share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'être et l'acte : Enquête sur les fondements de l'ontologie moderne de l'agir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'être et l'acte : Enquête sur les fondements de l'ontologie moderne de l'agir

L'être et l'acte : Enquête sur les fondements de l'ontologie moderne de l'agir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'être et l'acte : Enquête sur les fondements de l'ontologie moderne de l'agir"

Commentant Schelling, Heidegger note : " Être est vouloir (perceptio - appetitus) ; comme [il appert] à partir de la tradition de la métaphysique théologique, là derrière se tient "l'actus" ". Mais au lieu de mener l'enquête en direction de l'arrière plan où se tient "l'actus", Heidegger fait porter son attention sur ce qui se situe au premier plan, c'est-à-dire sur la détermination de l'être de l'étant comme volonté. Si le vouloir se laisse comprendre comme le trait essentiel en fonction duquel la subjectivité de l'ego a été interprétée par la métaphysique moderne, l'actus en revanche paraît ne pas appartenir en propre à cette dernière : traduction latine de l'energeia grecque, on le retrouve dans l'actus purus médiéval, dans l'actuositas leibnizienne, dans la Tathandlung (l'action en acte) fichtéenne et jusque dans la Selbstbetätigung (l'autoactivation) de Marx. Qu'en est-il de cet actus qui semble traverser la métaphysique occidentale sous diverses formes, qui " se tient derrière " les conceptions les plus diverses de l'être de l'étant ? S'agit-il d'une thèse métaphysique, d'une réponse à la question fondamentale, ou bien quelque chose parvient-il à s'y dire par quoi la philosophie se porterait en direction de ce qui serait à entendre à la fois négativement comme une activité de négation de ce qui se donne sur le mode de la présence et de la subsistance, et positivement comme une activité de manifestation (en quoi consisterait l'ousia) qui, là où elle apparaît, produit l'événement, comme tel non anticipable, d'une venue à la présence sous le jour de l'idea ? Est-ce parce qu'on n'est pas allé débusquer l'acte qui est "là derrière" qu'on a aussi pu penser que le "destin" de la métaphysique moderne était de s'achever dans une ontologie de la production et dans le règne planétaire de la production totale ? Explorer et mettre au jour d'autres possibles toujours recelés par l'ontologie de l'agir : telle est la tâche à laquelle Franck Fischbach se consacre dans le présent ouvrage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 216  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.6cmx20.6cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Librairie Philosophique Vrin Paru le
  • Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
  • ISBN :  2711615812
  • EAN13 :  9782711615810
  • Classe Dewey :  111
  • Langue : Français

D'autres livres de Franck Fischbach

Fondement du droit naturel, Fichte

Collection dirigée par Jean-Pierre Zarader.La collection "Philo-oeuvres" n'a d'autre but que d'aider à la lecture des grandes oeuvres philosophiques. Cette lecture ne suppose pas seulement une vue synoptique : elle exige que l'on se mesure au texte, dans sa littéralité même. C'est la raison ...

Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation

Dans un contexte de crise profonde du système capitaliste global, ce livre part de notre impuissance pratique et de l'impossibilité où nous sommes actuellement de penser un autre monde. Et il rapporte cette impossibilité au fait de la privation de monde (et de la privatisation du monde) comme au...

La privation de monde

A la source de ce livre il y a la conviction que certaines des évolutions les plus négatives des sociétés contemporaines confèrent une actualité nouvelle au concept d'aliénation selon la compréhension qu'en ont proposée des penseurs aussi apparemment éloignés l'un de l'autre que Marx et H...

Manifeste pour une philosophie sociale

Peut-on penser le monde social du point de vue de l'intérêt des dominés ? Comment penser l'articulation entre la philosophie et les luttes et résistances de ceux qui sont tenus pour socialement négligeables, mineurs et subalternes ? La philosophie peut-elle contribuer à l'émergence de ces lut...

Voir tous les livres de Franck Fischbach

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Commentant Schelling, Heidegger note : " Être est vouloir (perceptio - appetitus) ; comme [il appert] à partir de la tradition de la métaphysique théologique, là derrière se tient "l'actus" ". Mais au lieu de mener l'enquête en direction de l'arrière plan où se tient "l'actus", Heidegger fait porter son attention sur ce qui se situe au premier plan, c'est-à-dire sur la détermination de l'être de l'étant comme volonté. Si le vouloir se laisse comprendre comme le trait essentiel en fonction duquel la subjectivité de l'ego a été interprétée par la métaphysique moderne, l'actus en revanche paraît ne pas appartenir en propre à cette dernière : traduction latine de l'energeia grecque, on le retrouve dans l'actus purus médiéval, dans l'actuositas leibnizienne, dans la Tathandlung (l'action en acte) fichtéenne et jusque dans la Selbstbetätigung (l'autoactivation) de Marx. Qu'en est-il de cet actus qui semble traverser la métaphysique occidentale sous diverses formes, qui " se tient derrière " les conceptions les plus diverses de l'être de l'étant ? S'agit-il d'une thèse métaphysique, d'une réponse à la question fondamentale, ou bien quelque chose parvient-il à s'y dire par quoi la philosophie se porterait en direction de ce qui serait à entendre à la fois négativement comme une activité de négation de ce qui se donne sur le mode de la présence et de la subsistance, et positivement comme une activité de manifestation (en quoi consisterait l'ousia) qui, là où elle apparaît, produit l'événement, comme tel non anticipable, d'une venue à la présence sous le jour de l'idea ? Est-ce parce qu'on n'est pas allé débusquer l'acte qui est "là derrière" qu'on a aussi pu penser que le "destin" de la métaphysique moderne était de s'achever dans une ontologie de la production et dans le règne planétaire de la production totale ? Explorer et mettre au jour d'autres possibles toujours recelés par l'ontologie de l'agir : telle est la tâche à laquelle Franck Fischbach se consacre dans le présent ouvrage.