share_book
Envoyer cet article par e-mail

Chardin (Nouvelle édition revue et corrigée)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Chardin (Nouvelle édition revue et corrigée)

Chardin (Nouvelle édition revue et corrigée)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Chardin (Nouvelle édition revue et corrigée)"

Autodidacte, lent, casanier, solitaire, petit bourgeois parisien sans fantaisie, peintre de sujets sans prestige… D’où vient donc que Chardin (1699-1779) ait été, de son vivant déjà, considéré comme l’un des plus grands, que Catherine II, le Grand Frédéric, la reine de Suède, la margravine de Bade se soient arraché ses tableaux, que Diderot lui ait consacré des textes qui circulaient dans toute l’intelligentsia européenne, que sa pension royale ait été la plus élevée parmi les artistes de son temps ? D’où vient que, jusqu’à maintenant, son œuvre ait gardé intact son pouvoir de fascination ? Marianne Roland Michel s’est attachée à ce mystère Chardin. Elle montre comment ce peintre, qui n’avait jamais appris le dessin – ce qui lui interdisait le grand genre, la peinture d’Histoire -, se met soudain, au soir de sa vie, à dessiner au pastel comme les meilleurs. Elle décrit le balancement qui le conduit, entre natures mortes et sujets de la vie quotidienne, à toujours surprendre par la nouveauté, arrachant à Diderot des cris d’enthousiasme (Vous revoilà donc, grand magicien avec vos compositions muettes : Quelles parlent éloquemment à l’artiste ! Tout ce qu’elles lui disent sur l’imitation de la nature, la science de la couleur et l’harmonie ! ). Elle analyse sa palette, sa touche, son faire raboteux, et sa lenteur célèbre qui faisait dire à son ami, Claude-Nicolas Cochin, qu’il les repeignait [ses tableaux] jusqu’à ce qu’il fût parvenu à cette rupture de tons que produit l’éloignement de l’objet et les renvois de tous ceux qui l’environnent, et qu’enfin il eût obtenu cet accord magique qui l’a si supérieurement distingué.   Un grand texte, de charme et d’érudition, servi par une iconographie exceptionnelle (128 œuvres reproduites en couleurs et qui place Chardin à son rang, le tout premier dans une époque fertile en génies.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 288  pages
  • Dimensions :  4.2cmx30.0cmx35.8cm
  • Poids : 3841.9g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Monographie
  • ISBN :  2754105476
  • EAN13 :  9782754105477
  • Classe Dewey :  750
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Autodidacte, lent, casanier, solitaire, petit bourgeois parisien sans fantaisie, peintre de sujets sans prestige… D’où vient donc que Chardin (1699-1779) ait été, de son vivant déjà, considéré comme l’un des plus grands, que Catherine II, le Grand Frédéric, la reine de Suède, la margravine de Bade se soient arraché ses tableaux, que Diderot lui ait consacré des textes qui circulaient dans toute l’intelligentsia européenne, que sa pension royale ait été la plus élevée parmi les artistes de son temps ? D’où vient que, jusqu’à maintenant, son œuvre ait gardé intact son pouvoir de fascination ? Marianne Roland Michel s’est attachée à ce mystère Chardin. Elle montre comment ce peintre, qui n’avait jamais appris le dessin – ce qui lui interdisait le grand genre, la peinture d’Histoire -, se met soudain, au soir de sa vie, à dessiner au pastel comme les meilleurs. Elle décrit le balancement qui le conduit, entre natures mortes et sujets de la vie quotidienne, à toujours surprendre par la nouveauté, arrachant à Diderot des cris d’enthousiasme (Vous revoilà donc, grand magicien avec vos compositions muettes : Quelles parlent éloquemment à l’artiste ! Tout ce qu’elles lui disent sur l’imitation de la nature, la science de la couleur et l’harmonie ! ). Elle analyse sa palette, sa touche, son faire raboteux, et sa lenteur célèbre qui faisait dire à son ami, Claude-Nicolas Cochin, qu’il les repeignait [ses tableaux] jusqu’à ce qu’il fût parvenu à cette rupture de tons que produit l’éloignement de l’objet et les renvois de tous ceux qui l’environnent, et qu’enfin il eût obtenu cet accord magique qui l’a si supérieurement distingué.   Un grand texte, de charme et d’érudition, servi par une iconographie exceptionnelle (128 œuvres reproduites en couleurs et qui place Chardin à son rang, le tout premier dans une époque fertile en génies.