à rien d'écrit ». Pourtant, alors que la maison, bientôt vendue, est nettoyée de ses souvenirs, Catherine laisse remonter le secret qui l'étouffe depuis l'été de ses seize ans. Un été en apparence banal, passé comme d'ordinaire avec sa soeur chez ses grands-parents. Son récit va se dévider lentement, un récit en apparence tout lisse. Retrouvailles avec les gamins du village. Cueillette des haricots avec les grands-parents. Après-midis de chaleur passés au grenier dans la lecture du Grand Meaulnes. Piscine. Flirt de sa soeur avec un rouquin de la colonie... Angélique, de deux années plus âgées, sait déjà s'y prendre avec les garçons. Catherine, elle, est trop timide, trop sage. Les passions et les désirs, elle les vit par l'entremise des héros des grands romans qu'elle dévore. Mais cet été-là, tout va basculer. Ce qui a eu lieu, personne ne l'a jamais soupçonné, même pas sa soeur. Pourtant, il y a de quoi en faire des « cauchemars toute une vie ». Quelque chose meurt cet été-là : pas seulement l'innocence du corps, celle de l'âme. On restera discret sur le coeur de l'intrigue : Anne Percin sait nous faire descendre marche après marche vers le dévoilement de cet été sauvage, jusqu'au drame dont la narratrice espère n'être peut-être pas coupable. C'est une histoire d'innocence et de cruauté que nous raconte Anne Percin. Belle et implacable à la fois, comme tous les crève-coeurs de l'enfance.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 162  pages
  • Dimensions :  1.5cmx14.0cmx20.3cm
  • Poids : 204.1g
  • Editeur :   Editions Du Rouergue Paru le
  • Collection : La brune
  • ISBN :  281260249X
  • EAN13 :  9782812602498
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Percin

Servais des collines - Un aventurier de la Renaissance

Le jeune Servais, fils d'imprimeurs lyonnais, est un adolescent réservé qui rêve de voyages lointains. Il s'imagine naviguant vers l'horizon, explorant de vastes terres inconnues... Et Servais a de la chance, puisqu'à la Renaissance, de nombreux ouvrages d'explorateurs sont publiés, et son [...

A quoi servent les clowns ?

" Au loin, Mélinda aperçoit un camion jaune s'engager sur le parking. Puis un autre. Et une drôle de camionnette rouge avec un tigre peint en géant sur les flancs. Et encore un autre camion. Ça ne s'arrête plus. "Aux abords de Saint-Dizier, un tout jeune tigre échappé du cirque Ramon [......

Comment (bien) rater ses vacances

Cet été, Maxime a 17 ans. Il ne veut plus partir en vacances avec ses parents. Il préfère rester chez sa Mamie pour glander devant l'ordinateur. Tant pis pour lui. Il va vivre des journées délirantes ! ...

Prix : 158 DH
Comment (bien) gérer sa love story

Après le succès de Comment (bien) rater ses vacances, paru en novembre 2010 (plus de dix mille exemplaires vendus), Anne Percin nous offre la suite des aventures de Maxime, son héros à l'humour dévastateur. Résumons : après un été mouvementé et cocasse chez sa mamie au Kremlin-Bicêtre, le...

Voir tous les livres de Anne Percin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Catherine, libraire d'une trentaine d'années, est de retour en Haute-Saône avec sa soeur aînée, Angélique, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine s'est tenue à l'écart de ce petit village. Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux alors que sa soeur a même oublié les prénoms des copains de vacances qu'elles retrouvaient chaque été, lors des séjours en famille. « J'ai une de ces mémoires. Une de celles qui ne laissent pas de zones d'ombre et aucune place au doute. Une mémoire cruelle », dit-elle. Angélique a fondé une famille, Catherine, non. C'est une femme solitaire, à l'adolescence déjà elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu'elle a vécu, adolescente, dans ce village, « il n'y a pas eu de mots. Il n'y en a jamais eu, ni avant, ni après. C'est quelque chose qui ne ressemble à rien d'écrit ». Pourtant, alors que la maison, bientôt vendue, est nettoyée de ses souvenirs, Catherine laisse remonter le secret qui l'étouffe depuis l'été de ses seize ans. Un été en apparence banal, passé comme d'ordinaire avec sa soeur chez ses grands-parents. Son récit va se dévider lentement, un récit en apparence tout lisse. Retrouvailles avec les gamins du village. Cueillette des haricots avec les grands-parents. Après-midis de chaleur passés au grenier dans la lecture du Grand Meaulnes. Piscine. Flirt de sa soeur avec un rouquin de la colonie... Angélique, de deux années plus âgées, sait déjà s'y prendre avec les garçons. Catherine, elle, est trop timide, trop sage. Les passions et les désirs, elle les vit par l'entremise des héros des grands romans qu'elle dévore. Mais cet été-là, tout va basculer. Ce qui a eu lieu, personne ne l'a jamais soupçonné, même pas sa soeur. Pourtant, il y a de quoi en faire des « cauchemars toute une vie ». Quelque chose meurt cet été-là : pas seulement l'innocence du corps, celle de l'âme. On restera discret sur le coeur de l'intrigue : Anne Percin sait nous faire descendre marche après marche vers le dévoilement de cet été sauvage, jusqu'au drame dont la narratrice espère n'être peut-être pas coupable. C'est une histoire d'innocence et de cruauté que nous raconte Anne Percin. Belle et implacable à la fois, comme tous les crève-coeurs de l'enfance.