share_book
Envoyer cet article par e-mail

Quelques pas dans les pas d'un ange

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Quelques pas dans les pas d'un ange

Quelques pas dans les pas d'un ange

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Quelques pas dans les pas d'un ange"

C'était plein à craquer, des maçons, des peintres en salopettes prenaient le pousse-café au comptoir où nous attendions dur se libère une table. Le menu était affiché à la craie sur un des miroirs, ce jour-là c'était une blanquette de veau. Papa portait une veste en velours et un béret serré comme celui d'Auguste avec bien évidemment une chemise à carreaux. Un ne dépareillait pas du tout dans le restaurant où, très vite, on avait trouvé à s'asseoir. Les deux ouvriers à la table à côté ont regardé les mains de Papa, tachées de couleurs diverses, ces mains dont il disait souvent qu'elles étaient imprégnées jusqu'à l'os. Il avait alors plus de soixante-dix ans, mais avec son allure énergique et l'impression de puissance qui émanait de lui, il pouvait très bien passer pour un peintre en bâtiment. Vous avez un chantier dans le coin ? demanda l'un d'eux. Je refais un plafond à l'Opéra, répondit mon père, attaquant son oeuf dur mayonnaise. David McNeil puise dans sa mémoire des souvenirs colorés, comme ces galets peints qu'avec son père, Marc Chagall, ils jetaient dans la mer pour le plaisir des méduses.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 151  pages
  • Dimensions :  1.4cmx14.2cmx19.6cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070703304
  • EAN13 :  9782070703302
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de David Mcneil

Quelques pas dans les pas d'un ange

Avec le même tact qu'un autre fils de peintre jean Renoir, qui avait opté pour le cinéma, le fil; de Chagall a choisi la musique, la chanson, 12 littérature. Ses prestigieux interprètes le qualifient à son tour aujourd'hui de maître ! Dans ce livre dense, témoignage inattendu sur le peintre ...

Angie ou les douze mesures d'un blues

Jeune guitariste devenu road manager de Memphis Silm, le narrateur d'Angie croise de concert en concert les plus grands bluesmen, Willie Dixon, Sonny Terry, John Lee Hooker... et les nouvelles figures de la vie londonienne, les Rolling Stones et tant d'autres... Avec Angie, David McNeil nous plonge ...

Lettres à Mademoiselle Blumenfeld

" Mademoiselle Blumenfeld, Je suis votre vis-à-vis au troisième étage du bâtiment B. Peut-être vous souvenez-vous de moi, j'ai été l'an dernier la cause d'une pétition qui a circulé dans tout l'immeuble et que vous n'avez d'ailleurs pas signée, je vous en remercie... Je voudrais tant savoi...

Voir tous les livres de David Mcneil

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'était plein à craquer, des maçons, des peintres en salopettes prenaient le pousse-café au comptoir où nous attendions dur se libère une table. Le menu était affiché à la craie sur un des miroirs, ce jour-là c'était une blanquette de veau. Papa portait une veste en velours et un béret serré comme celui d'Auguste avec bien évidemment une chemise à carreaux. Un ne dépareillait pas du tout dans le restaurant où, très vite, on avait trouvé à s'asseoir. Les deux ouvriers à la table à côté ont regardé les mains de Papa, tachées de couleurs diverses, ces mains dont il disait souvent qu'elles étaient imprégnées jusqu'à l'os. Il avait alors plus de soixante-dix ans, mais avec son allure énergique et l'impression de puissance qui émanait de lui, il pouvait très bien passer pour un peintre en bâtiment. Vous avez un chantier dans le coin ? demanda l'un d'eux. Je refais un plafond à l'Opéra, répondit mon père, attaquant son oeuf dur mayonnaise. David McNeil puise dans sa mémoire des souvenirs colorés, comme ces galets peints qu'avec son père, Marc Chagall, ils jetaient dans la mer pour le plaisir des méduses.