share_book
Envoyer cet article par e-mail

Neuf jardins : Approche du jardin planétaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Neuf jardins : Approche du jardin planétaire

Neuf jardins : Approche du jardin planétaire

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Neuf jardins : Approche du jardin planétaire"

Avec Gilles Clément naît un jardin totalement nouveau, le premier jardin qui n'est pas pensé en fonction de la présence humaine et dans lequel l'homme est un visiteur parmi d'autres visiteurs vivants, végétaux et animaux, une présence non nécessaire et parfois exclue, comme sur l'île du parc Derborence, dans le parc Matisse à Lille. Le jardin de Gilles Clément est effectivement une région sur laquelle l'homme n'a qu'une souveraineté limitée, et c'est la limitation de ces pouvoirs qui suscite le mystère, l'exotisme énigmatique et le charme incomparable de ces lieux. Les projets présentés dans ce livre offrent une vision significative d'une activité exercée depuis presque quarante ans ; procédant à travers une multitude d'expériences, d'intérêts et de lieux différents, elle parvient aujourd'hui à exprimer, de manière extrêmement claire et complète, une vision globale. Naturellement, Gilles Clément a de nombreux autres projets en cours ; ils sont animés, et il s'en est fait une règle, par une forte volonté d'expérimentation. Cependant, il est aisé de reconnaître, dans le niveau qu'il a atteint au cours de cette dernière décennie, une espèce de "climax", le sommet d'une trajectoire d'une grande originalité. Elle est aujourd'hui une référence incontournable, évocatrice et fertile, pour toute la culture projectuelle. Il n'est pas exagéré, en effet, de penser que le message de Gilles Clément représente une véritable révolution copernicienne, à commencer par son point de départ, le jardin en mouvement. Si le jardinier observe, accompagne et suit le mouvement (plus ou moins) spontané du jardin, qu'en est-il de l'idée de landscape design ? La différence est nette, le design apparaît irréversiblement hors jeu. Il faut cependant établir une distinction. Il y a le dessin formel, celui qui instaure une relation à la nature fondée sur la domination totale de celle-ci, dans la sélection et dans la disposition des essences végétales et dans la nécessaire manipulation du sol. Ce design s'appuie sur un traitement fortement sélectif du sol, sur un contrôle sévère du monde vivant et sur le caractère immuable de l'ordre institué par le dessin. Il existe, par ailleurs, un design différent, alternatif, plus difficile à définir, qui projette la partie permanente du jardin, ce que nous pourrions appeler l'infrastructure, et qui garantit le respect des nécessités de base : accessibilité et facilité des parcours, bien-être et sécurité, aussi bien pour les visiteurs que pour les êtres vivants du jardin. Dans certains projets, au Royal et dans le parc Matisse, ce dessin se limite à quelques éléments significatifs : les escaliers, les parcours, l'île écologique, et l'on perçoit les échos de l'expérience menée dans le jardin de la Vallée. Ce sont les réalisations les plus radicales, celles où le savoir et le goût expérimental du jardinier sont le plus visibles. Dans les projets de Blois et de Valloires, la relation avec les bâtiments historiques se reflète dans une relecture des figures traditionnelles - l'esplanade, la grotte, la promenade, les escaliers, l'axe perspectif - qui sont traitées de manière utilitaire, dépouillées de l'emphase monumentale et renforcées dans leur rôle fonctionnel, dans l'organisation et la distribution des espaces.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 263  pages
  • Dimensions :  2.8cmx27.0cmx27.6cm
  • Poids : 1818.9g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : NATURE
  • ISBN :  2742778306
  • EAN13 :  9782742778300
  • Classe Dewey :  712.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Gilles Clément

La sagesse du jardinier

Toutes les instances, tous les dirigeants, tous les citoyens sont avertis de l'absurdité du mode de vie entraîné par l'économie de marché. Le projet humain, conscient ou inconscient, se définit en peu de mots : mourir sous les richesses. Un jardin : enclos destiné à protéger le meilleur....

Eloge des vagabondes

Les plantes vagabondes n'ont pas bonne presse : on les appelle mauvaises herbes, fleurs sauvages. Pourquoi seraient-elles interdites de voyage ? Pour prendre la défense du brassage planétaire, Gilles Clément, le plus célèbre paysagiste français, inventeur du jardin en mouvement, grand [.......

Eloge des vagabondes

Les plantes vagabondes n'ont pas bonne presse : on les appelle mauvaises herbes, fleurs sauvages. Pourquoi seraient-elles interdites de voyage ? Pour prendre la défense du brassage planétaire, Gilles Clément, le plus célèbre paysagiste français, inventeur du jardin en mouvement, grand [.......

Toujours la vie invente : Réflexions d'un écologiste humaniste

Gilles Clément est aujourd'hui l'un des paysagistes les plus innovants, renouant avec la sagesse et le bon sens des jardiniers respectueux de l'équilibre biologique et de la nature. L'écologiste humaniste évoque ici ses thèmes favoris : le travail du jardinier dans une marée de béton, la cris...

Voir tous les livres de Gilles Clément

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avec Gilles Clément naît un jardin totalement nouveau, le premier jardin qui n'est pas pensé en fonction de la présence humaine et dans lequel l'homme est un visiteur parmi d'autres visiteurs vivants, végétaux et animaux, une présence non nécessaire et parfois exclue, comme sur l'île du parc Derborence, dans le parc Matisse à Lille. Le jardin de Gilles Clément est effectivement une région sur laquelle l'homme n'a qu'une souveraineté limitée, et c'est la limitation de ces pouvoirs qui suscite le mystère, l'exotisme énigmatique et le charme incomparable de ces lieux. Les projets présentés dans ce livre offrent une vision significative d'une activité exercée depuis presque quarante ans ; procédant à travers une multitude d'expériences, d'intérêts et de lieux différents, elle parvient aujourd'hui à exprimer, de manière extrêmement claire et complète, une vision globale. Naturellement, Gilles Clément a de nombreux autres projets en cours ; ils sont animés, et il s'en est fait une règle, par une forte volonté d'expérimentation. Cependant, il est aisé de reconnaître, dans le niveau qu'il a atteint au cours de cette dernière décennie, une espèce de "climax", le sommet d'une trajectoire d'une grande originalité. Elle est aujourd'hui une référence incontournable, évocatrice et fertile, pour toute la culture projectuelle. Il n'est pas exagéré, en effet, de penser que le message de Gilles Clément représente une véritable révolution copernicienne, à commencer par son point de départ, le jardin en mouvement. Si le jardinier observe, accompagne et suit le mouvement (plus ou moins) spontané du jardin, qu'en est-il de l'idée de landscape design ? La différence est nette, le design apparaît irréversiblement hors jeu. Il faut cependant établir une distinction. Il y a le dessin formel, celui qui instaure une relation à la nature fondée sur la domination totale de celle-ci, dans la sélection et dans la disposition des essences végétales et dans la nécessaire manipulation du sol. Ce design s'appuie sur un traitement fortement sélectif du sol, sur un contrôle sévère du monde vivant et sur le caractère immuable de l'ordre institué par le dessin. Il existe, par ailleurs, un design différent, alternatif, plus difficile à définir, qui projette la partie permanente du jardin, ce que nous pourrions appeler l'infrastructure, et qui garantit le respect des nécessités de base : accessibilité et facilité des parcours, bien-être et sécurité, aussi bien pour les visiteurs que pour les êtres vivants du jardin. Dans certains projets, au Royal et dans le parc Matisse, ce dessin se limite à quelques éléments significatifs : les escaliers, les parcours, l'île écologique, et l'on perçoit les échos de l'expérience menée dans le jardin de la Vallée. Ce sont les réalisations les plus radicales, celles où le savoir et le goût expérimental du jardinier sont le plus visibles. Dans les projets de Blois et de Valloires, la relation avec les bâtiments historiques se reflète dans une relecture des figures traditionnelles - l'esplanade, la grotte, la promenade, les escaliers, l'axe perspectif - qui sont traitées de manière utilitaire, dépouillées de l'emphase monumentale et renforcées dans leur rôle fonctionnel, dans l'organisation et la distribution des espaces.