share_book
Envoyer cet article par e-mail

Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle

Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Handicaps, pauvreté et exclusion dans la France du XIXe siècle"

Le statut social des infirmes et des handicapés a considérablement varié au cours de l'Histoire. Mendiants livrés à la charité publique sous l'Ancien Régime, ils sont progressivement pris en charge par l'État à partir de la Révolution française : des institutions accueillent sourds et aveugles, et entreprennent de les éduquer, comme il sera fait, beaucoup plus tard, pour les arriérés. Cette modification considérable du sort des handicapés et des infirmes au XIXe siècle n'est-elle pas pour autant une nouvelle façon de les exclure de l'espace public ? Telle est l'interrogation centrale de cet ouvrage. Les auteurs montrent, en effet, comment perdure cette volonté d'exclusion même s'il faut la nuancer : certains aveugles, par exemple, arriveront au sommet de la hiérarchie sociale, mais la catégorie du laid, repoussant restera prégnante. À partir de 1898, l'infirmité acquise ne sera plus synonyme de pauvreté grâce à la loi protégeant les accidents de travail : de nombreuses écoles spécialisées se développent. Mais la volonté philanthropique à l'égard des infirmes est contradictoire : la société entend les éduquer tout en continuant à les considérer comme des indigents. Ce remarquable travail historique enrichit le questionnement contemporain : avec leurs différences et leurs ressemblances, les handicapés sont-ils aujourd'hui pleinement citoyens ? Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration éditoriale du Laboratoire Sociétés occidentales, Université Paris VII et de ALTER, Société internationale pour l'histoire des infirmités et handicaps.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 270  pages
  • Dimensions :  1.6cmx16.4cmx23.2cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Editions De L'atelier Paru le
  • Collection : Patrimoine
  • ISBN :  2708236520
  • EAN13 :  9782708236523
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de André Gueslin

L'Etat, l'économie et la société française

Le poids excessif de l'État serait-il la cause des difficultés économiques ? Faudrait-il revenir à un État faible, celui du XIXe siècle, cantonné dans ses fonctions de défense et de protection des citoyens conformément à la conception libérale de l'État gendarme ? André Gueslin [....

Myhtologies de l'argent : Essai sur l'histoire des représentations de la richesse et de la pauvreté dans la France contemporaine (XIXe-XXe siècles)

Les Rothschild, les usuriers, les deux cents familles, voilà des figures mythiques et diabolisées par l'antisémitisme. Alimentant force légendes, elles hantent l'imaginaire des Français du XIXe jusqu'à fort avant dans le XXe siècle. Elles sont détentrices d'argent et il leur est reproché de...

Voir tous les livres de André Gueslin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le statut social des infirmes et des handicapés a considérablement varié au cours de l'Histoire. Mendiants livrés à la charité publique sous l'Ancien Régime, ils sont progressivement pris en charge par l'État à partir de la Révolution française : des institutions accueillent sourds et aveugles, et entreprennent de les éduquer, comme il sera fait, beaucoup plus tard, pour les arriérés. Cette modification considérable du sort des handicapés et des infirmes au XIXe siècle n'est-elle pas pour autant une nouvelle façon de les exclure de l'espace public ? Telle est l'interrogation centrale de cet ouvrage. Les auteurs montrent, en effet, comment perdure cette volonté d'exclusion même s'il faut la nuancer : certains aveugles, par exemple, arriveront au sommet de la hiérarchie sociale, mais la catégorie du laid, repoussant restera prégnante. À partir de 1898, l'infirmité acquise ne sera plus synonyme de pauvreté grâce à la loi protégeant les accidents de travail : de nombreuses écoles spécialisées se développent. Mais la volonté philanthropique à l'égard des infirmes est contradictoire : la société entend les éduquer tout en continuant à les considérer comme des indigents. Ce remarquable travail historique enrichit le questionnement contemporain : avec leurs différences et leurs ressemblances, les handicapés sont-ils aujourd'hui pleinement citoyens ? Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration éditoriale du Laboratoire Sociétés occidentales, Université Paris VII et de ALTER, Société internationale pour l'histoire des infirmités et handicaps.