share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'odeur de l'ennemi: L'imaginaire olfactif en 1914-1918

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'odeur de l'ennemi: L'imaginaire olfactif en 1914-1918

L'odeur de l'ennemi: L'imaginaire olfactif en 1914-1918

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'odeur de l'ennemi: L'imaginaire olfactif en 1914-1918"

    Dès la première année de la Grande Guerre, l’idée se répand chez les Français qu’une odeur nauséabonde accompagne l’ennemi. Présente dans le sillage des troupes, elle imprégnerait les lieux occupés par les Allemands bien au-delà des déjections par lesquelles ils semblent marquer leur présence. Pour certains, elle infesterait même leurs cadavres.  Aberrante au premier abord, la dénonciation olfactive de l’ennemi est trop présente pour être mise sur le compte de l’égarement de quelques-uns. On mesure à la lecture d’écrits intimes, de correspondances et de la presse que la puanteur allemande n’est pas un objet de propagande, mais un préjugé ancré auquel le monde scientifique apporte sa caution.  En effet, s’appuyant sur des enquêtes et des comparaisons de prélèvements, le Docteur Edgar Bérillon interprète le mystère de la mauvaise odeur allemande comme le résultat d’une absence de contrôle des affects entraînant une sudation surabondante. Il s’agit, selon ce médecin reconnu, d’un caractère de race qui trahit l’essence animale de l’adversaire. Une « racialisation » du conflit se met en place dont la rhétorique va prospérer pendant tout le XXe siècle.  Ce livre original apporte ainsi une contribution importante à une anthropologie historique de l’altérité, voire de la haine. 

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 192  pages
    • Dimensions :  1.6cmx14.6cmx21.8cm
    • Poids : 440.0g
    • Editeur :   Armand Colin Paru le
    • Collection : Le fait guerrier
    • ISBN :  2200354738
    • EAN13 :  9782200354732
    • Classe Dewey :  500
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Dès la première année de la Grande Guerre, l’idée se répand chez les Français qu’une odeur nauséabonde accompagne l’ennemi. Présente dans le sillage des troupes, elle imprégnerait les lieux occupés par les Allemands bien au-delà des déjections par lesquelles ils semblent marquer leur présence. Pour certains, elle infesterait même leurs cadavres.  Aberrante au premier abord, la dénonciation olfactive de l’ennemi est trop présente pour être mise sur le compte de l’égarement de quelques-uns. On mesure à la lecture d’écrits intimes, de correspondances et de la presse que la puanteur allemande n’est pas un objet de propagande, mais un préjugé ancré auquel le monde scientifique apporte sa caution.  En effet, s’appuyant sur des enquêtes et des comparaisons de prélèvements, le Docteur Edgar Bérillon interprète le mystère de la mauvaise odeur allemande comme le résultat d’une absence de contrôle des affects entraînant une sudation surabondante. Il s’agit, selon ce médecin reconnu, d’un caractère de race qui trahit l’essence animale de l’adversaire. Une « racialisation » du conflit se met en place dont la rhétorique va prospérer pendant tout le XXe siècle.  Ce livre original apporte ainsi une contribution importante à une anthropologie historique de l’altérité, voire de la haine.