share_book
Envoyer cet article par e-mail

Archives personnelles: Histoire, anthropologie et sociologie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Archives personnelles: Histoire, anthropologie et sociologie

Archives personnelles: Histoire, anthropologie et sociologie

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Archives personnelles: Histoire, anthropologie et sociologie"

Que faire d’une correspondance, d’un agenda, d’un journal de rêve, d’une lettre à l’administration, d’un carnet d’héritage, d’un journal personnel ? En mosaïques, les archives personnelles sont spontanément indéchiffrables. Il faut les mettre en séries pour en extraire des normes d’expression. Car l’unité ici n’est ni une population, ni un territoire, ni un problème singulier, mais un geste d’écriture qui agit dans les relations personnelles et au travail, à domicile ou en institution, dans les relations de dépendance et dans des cadres légaux. L’individu n’existe pas hors du jeu social qui se trame autour de lui, sinon par des jeux d’effacement, de censure et de gommage. Les écritures personnelles témoignent ainsi pour des milliers d’autres, traversent des épaisseurs de temps silencieux et durent au-delà de leur lecture. Elles disent une histoire collective. Un autre point de vue pour saisir le social en acte ?  Nous sommes partis de ce choix.  Philippe ARTIÈRES est historien (CNRS/EHESS). Jean-François LAÉ est sociologue (Université de Paris-8).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.6cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Armand Colin Paru le
  • Collection : U
  • ISBN :  2200255136
  • EAN13 :  9782200255138
  • Classe Dewey :  500
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Artières

Michel Foucault

Foucault entendait remplir sa tâche d'intellectuel «spécifique», en racontant des histoires, comme récit, comme domaine de savoir et comme registre d'actions. La philosophie peut construire des récits qui nous permettront de nous inventer à nouveau. Les systèmes métaphysiques font place ...

Jours tranquilles à l'éducation nationale

Dans chaque académie, les chefs d'établissement signalent à leur hiérarchie les incidents survenus. Ces fiches de signalements sont centralisées et constituent un témoignage de la vie scolaire. Philippe Artières a reçu ces fiches de signalements d'incidents survenus entre le 7 janvier et le ...

Michel Foucault, la littérature et les arts : Actes du colloque de Cerisy - juin 2001

Ce volume collectif, produit d'une décade de Cerisy sur Michel Foucault entremêle deux fils tissés lors de ces rencontres organisées par le centre Michel Foucault en juin 2001. Le premier est l'importance de la littérature dans l'œuvre du philosophe ainsi que l'originalité et la fécondité d...

Voir tous les livres de Philippe Artières

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Que faire d’une correspondance, d’un agenda, d’un journal de rêve, d’une lettre à l’administration, d’un carnet d’héritage, d’un journal personnel ? En mosaïques, les archives personnelles sont spontanément indéchiffrables. Il faut les mettre en séries pour en extraire des normes d’expression. Car l’unité ici n’est ni une population, ni un territoire, ni un problème singulier, mais un geste d’écriture qui agit dans les relations personnelles et au travail, à domicile ou en institution, dans les relations de dépendance et dans des cadres légaux. L’individu n’existe pas hors du jeu social qui se trame autour de lui, sinon par des jeux d’effacement, de censure et de gommage. Les écritures personnelles témoignent ainsi pour des milliers d’autres, traversent des épaisseurs de temps silencieux et durent au-delà de leur lecture. Elles disent une histoire collective. Un autre point de vue pour saisir le social en acte ?  Nous sommes partis de ce choix.  Philippe ARTIÈRES est historien (CNRS/EHESS). Jean-François LAÉ est sociologue (Université de Paris-8).