share_book
Envoyer cet article par e-mail

La banqueroute de l'Etat royal : La gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution française

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La banqueroute de l'Etat royal : La gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution française

La banqueroute de l'Etat royal : La gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution française

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La banqueroute de l'Etat royal : La gestion des finances publiques de Colbert à la..."

Quelles sont les origines financières de la Révolution française ? Partant des atouts de la gestion publique en France et notamment des outils mis en oeuvre au temps de Colbert, Marie-Laure Legay montre comment ces outils se sont révélés inaptes à encadrer l'affairisme installé au coeur de l'Etat. En insistant sur les rapports sociopolitiques qui lient l'administration monarchique à ses intermédiaires financiers, l'auteur éclaire d'un jour nouveau les paradoxes d'une gestion organisée à partir de recettes centralisées et de dépenses insuffisamment contrôlées, paradoxes sur lesquels les réformes du XVIIIe siècle ne revinrent pas. L'une des faiblesses majeures de l'Etat royal se dévoile ainsi au lecteur : la défaillance de son contrôle financier, c'est-à-dire du contrôle de l'Etat sur lui-même. Les aménagements techniques de la seconde moitié du siècle se révélèrent trop tardifs et les réformes politiques, de Laverdy à Necker, bien trop frileuses pour satisfaire une opinion qui réclamait des comptes. Une remarquable synthèse sur les blocages politiques et financiers du XVIIIe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 323  pages
  • Dimensions :  2.0cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Editions De L'ecole Pratiques De Hautes Etudes En Sciences Sociales Paru le
  • Collection : En temps et lieux
  • ISBN :  2713222923
  • EAN13 :  9782713222924
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Marie-Laure Legay

Les modalités de paiement de l'Etat moderne : Adaptation et blocage d'un système comptable

Si on connaît le poids de l'armée, de la marine ou du service de la dette, les circuits internes qu'emprunte, au XVIIIe siècle, l'argent de l'État redistributeur demeurent encore obscurs. Les dotations des principales caisses centrales, les transferts de fonds de caisse à caisse, les ordres de ...

Dictionnaire historique de la comptabilité publique : Vers 1500-vers 1850

Ce dictionnaire est le premier outil d'analyse des termes, techniques et réformes comptables restitués dans leur contexte historique. Il est le fruit du travail d'une équipe composée non seulement d'historiens, mais aussi de juristes et de spécialistes de sciences de gestion. Il opte pour une c...

Voir tous les livres de Marie-Laure Legay

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Quelles sont les origines financières de la Révolution française ? Partant des atouts de la gestion publique en France et notamment des outils mis en oeuvre au temps de Colbert, Marie-Laure Legay montre comment ces outils se sont révélés inaptes à encadrer l'affairisme installé au coeur de l'Etat. En insistant sur les rapports sociopolitiques qui lient l'administration monarchique à ses intermédiaires financiers, l'auteur éclaire d'un jour nouveau les paradoxes d'une gestion organisée à partir de recettes centralisées et de dépenses insuffisamment contrôlées, paradoxes sur lesquels les réformes du XVIIIe siècle ne revinrent pas. L'une des faiblesses majeures de l'Etat royal se dévoile ainsi au lecteur : la défaillance de son contrôle financier, c'est-à-dire du contrôle de l'Etat sur lui-même. Les aménagements techniques de la seconde moitié du siècle se révélèrent trop tardifs et les réformes politiques, de Laverdy à Necker, bien trop frileuses pour satisfaire une opinion qui réclamait des comptes. Une remarquable synthèse sur les blocages politiques et financiers du XVIIIe siècle.