share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les os, les cendres et l'Etat

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les os, les cendres et l'Etat

Les os, les cendres et l'Etat

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les os, les cendres et l'Etat"

Qui, aujourd’hui, se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées ? Personne, est-on tenté de répondre, tant on répète à l’envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort. Et pourtant, l’enquête d’Arnaud Esquerre révèle que l’État ne s’est jamais autant soucié des morts. Retirant à l’Église son contrôle sur le devenir des cadavres, il a en effet étendu son emprise sur le territoire des os et des cendres. Or, depuis les années 1970, le rapport aux restes humains s’est profondément modifié, avec le recours de plus en plus massif à la crémation, les demandes de restitution de restes humains à des « peuples autochtones », la médiatisation des profanations de cimetières ou encore le développement des analyses ADN et de l’imagerie médicale. Face à ces bouleversements, les pouvoirs publics déploient une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l’espace public, empêcher ou limiter l’exposition de restes humains, transformer l’atteinte aux morts en un délit d’expression. Derrière ces changements majeurs des rapports entre les os, les cendres et l’État transparaît une manière inédite d’appréhender la communauté, les personnes et les corps, méconnue et passionnante. Sociologue, Arnaud Esquerre est chercheur associé au Groupe de Sociologie Politique et Morale (EHESS) et il a enseigné à Sciences Po. Il a publié La Manipulation mentale chez Fayard en 2009.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 336  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Histoire de la Pensée
  • ISBN :  2213662274
  • EAN13 :  9782213662275
  • Classe Dewey :  301
  • Langue : Français

D'autres livres de Arnaud Esquerre

La manipulation mentale : Sociologie des sectes en France

Comment lutter contre les dérives possibles des groupes sectaires ? Quand les membres de sectes sont victimes d'escroquerie, d'atteintes à leur personne, de séquestration ou d'autres types de délits connus, l'Etat dispose d'un arsenal juridique efficace pour mener des actions et, après procès,...

Voir tous les livres de Arnaud Esquerre

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Qui, aujourd’hui, se préoccupe des os et des cendres des personnes décédées ? Personne, est-on tenté de répondre, tant on répète à l’envi que notre société individualiste vit dans le déni de la mort. Et pourtant, l’enquête d’Arnaud Esquerre révèle que l’État ne s’est jamais autant soucié des morts. Retirant à l’Église son contrôle sur le devenir des cadavres, il a en effet étendu son emprise sur le territoire des os et des cendres. Or, depuis les années 1970, le rapport aux restes humains s’est profondément modifié, avec le recours de plus en plus massif à la crémation, les demandes de restitution de restes humains à des « peuples autochtones », la médiatisation des profanations de cimetières ou encore le développement des analyses ADN et de l’imagerie médicale. Face à ces bouleversements, les pouvoirs publics déploient une nouvelle politique : interdire que les morts, même réduits en cendres, séjournent ailleurs que dans l’espace public, empêcher ou limiter l’exposition de restes humains, transformer l’atteinte aux morts en un délit d’expression. Derrière ces changements majeurs des rapports entre les os, les cendres et l’État transparaît une manière inédite d’appréhender la communauté, les personnes et les corps, méconnue et passionnante. Sociologue, Arnaud Esquerre est chercheur associé au Groupe de Sociologie Politique et Morale (EHESS) et il a enseigné à Sciences Po. Il a publié La Manipulation mentale chez Fayard en 2009.