share_book
Envoyer cet article par e-mail

Madame de La Ferté-Imbault : Philosophe et femme d'affaires à la cour de Louis XV

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Madame de La Ferté-Imbault : Philosophe et femme d'affaires à la cour de Louis XV

Madame de La Ferté-Imbault : Philosophe et femme d'affaires à la cour de Louis XV

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Madame de La Ferté-Imbault : Philosophe et femme d'affaires à la cour de Louis XV"

La marquise de La Ferté-Imbault aurait pu n'être que la fille de la célèbre salonnière " Madame Geoffrin ". Mais une opposition violente et irréductible de caractères allait en décider autrement. Mariée à un grand nom de l'ancienne noblesse, Mademoiselle Geoffrin va saisir l'occasion d'affirmer sa différence face à l'envahissante figure maternelle. Son mariage lui ouvre les portes de la Cour. Veuve à vingt-deux ans, elle entreprend d'y rétablir le lustre de sa belle-famille. Elle conquiert l'entourage du Dauphin et de son clan dévot, où elle fait la rencontre de Madame de Marsan, gouvernante des Enfants de France. Mais la Cour est aussi un terrain de manoeuvre pour la défense de ses intérêts matériels, en l'occurrence le privilège industriel de la Manufacture des glaces, pièce maîtresse d'une prospère fortune familiale. La marquise s'engage enfin dans le combat politique, en épousant la cause parlementaire et en soutenant le retour de Maurepas au pouvoir. Pourtant sa plus grande fierté sera d'être appelée à dispenser des cours de "saine philosophie" aux jeunes princesses Clotilde et Elisabeth. Tel est ce parcours peu banal, où l'on côtoie Madame de Pompadour - a qui elle refusera pourtant l'accès prestigieux aux " petits cabinets " -, le cardinal de Bernis, Louis XV, les ministres, le jeune Louis XVI et Marie-Antoinette, avant que la disgrâce de la vieille Cour ne l'éloigne des allées et des intrigues de Versailles.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 185  pages
  • Dimensions :  2.6cmx16.0cmx21.4cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • Collection : Les metiers de versailles
  • ISBN :  2262037248
  • EAN13 :  9782262037246
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Maurice Hamon

Comment réussir des projets de changement

Des milliers de chefs de projets, de chargés de mission, de coordinateurs sont aujourd'hui confrontés à ce que l'on peut appeler le management de projet - ou plutôt le management par projet. Autrefois cantonné aux activités du monde du bâtiment ou des industries de haute technologie, il conce...

Madame Geoffrin

Lieux de sociabilité certes, mais surtout lieux de pouvoir à travers lesquels de nouvelles élites, celles de la finance et de l' « industrie », s'affirmèrent socialement, les salons des Lumières ont joué un rôle historique capital. En lançant les écrivains et les artistes, en répandant l...

Voir tous les livres de Maurice Hamon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La marquise de La Ferté-Imbault aurait pu n'être que la fille de la célèbre salonnière " Madame Geoffrin ". Mais une opposition violente et irréductible de caractères allait en décider autrement. Mariée à un grand nom de l'ancienne noblesse, Mademoiselle Geoffrin va saisir l'occasion d'affirmer sa différence face à l'envahissante figure maternelle. Son mariage lui ouvre les portes de la Cour. Veuve à vingt-deux ans, elle entreprend d'y rétablir le lustre de sa belle-famille. Elle conquiert l'entourage du Dauphin et de son clan dévot, où elle fait la rencontre de Madame de Marsan, gouvernante des Enfants de France. Mais la Cour est aussi un terrain de manoeuvre pour la défense de ses intérêts matériels, en l'occurrence le privilège industriel de la Manufacture des glaces, pièce maîtresse d'une prospère fortune familiale. La marquise s'engage enfin dans le combat politique, en épousant la cause parlementaire et en soutenant le retour de Maurepas au pouvoir. Pourtant sa plus grande fierté sera d'être appelée à dispenser des cours de "saine philosophie" aux jeunes princesses Clotilde et Elisabeth. Tel est ce parcours peu banal, où l'on côtoie Madame de Pompadour - a qui elle refusera pourtant l'accès prestigieux aux " petits cabinets " -, le cardinal de Bernis, Louis XV, les ministres, le jeune Louis XVI et Marie-Antoinette, avant que la disgrâce de la vieille Cour ne l'éloigne des allées et des intrigues de Versailles.