share_book
Envoyer cet article par e-mail

Grain de sable sous le capot : Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Grain de sable sous le capot : Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003)

Grain de sable sous le capot : Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Grain de sable sous le capot : Résistance & contre-culture ouvrière : les..."

D'autres ouvriers auraient pu écrire cette chronique de la chaîne à Peugeot-Sochaux, que j'ai signée du pseudonyme de Marcel Durand pour ne pas m'approprier cette mémoire collective. Je prenais des notes à l'occasion d'événements marquants : prises de gueule avec le chef, rigolades entre collègues, débrayages, grèves. Je voulais garder une trace de cette vie à la chaîne, décrire l'ambiance du travail. Pour moi. Pour les copains de galère aussi. Pour faire une sorte d'album de famille de la dizaine de vrais copains de la Carrosserie. Huit heures par jour au boulot, ce n'est pas rien. Même si on résiste, la chaîne déteint sur nous. En ville, on continue de courir comme si on était toujours à s'agiter autour des carcasses de bagnoles. On parle fort parce que les machines ne s'arrêtent jamais de nous vriller les oreilles. On laisse des plumes au boulot. Plusieurs copains y ont laissé leur peau. Ecrit par un ouvrier de Sochaux qui a passé trente ans en chaîne, ce livre raconte la vie au jour le jour d'un OS de base. Il montre comment l'usine ne cesse d'exercer sa violence et comment une résistance, à la fois spontanée et organisée, se manifeste sous des formes toujours nouvelles face aux " innovations " du management. La singularité de ce texte tient à ce qu'il nous fait entendre la voix d'un " ouvrier ordinaire ", c'est-à-dire celui qui d'habitude n'est pas entendu parce qu'il n'a pas de légitimité particulière pour prendre la parole. L'auteur, Hubert Truxler (alias Marcel Durand), incarne la figure du travailleur récalcitrant, conscient qu'il vaut autant que les autres.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 428  pages
  • Dimensions :  2.4cmx12.0cmx20.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Agone Paru le
  • Collection : Mémoires sociales
  • ISBN :  274890060X
  • EAN13 :  9782748900606
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

D'autres ouvriers auraient pu écrire cette chronique de la chaîne à Peugeot-Sochaux, que j'ai signée du pseudonyme de Marcel Durand pour ne pas m'approprier cette mémoire collective. Je prenais des notes à l'occasion d'événements marquants : prises de gueule avec le chef, rigolades entre collègues, débrayages, grèves. Je voulais garder une trace de cette vie à la chaîne, décrire l'ambiance du travail. Pour moi. Pour les copains de galère aussi. Pour faire une sorte d'album de famille de la dizaine de vrais copains de la Carrosserie. Huit heures par jour au boulot, ce n'est pas rien. Même si on résiste, la chaîne déteint sur nous. En ville, on continue de courir comme si on était toujours à s'agiter autour des carcasses de bagnoles. On parle fort parce que les machines ne s'arrêtent jamais de nous vriller les oreilles. On laisse des plumes au boulot. Plusieurs copains y ont laissé leur peau. Ecrit par un ouvrier de Sochaux qui a passé trente ans en chaîne, ce livre raconte la vie au jour le jour d'un OS de base. Il montre comment l'usine ne cesse d'exercer sa violence et comment une résistance, à la fois spontanée et organisée, se manifeste sous des formes toujours nouvelles face aux " innovations " du management. La singularité de ce texte tient à ce qu'il nous fait entendre la voix d'un " ouvrier ordinaire ", c'est-à-dire celui qui d'habitude n'est pas entendu parce qu'il n'a pas de légitimité particulière pour prendre la parole. L'auteur, Hubert Truxler (alias Marcel Durand), incarne la figure du travailleur récalcitrant, conscient qu'il vaut autant que les autres.