share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les vrais, les durs, les tatoués : Le tatouage à Biribi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les vrais, les durs, les tatoués : Le tatouage à Biribi

Les vrais, les durs, les tatoués : Le tatouage à Biribi

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les vrais, les durs, les tatoués : Le tatouage à Biribi"

Jusqu'à peu, tatouage et prison étaient encore menottés ensemble et difficilement dissociables. Nul hasard. En France, de 1850 à 1945, le piquage fut majoritairement l'attribut des truands. Leur carte d'identité. Le derme des Hommes racontait leur vie derrière les barreaux, dans les bars et sur les trottoirs des bas-fonds. Au début du siècle pour être un mec du Milieu, il fallait être naze et bouzillé, soit syphilitique et tatoué. Cette "école française du tatouage" est née dans les bagnes militaires au XIXe siècle en Afrique du Nord, dans ce que l'on appelait alors Biribi. Bat d'af, Compagnie de discipline et autres pénitenciers furent de véritables machines à tatouer les mauvais garçons. Aujourd'hui tombés en désuétude, les grands classiques de l'encrage hors-la-loi ont quitté les peaux des vrais de vrais. Ne restent que les photos - souvenirs noir et blanc laissées par les criminologues.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 111  pages
  • Dimensions :  1.0cmx14.8cmx20.2cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Larivière (Editions) Paru le
  • Collection : MINIGUI SOC
  • ISBN :  284890075X
  • EAN13 :  9782848900759
  • Classe Dewey :  391.65
  • Langue : Français

D'autres livres de Jérôme Pierrat

Yakusa

Pour la première fois, un livre dévoile l'univers secret de l'une des plus dangereuses mafias du monde. Fruit d'une enquête de plusieurs années et d'une véritable immersion dans différentes organisations, cet ouvrage met en lumière la vie quotidienne des yakusa japonais, celle des grands [...

Une histoire du milieu

Depuis les " apaches " qui rôdaient jadis près des barrières de Paris, jusqu'aux grands seigneurs issus de la French Connections tel Francis le Belge abattu en octobre 2000, le Milieu français du grand banditisme a connu de profondes métamorphoses. Pour la première fois, un livre retrace [....

Les grandes énigmes de la police

Un bagnard devenu chef de la sûreté, un commissaire transformé en caïd de la pègre, un inspecteur à l'ascension trop rapide pour être honnête, des flics bien sous tous rapports condamnés pour braquage ou trafic de stups... Nulle question ici d'enquête à résoudre et de coupable à [......

Gangs de Paris

Requiem pour un milieu défunt : costumes croisés, belles américaines et poésie de l'argot n'appartiennent plus qu'au répertoire suranné des vieux polars "made in France". La grande mutation se produit au tournant des années 1970 alors que la démolition des Halles signe le coup de grâce [...

Voir tous les livres de Jérôme Pierrat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jusqu'à peu, tatouage et prison étaient encore menottés ensemble et difficilement dissociables. Nul hasard. En France, de 1850 à 1945, le piquage fut majoritairement l'attribut des truands. Leur carte d'identité. Le derme des Hommes racontait leur vie derrière les barreaux, dans les bars et sur les trottoirs des bas-fonds. Au début du siècle pour être un mec du Milieu, il fallait être naze et bouzillé, soit syphilitique et tatoué. Cette "école française du tatouage" est née dans les bagnes militaires au XIXe siècle en Afrique du Nord, dans ce que l'on appelait alors Biribi. Bat d'af, Compagnie de discipline et autres pénitenciers furent de véritables machines à tatouer les mauvais garçons. Aujourd'hui tombés en désuétude, les grands classiques de l'encrage hors-la-loi ont quitté les peaux des vrais de vrais. Ne restent que les photos - souvenirs noir et blanc laissées par les criminologues.