share_book
Envoyer cet article par e-mail

Zones humides

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Zones humides

Zones humides

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Zones humides"

« S'occuper des personnes âgées en famille, j'en pense le plus grand bien. Moi, comme presque tous les enfants de divorcés, j'ai envie que mes parents se remettent ensemble. Le jour où ils seront dépendants, je n'aurai qu'à flanquer leurs compagnons en maison de retraite. Ensuite, je m'occuperai chez moi de mes parents divorcés, je les collerai dans un seul et même lit conjugal jusqu'à ce que mort s'ensuive. C'est mon idée du bonheur suprême. Il suffit de patienter : un jour, j'aurai la main.» « C'est un roman explicite, souvent choquant, mais c'est aussi une oeuvre littéraire étonnamment accomplie qui rappelle la voix de J.D. Salinger dans 'L'attrape-coeurs', la perversion du 'Crash' de J.G. Ballard et le programme féministe de Germaine Greer dans 'La femme eunuque'. » --Vanity Fair « Succès sans précédent pour une histoire bien d'aujourd'hui. » --Libération « Une réussite littéraire. » --Le nouvel Observateur

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 226  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.4cmx20.6cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Anabet Paru le
  • Collection : LITTERATURE
  • ISBN :  2352660505
  • EAN13 :  9782352660507
  • Classe Dewey :  830
  • Langue : Français

D'autres livres de Charlotte Roche

Zones humides

Admise aux urgences pour soigner une fissure anale, Hélène Memel, qui s'ennuie dans son lit d'hôpital, décide de profiter de son immobilité forcée pour égrener les souvenirs de sa vie sexuelle : rituels corporels, pratiques expérimentales, épisodes trash... Elle déroule tout un florilège ...

Prix : 70 DH
Petites morts

Charlotte Roche s est d abord fait connaître comme présentatrice télé, notamment en animant l émission underground Fast Forward. Son premier roman, Zones humides, a été le livre le plus vendu en Allemagne en 2008 et est aussi devenu un best-seller international, traduit dans vingt-sept pays....

Voir tous les livres de Charlotte Roche

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« S'occuper des personnes âgées en famille, j'en pense le plus grand bien. Moi, comme presque tous les enfants de divorcés, j'ai envie que mes parents se remettent ensemble. Le jour où ils seront dépendants, je n'aurai qu'à flanquer leurs compagnons en maison de retraite. Ensuite, je m'occuperai chez moi de mes parents divorcés, je les collerai dans un seul et même lit conjugal jusqu'à ce que mort s'ensuive. C'est mon idée du bonheur suprême. Il suffit de patienter : un jour, j'aurai la main.» « C'est un roman explicite, souvent choquant, mais c'est aussi une oeuvre littéraire étonnamment accomplie qui rappelle la voix de J.D. Salinger dans 'L'attrape-coeurs', la perversion du 'Crash' de J.G. Ballard et le programme féministe de Germaine Greer dans 'La femme eunuque'. » --Vanity Fair « Succès sans précédent pour une histoire bien d'aujourd'hui. » --Libération « Une réussite littéraire. » --Le nouvel Observateur