share_book
Envoyer cet article par e-mail

La fin de l'eurolibéralisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La fin de l'eurolibéralisme

La fin de l'eurolibéralisme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La fin de l'eurolibéralisme"

Le « non » Français à la Constitution européenne claqua comme une gifle magistrale des simples citoyens aux élites tellement assurées de leur domination qu'elles n'hésitèrent pas à manifester leur mépris pour une opinion populaire présumée vulgaire. De là à dire que ce vote historique n'exprime qu'un décalage entre l'élite informée et le peuple dépassé par un monde qu'il ne comprend plus, il n'y a qu'un pas. De là à croire que ce « non » ne débouche sur rien, car il n'y a pas d'alternative au « modèle » euro-libéral, il n'y a aussi qu'un pas. Mais ce sont deux faux pas que le livre de Jacques Sapir entreprend de corriger. Au-delà du « non » français, ce livre bref, décapant, savant et pourtant facile à lire, va aux fondements mêmes du décalage entre le peuple du « non » et l'élite du « oui ». Jacques Sapir démonte tous les non-sens économiques sur lesquels repose le discours euro-libéral dominant. Dans une forme accessible, il explique comment les résultats de la science économique réduisent à néant le culte de la concurrence libre et non faussée sur lequel repose la construction européenne depuis vingt ans. Il met en lumière la « nouvelle trahison des clercs » unis pour le « oui ». Leurs argumentaires, mélanges d'attaques haineuses et de lieux communs erronés, témoignent d'une profonde crise intellectuelle et du mépris pour la démocratie. Une fois démontrées l'absurdité du discours euro-libéral, l'auteur peut présenter les fondements d'un modèle alternatif pour l'Union européenne : l'économie mixte organisée plutôt que l'économie de marché dérégulée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 182  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx19.6cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : H.C. ESSAIS
  • ISBN :  2020850222
  • EAN13 :  9782020850223
  • Classe Dewey :  330.9
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Sapir

La démondialisation

Face à la crise globale du capitalisme, on voit désormais le FMI, des gouvernements ou des économistes célèbres brûler ce qu'ils ont adoré - le marché - et réhabiliter l'Etat qu'ils honnissaient. Nous vivons en fait l'amorce d'une "démondialisation". L'histoire, la politique et les nations...

Et si la France avait continué la guerre

Depuis longtemps déjà, les historiens anglo-saxons aiment à pratiquer l'exercice du What If? Et si la France avait continué la guerre en juin 1940? Et si le gouvernement français avait refusé la défaite politique et continué la lutte contre l'Allemagne hitlérienne depuis l'Afrique du [.....

Le nouveau XXIe siècle

La dissolution de l'URSS et la guerre du Koweït ont signé en 1991 la fin du XXe siècle. On imaginait alors un XXIe siècle dominé par les États-Unis, hyper puissance militaire et économique. Mais ce " siècle américain " a avorté entre 1997 et 2003. La crise financière internationale de ...

La Mandchourie oubliée. Grandeur et démesure de l'art de la guerre soviétique

Le 9 août 1945, plus d'un million d'hommes appartenant à plusieurs armées des forces soviétiques entraient sur le territoire de la Mandchourie, le Mandchoukouo, alors sous occupation japonaise. En dix jours, la puissante armée japonaise du Kwantung était anéantie. L'Armée rouge signait [....

Voir tous les livres de Jacques Sapir

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le « non » Français à la Constitution européenne claqua comme une gifle magistrale des simples citoyens aux élites tellement assurées de leur domination qu'elles n'hésitèrent pas à manifester leur mépris pour une opinion populaire présumée vulgaire. De là à dire que ce vote historique n'exprime qu'un décalage entre l'élite informée et le peuple dépassé par un monde qu'il ne comprend plus, il n'y a qu'un pas. De là à croire que ce « non » ne débouche sur rien, car il n'y a pas d'alternative au « modèle » euro-libéral, il n'y a aussi qu'un pas. Mais ce sont deux faux pas que le livre de Jacques Sapir entreprend de corriger. Au-delà du « non » français, ce livre bref, décapant, savant et pourtant facile à lire, va aux fondements mêmes du décalage entre le peuple du « non » et l'élite du « oui ». Jacques Sapir démonte tous les non-sens économiques sur lesquels repose le discours euro-libéral dominant. Dans une forme accessible, il explique comment les résultats de la science économique réduisent à néant le culte de la concurrence libre et non faussée sur lequel repose la construction européenne depuis vingt ans. Il met en lumière la « nouvelle trahison des clercs » unis pour le « oui ». Leurs argumentaires, mélanges d'attaques haineuses et de lieux communs erronés, témoignent d'une profonde crise intellectuelle et du mépris pour la démocratie. Une fois démontrées l'absurdité du discours euro-libéral, l'auteur peut présenter les fondements d'un modèle alternatif pour l'Union européenne : l'économie mixte organisée plutôt que l'économie de marché dérégulée.