share_book
Envoyer cet article par e-mail

Souvenirs, impressions, pensées et paysages, pendant Un voyage en Orient (1832-1833), ou Notes d'un voyageur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Souvenirs, impressions, pensées et paysages, pendant Un voyage en Orient (1832-1833), ou Notes d'un voyageur

Souvenirs, impressions, pensées et paysages, pendant Un voyage en Orient (1832-1833), ou Notes d'un voyageur

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Souvenirs, impressions, pensées et paysages, pendant Un voyage en Orient (1832-1833), ou..."

L'Orient d'Alphonse de Lamartine excède largement le cadre du voyage. A la différence des plus célèbres voyages en Orient du XIXe siècle, ceux de Chateaubriand, de Nerval, de Flaubert ou de Gautier, son expédition n'est pas un intermède répondant à une mode, destiné à nourrir une aspiration vague ou à faire provision de pittoresque : loin d'être circonstanciel, son orientalisme, qui précède le voyage et qui ne cessera de nourrir son inspiration, est durable. L'authenticité des faits rapportés importe moins que la vérité intérieure dans ce récit profondément subjectif que sa dramatisation fait accéder à une autre forme de vraisemblance. La personnalité de Lamartine ne se laisse jamais éclipser. Le poète, qui entretenait ce rêve depuis l'enfance, partait à la recherche de réponses à ses interrogations existentielles. Quand en juillet 1832 Lamartine s'embarque pour un voyage en Grèce et dans l'Empire ottoman, c'est un écrivain romantique célèbre, élu depuis trois ans à l'Académie française, auteur de poèmes d'inspiration intime et religieuse : les Méditations et les Harmonies. Mais il déclare : « J'ai l'Orient dans l'imagination. C'est un de ces désirs qu'il faut satisfaire, il y en a tant qu'il faut étouffer ». Et encore : « J'ai besoin de vivre un an ou deux dans la poudre des vieux siècles, j'aime mieux cette poussière que notre boue ». Le véritable périple, commencé en juin 1832, finit en octobre 1833. Quant au récit, la tradition encyclopédique héritée du XVIIIe siècle s'y allie au goût du pittoresque romantique. Des sources orientales sont insérées comme des morceaux bruts dans le récit : la démarche s'apparente à celle des orientalistes, à l'heure où la sauvegarde du patrimoine populaire occupe l'Europe entière. Entamée à l'automne 1833, la rédaction sera achevée en quatre mois, de juillet à septembre 1834. Les notes rédigées en chemin occupent un faible volume par rapport à l'ensemble. Des poèmes, antérieurs au voyage, élaborés en route ou postérieurs truffent le récit. L'ouvrage paraît d'avril à juin 1835. Lamartine le résume ainsi : « Je partis pour l'Orient, et j'y promenai deux ans mon inquiétude dans la Turquie, dans l'Archipel, dans le Taurus, dans la Terre sainte, dans la Syrie, dans le Liban. Je revins ».

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1175  pages
  • Dimensions :  5.2cmx10.6cmx17.6cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio Classique
  • ISBN :  207034777X
  • EAN13 :  9782070347773
  • Classe Dewey :  846
  • Langue : Français

D'autres livres de Alphonse de Lamartine

Méditations poétiques

Prix : 116 DH

Méditations poétiques

En 1849, à près de soixante ans, alors que sa figure déjà s'efface et que son récent échec à la présidence de la République vient d'écorner sa gloire, Lamartine, dans une préface aux Méditations poétiques, confie sans gloriole inutile : " je suis le premier qui ai fait descendre la [...

Prix : 98 DH

Voir tous les livres de Alphonse de Lamartine

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'Orient d'Alphonse de Lamartine excède largement le cadre du voyage. A la différence des plus célèbres voyages en Orient du XIXe siècle, ceux de Chateaubriand, de Nerval, de Flaubert ou de Gautier, son expédition n'est pas un intermède répondant à une mode, destiné à nourrir une aspiration vague ou à faire provision de pittoresque : loin d'être circonstanciel, son orientalisme, qui précède le voyage et qui ne cessera de nourrir son inspiration, est durable. L'authenticité des faits rapportés importe moins que la vérité intérieure dans ce récit profondément subjectif que sa dramatisation fait accéder à une autre forme de vraisemblance. La personnalité de Lamartine ne se laisse jamais éclipser. Le poète, qui entretenait ce rêve depuis l'enfance, partait à la recherche de réponses à ses interrogations existentielles. Quand en juillet 1832 Lamartine s'embarque pour un voyage en Grèce et dans l'Empire ottoman, c'est un écrivain romantique célèbre, élu depuis trois ans à l'Académie française, auteur de poèmes d'inspiration intime et religieuse : les Méditations et les Harmonies. Mais il déclare : « J'ai l'Orient dans l'imagination. C'est un de ces désirs qu'il faut satisfaire, il y en a tant qu'il faut étouffer ». Et encore : « J'ai besoin de vivre un an ou deux dans la poudre des vieux siècles, j'aime mieux cette poussière que notre boue ». Le véritable périple, commencé en juin 1832, finit en octobre 1833. Quant au récit, la tradition encyclopédique héritée du XVIIIe siècle s'y allie au goût du pittoresque romantique. Des sources orientales sont insérées comme des morceaux bruts dans le récit : la démarche s'apparente à celle des orientalistes, à l'heure où la sauvegarde du patrimoine populaire occupe l'Europe entière. Entamée à l'automne 1833, la rédaction sera achevée en quatre mois, de juillet à septembre 1834. Les notes rédigées en chemin occupent un faible volume par rapport à l'ensemble. Des poèmes, antérieurs au voyage, élaborés en route ou postérieurs truffent le récit. L'ouvrage paraît d'avril à juin 1835. Lamartine le résume ainsi : « Je partis pour l'Orient, et j'y promenai deux ans mon inquiétude dans la Turquie, dans l'Archipel, dans le Taurus, dans la Terre sainte, dans la Syrie, dans le Liban. Je revins ».