share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Parties d'echecs de Bobby Fisher

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Parties d'echecs de Bobby Fisher

Les Parties d'echecs de Bobby Fisher

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Parties d'echecs de Bobby Fisher"

« Il y a juste vous et votre adversaire sur l?échiquier. Et vous essayez de prouver quelque chose. » Dans ces deux phrases, tout l?engagement mental et le véritable amour du jeu d?échecs de Bobby Fischer sont résumés. En rassemblant toutes les parties de celui qui brisa l?hégémonie soviétique en battant Boris Spassky pour la couronne mondiale en 1972, les auteurs nous montrent, parties à l?appui, tout le chemin parcouru par le kid de Brooklyn. Des petits tournois obscurs à sa grande entrée sur l?arène internationale à quinze ans, Bobby Fischer consacrait selon ses propres dires « 98 % de son énergie aux échecs là où d?autres en consacrent 2 % ». Infatigable dans ses préparations d?avant-partie, il l?était aussi sur l?échiquier, au ravissement de ses aficionados. En rejouant ses parties, en analysant ses résultats dans les grilles de tournois nationaux ou internationaux, on voit Fischer se battre à chaque coup, à chaque ronde. Seul contre tous, seul contre les Soviétiques, pratiquement sans secondant, et avec une énergie communicative. Si depuis les années Fischer, la théorie des ouvertures a évolué, cette force mentale et cette volonté de vaincre à n?importe quel stade de la partie et contre n?importe quel adversaire n?ont pas trouvé d?équivalent.Fischer s?est retiré du monde des échecs en 1972 avant de faire une brève réapparition ? définitive ? dans un match privé « revanche » contre Spassky en 1992, qu?il remporta également. Ses fantastiques partitions, aisément lisibles avec deux index, l?un par ouverture, l?autre par joueur, resteront dans la mémoire de générations de joueurs.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 510  pages
  • Dimensions :  3.4cmx14.2cmx22.2cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Payot 
  • Collection : checs Payot
  • ISBN :  2228886696
  • EAN13 :  9782228886697
  • Classe Dewey :  795
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Il y a juste vous et votre adversaire sur l?échiquier. Et vous essayez de prouver quelque chose. » Dans ces deux phrases, tout l?engagement mental et le véritable amour du jeu d?échecs de Bobby Fischer sont résumés. En rassemblant toutes les parties de celui qui brisa l?hégémonie soviétique en battant Boris Spassky pour la couronne mondiale en 1972, les auteurs nous montrent, parties à l?appui, tout le chemin parcouru par le kid de Brooklyn. Des petits tournois obscurs à sa grande entrée sur l?arène internationale à quinze ans, Bobby Fischer consacrait selon ses propres dires « 98 % de son énergie aux échecs là où d?autres en consacrent 2 % ». Infatigable dans ses préparations d?avant-partie, il l?était aussi sur l?échiquier, au ravissement de ses aficionados. En rejouant ses parties, en analysant ses résultats dans les grilles de tournois nationaux ou internationaux, on voit Fischer se battre à chaque coup, à chaque ronde. Seul contre tous, seul contre les Soviétiques, pratiquement sans secondant, et avec une énergie communicative. Si depuis les années Fischer, la théorie des ouvertures a évolué, cette force mentale et cette volonté de vaincre à n?importe quel stade de la partie et contre n?importe quel adversaire n?ont pas trouvé d?équivalent.Fischer s?est retiré du monde des échecs en 1972 avant de faire une brève réapparition ? définitive ? dans un match privé « revanche » contre Spassky en 1992, qu?il remporta également. Ses fantastiques partitions, aisément lisibles avec deux index, l?un par ouverture, l?autre par joueur, resteront dans la mémoire de générations de joueurs.