share_book
Envoyer cet article par e-mail

La grande méprise : Justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste,,,

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La grande méprise : Justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste,,,

La grande méprise : Justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste,,,

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La grande méprise : Justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste,,,"

Idée séduisante après les crimes massifs du XXe siècle, la justice internationale ne trouve pas de légitimité théorique, en tout cas au regard de nos propres références. Faire justice, est-ce toujours prioritaire pour restaurer le vivre-ensemble après une catastrophe ? Pouvons-nous imposer à tous les peuples la même hiérarchie des malheurs et la même hiérarchie des priorités ? Aucune justice ne peut s'exercer sans la reconnaissance. Il faudrait donc, auparavant, convaincre. Peut-on juger de loin et hors contexte ? Peut-on faire si bon marché de l'autorité politique, en plaçant directement les citoyens sous une loi mondiale ? La loi naturelle, qui préside à la justice internationale, peut-elle s'instaurer en loi positive ? Et, dans ce cas, dans quel recoin peut encore se loger l'esprit d'Antigone ? La justice internationale ne pourra exister que sous un gouvernement mondial. Elle porte en elle la tare rédhibitoire de l'uniformité et du despotisme. En invoquant Montesquieu, Grotius, Kant, on défendra ici, face aux crimes d'État, la guerre d'ingérence comme décision politique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 170  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Editions De La Table Ronde Paru le
  • Collection : Contretemps
  • ISBN :  2710327198
  • EAN13 :  9782710327196
  • Classe Dewey :  340
  • Langue : Français

D'autres livres de Chantal Delsol

Qu'est-ce que l'homme ?

Ce livre tente de proposer quelques réponses à la question : " Qu'est-ce que l'homme ? " Cette question s'avère particulièrement cruciale aujourd'hui, parce que l'unité de l'espèce humaine a été et est encore remise en cause par toutes sortes de racismes ; et parce que la multiplicité [....

L'âge du renoncement

La religion, qui a irrigué la culture occidentale pendant deux mille ans, perd son influence sur tous les plans. La chrétienté ne se retire pas seule, mais avec elle ses fruits sécularisés, qui constituaient une architecture signifiante. Quel est le destin de notre représentation du monde [...

L'identité de l'Europe

En renonçant à assumer son identité, lEurope enchaîne les paradoxes. Le premier est celui dune culture universelle qui Hugo, Valéry ou Camus en témoignent , na pas posé de problème aux créateurs qui sen réclamaient. Le deuxième paradoxe est celui du refus de donner un contenu à [.......

Eloge de la singularité

La modernité tardive, qui révoque en doute la plupart des vérités et croyances héritées du passé, s'attache à sauver une seule certitude : celle de la dignité de l'homme singulier, fondement des droits de l'homme. Pourtant, elle poursuit la dépersonnalisation qui se trouvait déjà à [...

Voir tous les livres de Chantal Delsol

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Idée séduisante après les crimes massifs du XXe siècle, la justice internationale ne trouve pas de légitimité théorique, en tout cas au regard de nos propres références. Faire justice, est-ce toujours prioritaire pour restaurer le vivre-ensemble après une catastrophe ? Pouvons-nous imposer à tous les peuples la même hiérarchie des malheurs et la même hiérarchie des priorités ? Aucune justice ne peut s'exercer sans la reconnaissance. Il faudrait donc, auparavant, convaincre. Peut-on juger de loin et hors contexte ? Peut-on faire si bon marché de l'autorité politique, en plaçant directement les citoyens sous une loi mondiale ? La loi naturelle, qui préside à la justice internationale, peut-elle s'instaurer en loi positive ? Et, dans ce cas, dans quel recoin peut encore se loger l'esprit d'Antigone ? La justice internationale ne pourra exister que sous un gouvernement mondial. Elle porte en elle la tare rédhibitoire de l'uniformité et du despotisme. En invoquant Montesquieu, Grotius, Kant, on défendra ici, face aux crimes d'État, la guerre d'ingérence comme décision politique.