share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Sacrifice

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Sacrifice

Le Sacrifice

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Sacrifice"

Cet ouvrage prolonge les conférences données par René Girard à la Bibliothèque nationale de France, dans le grand auditorium du site François-Mitterrand, les 21, 22 et 23 octobre 2002. Dans le cadre des conférences organisées grâce au soutien de la Fondation Simone et Cino del Duca, la BNF a accueilli René Girard, dont les livres sont étudiés et traduits dans le monde entier - parmi les plus célèbres, Mensonge romantique et vérité romanesque (Grasset, 1961), La Violence et le sacré (Grasset, 1972), Des choses cachées depuis la fondation du monde (Grasset, 1978), Le Bouc émissaire (Grasset, 1982). René Girard a longtemps enseigné la littérature française à l'université de Stanford. La réflexion anthropologique a longtemps perçu dans le sacrifice sanglant une espèce d'énigme qu'elle s'est efforcée de résoudre mais sans y parvenir. On s'est dit alors que le sacrifice en général, le sacrifice en soi, n'existe peut-être pas. L'hypothèse d'une illusion conceptuelle est légitime en tant qu'hypothèse mais, dans la seconde moitié du XXe siècle elle s'est durcie en un dogme d'autant plus intolérant qu'il croit triompher de l'intolérance occidentale, de notre impérialisme de la connaissance. Sous l'emprise de ce dogme, la majorité des chercheurs a rejeté la théorie mimétique qui réaffirme la nature énigmatique du sacrifice et enracine son universalité dans la violence mimétique de tous les groupes archaïques. Pour illustrer la théorie mimétique, René Girard interroge la plus puissante réflexion religieuse sur le sacrifice, celle de l'Inde védique, rassemblée dans les vertigineuses Brahamanas. On trouve dans la Bible des violences collectives semblables à celles qui engendrent les sacrifices mais, au lieu d'être attribuées aux victimes, la Bible et les Evangiles attribuent la responsabilité de ces violences à leurs auteurs véritables, les persécuteurs de la victime unique. Au lieu d'élaborer des mythes, par conséquent, la Bible et les Evangiles disent la vérité : on y trouve l'explication du processus sacrificiel, le processus victimaire ne peut donc plus servir de modèle aux sacrificateurs. En reconnaissant que la tradition védique peut conduire elle aussi à une révélation qui discrédite les sacrifices, loin de privilégier indûment la tradition occidentale et de lui conférer un monopole sur l'intelligence et la répudiation des sacrifices sanglants, l'analyse mimétique reconnaît des traits comparables mais jamais vraiment identiques dans la tradition indienne. Même si nous restons incapables de débrouiller vraiment le rapport qui unit et sépare ces deux traditions, ces trois conférences nous permettent d'apprécier un peu mieux leur richesse et leur complexité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 108  pages
  • Dimensions :  0.6cmx13.2cmx21.0cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Bibliothèque Nationale Paru le
  • Collection : Grandes conférences
  • ISBN :  2717722637
  • EAN13 :  9782717722635
  • Classe Dewey :  203.42
  • Langue : Français

D'autres livres de René Girard

Mensonge romantique et vérité romanesque

Nous nous croyons libres, autonomes dans nos choix, que ce soit celui d'une personne ou d'un objet. Illusion romantique ! En réalité, nous ne choisissons que des objets désirés par l'autre, mus le plus souvent par ce que Stendhal appelle les sentiments modernes, fruits de l'universelle [....]...

Le Bouc émissaire

Le penchant de l'homme à chercher des boucs émissaires responsables de ses malheurs a rarement fait l'objet d'une réflexion critique. C'est désormais chose faite grâce à René Girard. Il montre ici comment le mécanisme du bouc émissaire repose sur une illusion persécutrice partagée [......

Des choses cachées depuis la fondation du monde

Un ouvrage qui révolutionne les sciences humaines. Parallèlement à une analyse approfondie des mécanismes qui règlent la vie des sociétés, René Girard développe et commente magistralement ce qu'il estime être l'antidote contre la violence : la parole biblique. Une lecture et une [....]...

Achever Clausewitz

René Girard aborde dans ces entretiens l'oeuvre de Cari von Clausewitz, stratège prussien auteur du De la guerre. Ce traité inachevé a été étudié par de nombreux militaires, hommes politiques ou philosophes. On en a retenu un axiome essentiel : " La guerre est la continuation de la [....]...

Voir tous les livres de René Girard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cet ouvrage prolonge les conférences données par René Girard à la Bibliothèque nationale de France, dans le grand auditorium du site François-Mitterrand, les 21, 22 et 23 octobre 2002. Dans le cadre des conférences organisées grâce au soutien de la Fondation Simone et Cino del Duca, la BNF a accueilli René Girard, dont les livres sont étudiés et traduits dans le monde entier - parmi les plus célèbres, Mensonge romantique et vérité romanesque (Grasset, 1961), La Violence et le sacré (Grasset, 1972), Des choses cachées depuis la fondation du monde (Grasset, 1978), Le Bouc émissaire (Grasset, 1982). René Girard a longtemps enseigné la littérature française à l'université de Stanford. La réflexion anthropologique a longtemps perçu dans le sacrifice sanglant une espèce d'énigme qu'elle s'est efforcée de résoudre mais sans y parvenir. On s'est dit alors que le sacrifice en général, le sacrifice en soi, n'existe peut-être pas. L'hypothèse d'une illusion conceptuelle est légitime en tant qu'hypothèse mais, dans la seconde moitié du XXe siècle elle s'est durcie en un dogme d'autant plus intolérant qu'il croit triompher de l'intolérance occidentale, de notre impérialisme de la connaissance. Sous l'emprise de ce dogme, la majorité des chercheurs a rejeté la théorie mimétique qui réaffirme la nature énigmatique du sacrifice et enracine son universalité dans la violence mimétique de tous les groupes archaïques. Pour illustrer la théorie mimétique, René Girard interroge la plus puissante réflexion religieuse sur le sacrifice, celle de l'Inde védique, rassemblée dans les vertigineuses Brahamanas. On trouve dans la Bible des violences collectives semblables à celles qui engendrent les sacrifices mais, au lieu d'être attribuées aux victimes, la Bible et les Evangiles attribuent la responsabilité de ces violences à leurs auteurs véritables, les persécuteurs de la victime unique. Au lieu d'élaborer des mythes, par conséquent, la Bible et les Evangiles disent la vérité : on y trouve l'explication du processus sacrificiel, le processus victimaire ne peut donc plus servir de modèle aux sacrificateurs. En reconnaissant que la tradition védique peut conduire elle aussi à une révélation qui discrédite les sacrifices, loin de privilégier indûment la tradition occidentale et de lui conférer un monopole sur l'intelligence et la répudiation des sacrifices sanglants, l'analyse mimétique reconnaît des traits comparables mais jamais vraiment identiques dans la tradition indienne. Même si nous restons incapables de débrouiller vraiment le rapport qui unit et sépare ces deux traditions, ces trois conférences nous permettent d'apprécier un peu mieux leur richesse et leur complexité.