share_book
Envoyer cet article par e-mail

Poupée Bella

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Poupée Bella

Poupée Bella

  (Auteur)


Prix : 66,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Poupée Bella"

Paris 30 octobre 1987 Je veux une arme pour me défendre, je veux le plus beau corps de la terre, je veux que le ciel de la nuit me protège, j'ai de la folie dans la tête, j'ai de l'or entre les mains, je suis une femme, je suis un homme, je suis tout, je ne suis rien, je déteste les filles qui font trop filles, je n'ai rien d'une fille normale, je perds ma voix, je gagne un coeur, je bois une bière glacée, je danse seule devant le miroir de la chambre, je n'ai rien de silencieux en moi, tout bouge, tout crie, tout se déplace, je quitte la vraie vie, je suis un secret, avant, j'entendais : Elle a un drôle de visage, elle a un regard qui dérange, elle n'est pas douce, elle a l'odeur d'un garçon, elle s'habille n'importe comment, elle a une beauté spéciale, on ne sait pas ce qu'elle deviendra ; je sais nager, je sais écrire, je saurai aimer. Le jardin du Luxembourg est fermé, j'entends le bruit des feuilles, j'entends le bruit du vent dans les arbres, j'entends la ville et je ne suis plus dans la ville, il n'y a que mon corps, il n'y a que mon désir, je suis la Missy de Colette, je suis la Thérèse de Carol, je suis si petite, je suis immense dans la nuit, je sais et je ne sais pas, je peux et je ne peux pas, j'entre avant minuit au Katmandou, club féminin, j'entre sous la terre, j'entre dans mon corps, la nuit est un brasier. C'est l'odeur, d'abord, l'odeur des corps, je marche, je suis immobile, je cherche quelqu'un, je cherche une fille, c'est une terre étrangère, ici, c'est la voix d'une femme – 80 francs, la boisson est comprise –, ce sont les yeux, ce sont les mains, les petites marches à monter, c'est un spectacle, c'est le Milieu des Filles, je suis dans la forêt, je suis dans les sables, avant je n'avais peur de rien, avant je prenais des trains dans la nuit, je suis dans ma demeure, c'est le Katmandou, ce n'est pas Bilitis, ce n'est pas Patricia Highsmith, je ne sais pas si je dois danser, je ne sais pas si je dois boire, je ne sais pas si je peux fumer, je ne veux plus rentrer chez moi, je veux savoir, combien je vaux, combien je peux espérer de ce corps là, j'ai peur des femmes, je ne sais plus danser, il y a cette chanson de Stephan Eicher, Combien de temps, et à moi, combien faudra-t-il de temps pour trouver, pour être choisie ? Je pourrais embrasser n'importe qui. Je veux juste une voix qui répétera mon prénom. Combien de temps faudra-t-il pour trouver ? Pour devenir ce que je suis ? Combien de temps pour avoir mes habitudes au Katmandou? Combien de temps pour trouver ma place, ma table, mon siège? Combien de temps pour danser? Je cherche, comme cherchent les hommes. Chez les filles il y a encore des slows. Chez les filles il y a encore la boule qui tourne au-dessus de la piste. Chez les filles, on entend : Je peux vous inviter ? Je n'ai plus de visage, je peux tout perdre ici. Ce que je suis. Ce que j'étais. Je deviens une professionnelle. Je suis la proie. Je suis l'appât. Bientôt, moi aussi j'attendrai à une table. Je regarderai. Ici, on vieillit si vite. Seule compte la première fois. Je sais qu'on me regarde. Ce n'est pas pour ce que je suis. C'est juste parce qu'on ne m'a jamais vue. C'est un petit milieu. C'est un petit salon. C'est le deuxième monde. Je ne connais pas ces visages. Vous habitez Paris ? Vous avez quel âge ? Vous êtes venue seule ? Je veux rentrer avec quelqu'un. Je ne suis rien. Je suis tout. Je ne sais pas faire. Je me sens malade. Je me sens en vie. Ce n'est plus ma jeunesse. Je veux bien changer de vie. Je veux bien changer d'adresse. Je veux bien changer de nom. Je suis là. Regardez-moi. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 150  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253111872
  • EAN13 :  9782253111870
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Nina Bouraoui

Poing mort

Sous les saules pleureurs, des chats s'accouplent, griffent la terre et hurlent d'impuissance. Une femme garde les morts. Le cimetière s'agence en allées, en sections, en divisions. La nuit, munie d'une lampe, la femme parcourt les travées et s'arrête sur les lits de pierres. Entre les tiroirs ...

Prix : 55 DH
Mes mauvaises pensées

"Pendant trois ans, je me suis rendue une fois par semaine chez le docteur C. À chaque séance, j'avais l'impression de lui donner un livre, il s'agissait toujours de liens, de séparations, de rencontres, à chaque séance, je construisais et déconstruisais un édifice amoureux. Mes mauvaises pen...

Prix : 95 DH

La Vie heureuse

" Il n'y a aucun choix à aimer une fille. C'est violent. C'est l'instinct. C'est la peau qui parle. C'est le sang qui s'exprime. Je n'ai pas choisi d'aimer Diane. C'est une loi physique. C'est une attraction. C'est comme la Lune et le Soleil. C'est comme la pierre dans l'eau. C'est comme l'été et...

Prix : 170 DH
Mes mauvaises pensées - Prix Renaudot 2005

"Pendant trois ans, je me suis rendue une fois par semaine chez le docteur C. À chaque séance, j'avais l'impression de lui donner un livre, il s'agissait toujours de liens, de séparations, de rencontres, à chaque séance, je construisais et déconstruisais un édifice amoureux. Mes mauvaises pen...

Prix : 236 DH

Voir tous les livres de Nina Bouraoui

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Paris 30 octobre 1987 Je veux une arme pour me défendre, je veux le plus beau corps de la terre, je veux que le ciel de la nuit me protège, j'ai de la folie dans la tête, j'ai de l'or entre les mains, je suis une femme, je suis un homme, je suis tout, je ne suis rien, je déteste les filles qui font trop filles, je n'ai rien d'une fille normale, je perds ma voix, je gagne un coeur, je bois une bière glacée, je danse seule devant le miroir de la chambre, je n'ai rien de silencieux en moi, tout bouge, tout crie, tout se déplace, je quitte la vraie vie, je suis un secret, avant, j'entendais : Elle a un drôle de visage, elle a un regard qui dérange, elle n'est pas douce, elle a l'odeur d'un garçon, elle s'habille n'importe comment, elle a une beauté spéciale, on ne sait pas ce qu'elle deviendra ; je sais nager, je sais écrire, je saurai aimer. Le jardin du Luxembourg est fermé, j'entends le bruit des feuilles, j'entends le bruit du vent dans les arbres, j'entends la ville et je ne suis plus dans la ville, il n'y a que mon corps, il n'y a que mon désir, je suis la Missy de Colette, je suis la Thérèse de Carol, je suis si petite, je suis immense dans la nuit, je sais et je ne sais pas, je peux et je ne peux pas, j'entre avant minuit au Katmandou, club féminin, j'entre sous la terre, j'entre dans mon corps, la nuit est un brasier. C'est l'odeur, d'abord, l'odeur des corps, je marche, je suis immobile, je cherche quelqu'un, je cherche une fille, c'est une terre étrangère, ici, c'est la voix d'une femme – 80 francs, la boisson est comprise –, ce sont les yeux, ce sont les mains, les petites marches à monter, c'est un spectacle, c'est le Milieu des Filles, je suis dans la forêt, je suis dans les sables, avant je n'avais peur de rien, avant je prenais des trains dans la nuit, je suis dans ma demeure, c'est le Katmandou, ce n'est pas Bilitis, ce n'est pas Patricia Highsmith, je ne sais pas si je dois danser, je ne sais pas si je dois boire, je ne sais pas si je peux fumer, je ne veux plus rentrer chez moi, je veux savoir, combien je vaux, combien je peux espérer de ce corps là, j'ai peur des femmes, je ne sais plus danser, il y a cette chanson de Stephan Eicher, Combien de temps, et à moi, combien faudra-t-il de temps pour trouver, pour être choisie ? Je pourrais embrasser n'importe qui. Je veux juste une voix qui répétera mon prénom. Combien de temps faudra-t-il pour trouver ? Pour devenir ce que je suis ? Combien de temps pour avoir mes habitudes au Katmandou? Combien de temps pour trouver ma place, ma table, mon siège? Combien de temps pour danser? Je cherche, comme cherchent les hommes. Chez les filles il y a encore des slows. Chez les filles il y a encore la boule qui tourne au-dessus de la piste. Chez les filles, on entend : Je peux vous inviter ? Je n'ai plus de visage, je peux tout perdre ici. Ce que je suis. Ce que j'étais. Je deviens une professionnelle. Je suis la proie. Je suis l'appât. Bientôt, moi aussi j'attendrai à une table. Je regarderai. Ici, on vieillit si vite. Seule compte la première fois. Je sais qu'on me regarde. Ce n'est pas pour ce que je suis. C'est juste parce qu'on ne m'a jamais vue. C'est un petit milieu. C'est un petit salon. C'est le deuxième monde. Je ne connais pas ces visages. Vous habitez Paris ? Vous avez quel âge ? Vous êtes venue seule ? Je veux rentrer avec quelqu'un. Je ne suis rien. Je suis tout. Je ne sais pas faire. Je me sens malade. Je me sens en vie. Ce n'est plus ma jeunesse. Je veux bien changer de vie. Je veux bien changer d'adresse. Je veux bien changer de nom. Je suis là. Regardez-moi. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .