share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paul des Epinettes et moi : Sur la maladie et la mort en prison

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paul des Epinettes et moi : Sur la maladie et la mort en prison

Paul des Epinettes et moi : Sur la maladie et la mort en prison

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Paul des Epinettes et moi : Sur la maladie et la mort en prison"

D'abord une rumeur. Puis des cris. Des cris d'homme. Si mes phrases hésitent, mon corps, lui, avait su tout de suite. Du bord de la falaise on la voyait, tapie au creux du vallon, un bon kilomètre devant nous. Sans obstacle, portées par le vent, les voix de la prison volaient jusqu'à nous. La rumeur amplifiait l'architecture de torture. Pétrifié, je suivais les murs, les chemins de ronde, les miradors, les cours de promenade, les myriades de grilles aux fenêtres... Je connaissais si bien le tableau. La puanteur des soirs de peur. Quand on existe malgré tout. Quand la mort rode, de cellule en cellule, invisible sur les coursives, invisible aux yeux des détenus. Comme les autres, je tremble, humilié comme les autres par la défaite féroce des misérables. Mais quelque chose avait changé. Cette fois je témoignais de la rencontre des deux mondes... Longtemps témoin des ravages de la maladie en milieu carcéral, l'auteur témoigne ici d'une expérience plus directe encore :la sienne. Et de retour en prison il évoque les mois de semi-liberté dont il a bénéficié en portant notamment son regard sur le monde de l'Extérieur et le type de liberté qui y a cours.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.2cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Agone Paru le
  • Collection : Eléments
  • ISBN :  2748901169
  • EAN13 :  9782748901160
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jann-Marc Rouillan

Infinitif présent

Frênes, Fleury-Mérogis, Fresnes, Lannemezan... et à nouveau Fresnes... Saint-Maur, Fresnes encore, Les Baumettes, Moulins, Lyon, Moulins, Fleury-Mérogis, Fresnes et enfin Lannemezan... Rouillan raconte son voyage derrière les murs depuis vingt ans, ou comment on brise un homme dans la France d...

Le Capital humain

Le matricule 1829, alias Toxic, a enfin obtenu sa conditionnelle. Le monde, après plus de dix ans de taule, n'est plus guère comme il l'avait quitté. Mais sa rage est intacte : ce boulot dans une usine classée " Seveso ", cette piaule dans un foyer - si semblable à sa cellule -, sa condition d'...

La Part des loups

Et Jaume seul dans la montagne, avec ses pauvres mots, ses délires d'altitude, ses armes désormais pour le seul don de soi et l'existence désobéissante, qu'y pouvait-il ? Face à la clameur, ses balles et ses mots ne pesaient pas lourd. Ils étaient trop humains, porteurs d'une charge émotionne...

Chroniques carcérales : (2004-2007)

La prison claudique. Sur les cursives, les passants ronchonnent : " Si Sarkozy passe, on est cuits, plus de perm', plus de condi', plus rien... " d'exaspération, René se gratte le béret : " et qu'est-ce que tu veux que ça m'foute, ici on n'a rien ! ". depuis Napoléon, les réformes du code pén...

Voir tous les livres de Jann-Marc Rouillan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

D'abord une rumeur. Puis des cris. Des cris d'homme. Si mes phrases hésitent, mon corps, lui, avait su tout de suite. Du bord de la falaise on la voyait, tapie au creux du vallon, un bon kilomètre devant nous. Sans obstacle, portées par le vent, les voix de la prison volaient jusqu'à nous. La rumeur amplifiait l'architecture de torture. Pétrifié, je suivais les murs, les chemins de ronde, les miradors, les cours de promenade, les myriades de grilles aux fenêtres... Je connaissais si bien le tableau. La puanteur des soirs de peur. Quand on existe malgré tout. Quand la mort rode, de cellule en cellule, invisible sur les coursives, invisible aux yeux des détenus. Comme les autres, je tremble, humilié comme les autres par la défaite féroce des misérables. Mais quelque chose avait changé. Cette fois je témoignais de la rencontre des deux mondes... Longtemps témoin des ravages de la maladie en milieu carcéral, l'auteur témoigne ici d'une expérience plus directe encore :la sienne. Et de retour en prison il évoque les mois de semi-liberté dont il a bénéficié en portant notamment son regard sur le monde de l'Extérieur et le type de liberté qui y a cours.