share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le bon mari : Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le bon mari : Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire

Le bon mari : Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le bon mari : Une histoire politique des hommes et des femmes à l'époque révolutionnaire"

Le Bon Mari est le titre d'un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d'une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce " bon mari " préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus " faibles " : les femmes, les enfants et les domestiques. L'autorité familiale, qui dans la société d'Ancien Régime était réservée à l'aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l'individu-citoyen, chef d'une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C'est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l'unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d'autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l'histoire de cette émancipation décisive qui place l'union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 392  pages
  • Dimensions :  3.2cmx15.2cmx23.4cm
  • Poids : 662.2g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • ISBN :  2213637687
  • EAN13 :  9782213637686
  • Classe Dewey :  306.850 94409
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Verjus

Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848

Analyse historique et sociologique expliquant pourquoi et comment les femmes ont été écartées de la vie politique de la Révolution à la Seconde Guerre ...

Prix : 172 DH
Le Roman conjugal

À l époque révolutionnaire, la famille ou « petite patrie » est souvent présentée comme l unité élémentaire de la Grande Patrie, la Nation, et le creuset de la citoyenneté. À travers une correspondance d un millier de lettres, ce livre décrit la vie sociale et politique, mais aussi inti...

Voir tous les livres de Anne Verjus

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le Bon Mari est le titre d'un conte de Marmontel, écrivain des Lumières, dont le héros vertueux convertit sa jeune femme mondaine aux bienfaits d'une vie conjugale placée sous le signe du bien commun. Ce " bon mari " préfigure le citoyen révolutionnaire, à la fois fils de famille que la Révolution émancipe de la puissance paternelle et pater familias ayant capacité à parler et à voter au nom des plus " faibles " : les femmes, les enfants et les domestiques. L'autorité familiale, qui dans la société d'Ancien Régime était réservée à l'aîné des mâles en ligne verticale, passe avec la Révolution à l'individu-citoyen, chef d'une famille recentrée autour du foyer conjugal, dans lequel la femme est invitée à se convertir aux opinions, intérêts et valeurs de son mari. C'est par ce lien politique entre les époux que sont préservées, dans la théorie républicaine, l'unité et la représentation de la nation. Les conséquences de cette évolution, moins spectaculaire que d'autres conquêtes révolutionnaires, furent immenses sur les droits des hommes et des femmes, puisque nos représentations actuelles de la citoyenneté en découlent. Anne Verjus retrace, dans la théorie et dans la pratique, l'histoire de cette émancipation décisive qui place l'union conjugale au fondement de la construction de la société politique moderne.