share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum

Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le nomos de la terre dans le droit des gens du Jus publicum europaeum"

Cette traduction (publiée en 2001) est celle de la somme de droit international de Carl Schmitt, écrite durant ses années d'enseignement sous la République de Weimar (comme Théorie de la Constitution). Celle-ci donne une vision du premier ordre juridique global que la terre ait connu, à savoir un droit international public émanant d'une Europe conquérante au début des Temps modernes avant d'être défiée par la montée en puissance du Nouveau Monde puis liquidée dans les tourmentes du XXe siècle. Ce droit international, appelé droit classique, apparaît comme une formation historique portée par un État souverain, lui-même considéré comme un produit spécifique issu de l'Europe post-médiévale. Ce droit public de l'Europe, qui projetait son nomos sur la Terre, était un ordre spatial d'où il tirait sa cohésion, son principal effet étant de limiter la guerre en Europe. En abolissant ce jus publicum europæum, on a ressuscité la notion discriminante de guerre juste, qui pousse les adversaires à se diaboliser et favorise ainsi une dérive vers la guerre totale. Cette thèse discutable a suscité de nombreux débats et mérite toujours d'être discutée en ce début de XXIe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 368  pages
  • Dimensions :  2.0cmx12.8cmx18.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Quadrige Grands textes
  • ISBN :  2130567290
  • EAN13 :  9782130567295
  • Classe Dewey :  341.01
  • Langue : Français

D'autres livres de Schmitt Carl

Théorie de la constitution

Cette traduction, publiée en 1993, fut la première en France de cette oeuvre monumentale, dans laquelle un grand universitaire entreprend de donner sa propre description des régimes politiques occidentaux, au miroir de la République de Weimar. Ce vaste ouvrage s'adresse à tous ceux qu'intéress...

Voir tous les livres de Schmitt Carl

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cette traduction (publiée en 2001) est celle de la somme de droit international de Carl Schmitt, écrite durant ses années d'enseignement sous la République de Weimar (comme Théorie de la Constitution). Celle-ci donne une vision du premier ordre juridique global que la terre ait connu, à savoir un droit international public émanant d'une Europe conquérante au début des Temps modernes avant d'être défiée par la montée en puissance du Nouveau Monde puis liquidée dans les tourmentes du XXe siècle. Ce droit international, appelé droit classique, apparaît comme une formation historique portée par un État souverain, lui-même considéré comme un produit spécifique issu de l'Europe post-médiévale. Ce droit public de l'Europe, qui projetait son nomos sur la Terre, était un ordre spatial d'où il tirait sa cohésion, son principal effet étant de limiter la guerre en Europe. En abolissant ce jus publicum europæum, on a ressuscité la notion discriminante de guerre juste, qui pousse les adversaires à se diaboliser et favorise ainsi une dérive vers la guerre totale. Cette thèse discutable a suscité de nombreux débats et mérite toujours d'être discutée en ce début de XXIe siècle.