share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mister Sixties

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mister Sixties

Mister Sixties

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mister Sixties"

Tandis que les Etats-Unis déversent napalm et bombes à fragmentation sur le Vietnam, la belle jeunesse américaine, robuste et naïve, descend dans les rues de San Francisco et New York en quête d'un sens nouveau à la vie. Mister Sixties donne de cette révolte libertaire, optimiste et débraillée, une interprétation sarcastique mais hilarante. Les années 1960 commencent vraiment pour Robert Crumb en juin 1965, quand il découvre ce chef-d'oeuvre de l'industrie pharmaceutique suisse, le LSD. Si le psychotrope libère son trait et ses inhibitions, il n'améliore pas son humeur rogneuse. C'est un Crumb furibard qui renvoie dos à dos hippies et yuppies, intellectuels et politiciens, banquiers et anarchistes : tous, défenseurs de l'ordre établi ou partisans de la contestation, participent d'un même système corrompu. L'agitation de la jeunesse n'est qu'un simulacre enfumé, et les enfants sont aussi conformistes que leurs parents. La légende qui a fait de l'auteur une icône de la contre-culture résulte d'un malentendu cosmique. S'il dessine Janis Joplin par amitié, Crumb lui préfère Mother Maybelle Carter et regarde Bob Dylan comme une forme particulièrement irritante d'antéchrist musical. S'il profite de la révolution sexuelle pour jeter sa gourme, il voit avec horreur se lever le mouvement de libération de la femme, qui menace ses fantaisies masturbatoires. Mais les paranoïaques n'ont pas toujours tort. En 1969, les Années 60, chéries et si bien fustigées par Crumb, sombrent, avec leurs idéaux de paix et d'amour, dans la boue d'Altamont et le sang des meurtres de la Famille Manson.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 102  pages
  • Dimensions :  1.6cmx22.0cmx29.0cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Cornelius Editions Paru le
  • Collection : Solange
  • ISBN :  236081012X
  • EAN13 :  9782360810123
  • Classe Dewey :  806
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Crumb

Nausea

Ce nouveau volume de l'anthologie Robert Crumb rassemble des histoires publiées dans la revue Weirdo, créée avec sa femme, Aline Kominsky, au début des années 80. Elles marquent une évolution du dessinateur vers un style plus réaliste et plus sombre. Crumb y pastiche les Classic Illustrated q...

Héros du blues, du jazz et de la country (1CD audio)

Tous ceux qui connaissent l'œuvre de Robert Crumb connaissent aussi sa passion pour la musique. Créés au cours des années 1980 ses dessins sont pour la premières fois rassemblés dans un ouvrage qu'accompagne un CD exclusif de 21 titres choisis par Crumb lui-même, dont plusieurs enregistrement...

Voir tous les livres de Robert Crumb

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Tandis que les Etats-Unis déversent napalm et bombes à fragmentation sur le Vietnam, la belle jeunesse américaine, robuste et naïve, descend dans les rues de San Francisco et New York en quête d'un sens nouveau à la vie. Mister Sixties donne de cette révolte libertaire, optimiste et débraillée, une interprétation sarcastique mais hilarante. Les années 1960 commencent vraiment pour Robert Crumb en juin 1965, quand il découvre ce chef-d'oeuvre de l'industrie pharmaceutique suisse, le LSD. Si le psychotrope libère son trait et ses inhibitions, il n'améliore pas son humeur rogneuse. C'est un Crumb furibard qui renvoie dos à dos hippies et yuppies, intellectuels et politiciens, banquiers et anarchistes : tous, défenseurs de l'ordre établi ou partisans de la contestation, participent d'un même système corrompu. L'agitation de la jeunesse n'est qu'un simulacre enfumé, et les enfants sont aussi conformistes que leurs parents. La légende qui a fait de l'auteur une icône de la contre-culture résulte d'un malentendu cosmique. S'il dessine Janis Joplin par amitié, Crumb lui préfère Mother Maybelle Carter et regarde Bob Dylan comme une forme particulièrement irritante d'antéchrist musical. S'il profite de la révolution sexuelle pour jeter sa gourme, il voit avec horreur se lever le mouvement de libération de la femme, qui menace ses fantaisies masturbatoires. Mais les paranoïaques n'ont pas toujours tort. En 1969, les Années 60, chéries et si bien fustigées par Crumb, sombrent, avec leurs idéaux de paix et d'amour, dans la boue d'Altamont et le sang des meurtres de la Famille Manson.