share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les dessins au pinceau de Matisse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les dessins au pinceau de Matisse

Les dessins au pinceau de Matisse

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les dessins au pinceau de Matisse"

L'exposition regroupe pour la première fois l’œuvre dessinée au pinceau, depuis les premiers dessins au pinceau faits avec Albert Marquet dans les rue de Paris en 1900 jusqu’à l’accomplissement final dans la Chapelle de Vence où Matisse trouvera l’accord entre les dessins monumentaux et les couleurs découpées « à vif » des gouaches découpées pour les vitraux. Portraits, masques, acrobates, platanes, les dessins aux pinceaux et à l’encre de Chine commencent en 1946 par un portrait d’un des modèles préférés de Matisse, Lydia Delectorskaya. Un simple contour d’un trait dont l’épaisseur varie, quelques lignes pour tracer le signe « œil » ou le signe « bouche » comme l’écrit Aragon. Dans la chapelle que Matisse réalise à Vence, les dessins aux pinceaux couvrent les murs d’un Saint Dominique, d’une Vierge à l’Enfant entourée de fleurs et d’un chemin de Croix « le drame le plus profond de l’humanité » dira Matisse. Les portraits-masques se succèdent dès les années 1950, et quelquefois se mêlent aux papiers gouachés, découpés et collés. Des dessins d’acrobates rythment d’arabesques le blanc du papier. Les sept dessins de platanes monumentaux préparent le dessin sur la céramique d’angle de la salle à manger de l’éditeur Tériade à Saint-Jean-Cap-Ferrat conservée au musée. Matisse dessine et peint à la fois, parvenant à l’extrême simplicité linéaire, au dépouillement chromatique pour atteindre la dimension spirituelle qu’il recherche. Cette exposition s’inscrit dans un important programme « euro-régional » mené par l’Association des Conservateurs des Musées du Nord – Pas de Calais, intitulé « Dessiner-Tracer », qui regroupe 28musées parmi lesquels des établissements de la Picardie et de la Belgique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  2.0cmx24.0cmx27.0cm
  • Poids : 997.9g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Monographie
  • ISBN :  2754105972
  • EAN13 :  9782754105972
  • Classe Dewey :  750
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'exposition regroupe pour la première fois l’œuvre dessinée au pinceau, depuis les premiers dessins au pinceau faits avec Albert Marquet dans les rue de Paris en 1900 jusqu’à l’accomplissement final dans la Chapelle de Vence où Matisse trouvera l’accord entre les dessins monumentaux et les couleurs découpées « à vif » des gouaches découpées pour les vitraux. Portraits, masques, acrobates, platanes, les dessins aux pinceaux et à l’encre de Chine commencent en 1946 par un portrait d’un des modèles préférés de Matisse, Lydia Delectorskaya. Un simple contour d’un trait dont l’épaisseur varie, quelques lignes pour tracer le signe « œil » ou le signe « bouche » comme l’écrit Aragon. Dans la chapelle que Matisse réalise à Vence, les dessins aux pinceaux couvrent les murs d’un Saint Dominique, d’une Vierge à l’Enfant entourée de fleurs et d’un chemin de Croix « le drame le plus profond de l’humanité » dira Matisse. Les portraits-masques se succèdent dès les années 1950, et quelquefois se mêlent aux papiers gouachés, découpés et collés. Des dessins d’acrobates rythment d’arabesques le blanc du papier. Les sept dessins de platanes monumentaux préparent le dessin sur la céramique d’angle de la salle à manger de l’éditeur Tériade à Saint-Jean-Cap-Ferrat conservée au musée. Matisse dessine et peint à la fois, parvenant à l’extrême simplicité linéaire, au dépouillement chromatique pour atteindre la dimension spirituelle qu’il recherche. Cette exposition s’inscrit dans un important programme « euro-régional » mené par l’Association des Conservateurs des Musées du Nord – Pas de Calais, intitulé « Dessiner-Tracer », qui regroupe 28musées parmi lesquels des établissements de la Picardie et de la Belgique.