share_book
Envoyer cet article par e-mail

Treize années à la cour de Russie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Treize années à la cour de Russie

Treize années à la cour de Russie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Treize années à la cour de Russie"

« En août 1920, après trois ans de séjour en Sibérie, je pus enfin rentrer en Europe. Une réhabilitation de la personne morale des souverains russes s’imposait. C’est le drame de toute une vie que je vais essayer de décrire, tel que je l’ai tout d’abord pressenti sous les dehors d’une cour fastueuse, tel qu’il m’est ensuite apparu pendant notre captivité, alors que les circonstances me permettaient de pénétrer dans l’intimité des monarques. Le crime d’Ekaterinbourg n’est en effet que l’aboutissement d’une cruelle destinée. La maladie du grand-duc héritier domine toute la fin du règne de Nicolas II. J’ai cherché dans ce livre à faire revivre, tels que je les ai connus, l’empereur et les siens, m’efforçant de rester toujours impartial. » Tandis que Payot s’apprête à fêter son centenaire, voici réédité un puissant témoignage de son cru qui n’avait pas reparu depuis les années 1920 mais auquel ont puisé nombre d’historiens. De septembre 1906 à mai 1918, le Suisse Pierre Gilliard (1879-1962) a en effet côtoyé toujours plus intimement le tsar Nicolas II, son épouse Alexandra, leurs quatre filles et leur fils Alexis. Devenu en 1909 le précepteur officiel du tsarévitch, il a développé une pédagogie originale avec ce garçon hémophile et trop gâté. Mais surtout, c’est en démocrate qu’il a observé les erreurs politiques d’un couple d’autocrates manipulé par Raspoutine, alors même que la tourmente de l’histoire renforçait davantage l’affection du Suisse pour les parents aimants qu’ils étaient et leurs cinq enfants. Cette dualité est l’un des pivots de son livre, qui a aussi l’immense avantage de raconter de l’intérieur les années d’avant le massacre plutôt que le massacre lui-même, sur lequel on a déjà tellement écrit. Séparé des Romanov quelques semaines seulement avant leur exécution à Ekaterinbourg, Pierre Gilliard eut bien du mal à regagner la Suisse avec la gouvernante des filles du tsar, Alexandra Tegleva, qu’il épousa peu après. Il fut ensuite très impliqué, comme accusateur, dans l’affaire de la fausse Anastasia sur laquelle il publia un autre livre chez Payot.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 332  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : PAYOT GD FORMAT
  • ISBN :  2228906883
  • EAN13 :  9782228906883
  • Classe Dewey :  940
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« En août 1920, après trois ans de séjour en Sibérie, je pus enfin rentrer en Europe. Une réhabilitation de la personne morale des souverains russes s’imposait. C’est le drame de toute une vie que je vais essayer de décrire, tel que je l’ai tout d’abord pressenti sous les dehors d’une cour fastueuse, tel qu’il m’est ensuite apparu pendant notre captivité, alors que les circonstances me permettaient de pénétrer dans l’intimité des monarques. Le crime d’Ekaterinbourg n’est en effet que l’aboutissement d’une cruelle destinée. La maladie du grand-duc héritier domine toute la fin du règne de Nicolas II. J’ai cherché dans ce livre à faire revivre, tels que je les ai connus, l’empereur et les siens, m’efforçant de rester toujours impartial. » Tandis que Payot s’apprête à fêter son centenaire, voici réédité un puissant témoignage de son cru qui n’avait pas reparu depuis les années 1920 mais auquel ont puisé nombre d’historiens. De septembre 1906 à mai 1918, le Suisse Pierre Gilliard (1879-1962) a en effet côtoyé toujours plus intimement le tsar Nicolas II, son épouse Alexandra, leurs quatre filles et leur fils Alexis. Devenu en 1909 le précepteur officiel du tsarévitch, il a développé une pédagogie originale avec ce garçon hémophile et trop gâté. Mais surtout, c’est en démocrate qu’il a observé les erreurs politiques d’un couple d’autocrates manipulé par Raspoutine, alors même que la tourmente de l’histoire renforçait davantage l’affection du Suisse pour les parents aimants qu’ils étaient et leurs cinq enfants. Cette dualité est l’un des pivots de son livre, qui a aussi l’immense avantage de raconter de l’intérieur les années d’avant le massacre plutôt que le massacre lui-même, sur lequel on a déjà tellement écrit. Séparé des Romanov quelques semaines seulement avant leur exécution à Ekaterinbourg, Pierre Gilliard eut bien du mal à regagner la Suisse avec la gouvernante des filles du tsar, Alexandra Tegleva, qu’il épousa peu après. Il fut ensuite très impliqué, comme accusateur, dans l’affaire de la fausse Anastasia sur laquelle il publia un autre livre chez Payot.