share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le corps noir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le corps noir

Le corps noir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le corps noir"

Le roman se passe à Paris entre le jour du débarquement et celui de la Libération de la capitale. Nous sommes parmi les hommes de la gestapo française notamment ceux d'entre eux qui travaillent directement pour les SS (ce qu'on appelle « le corps noir ») et nous assitons à la décomposition d'abord lente et incertaine puis violente et désordonnée de ce qui fut l'épicentre de la collaboration française. Un autre titre pour le livre aurait pu être « un été pourri » mais cet été-là conduit au départ des troupes allemandes. Et ceux qui versent alors des larmes sont heureusement minoritaires. Quoique... Dominique Manotti, avec une efficacité et parfois une cruauté remarquables, nous montre l'extraordinaire confusion des genres. L'espion américain ne travaillerait-il pas pour les Allemands ? L'industriel français qui va si bien s'en sortir et qui protège un confrère juif dépossédé n'a-t-il pas été finalement le plus ambigü des collaborateurs ? Et le résistant clandestin qui travaille officiellement pour la brigade mondaine sait-il clairement pourquoi il engage sa liberté et sa vie ? La peinture des hommes de main de la gestapo française est tout simplement effarante. Ce sont des braves brutes et ce sont les plus effrayants des assassins. Au moment où ils sentent que tout cela va se terminer, ils disent et se disent qu'ils ont quand même vécu quatre années formidables. La romancière réussit l'exploit de nous amener au coeur de ce que Patrick Rotman nommait l' « ennemi intime ». Le clair-obscur est omniprésent et le camp des vainqueurs jusqu'à l'extrême fin paraît changer de bord. C'est un livre qu'on lit d'une traite, parfois suffoqué par tant de violence. Ce livre qui a le souffle d'un thriller et l'efficacité d'un roman noir n'est ni un roman policier ni un roman historique. C'est un roman pur, nourri d'une connaissance extrêmement fine du contexte historique, une peinture effrayante du mal absolu. Entre le débarquement et la Libération de Paris, nous vivons, parlons, mangeons et tuons, avec les hommes de la gestapo française. Ils se croient le camp des vainqueurs, ils sont le camp des vaincus. De toute manière, au long de cet été pourri, la frontière est indécise. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 273  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Points Paru le
  • Collection : Points Thriller
  • ISBN :  2757800043
  • EAN13 :  9782757800041
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Manotti

L'Honorable société

À Paris, deux jours avant le premier tour des élections présidentielles,deux hommes cagoulés pénètrent dans un appartement du 17earrondissement. Une seule chose semble les intéresser : l ordinateurportable du propriétaire des lieux, un certain Benoît Soubise, dont ilscopient [....]...

Bien connu des services de police

Panteuil dans la banlieue parisienne, ses cités, ses squats, ses trafics et son commissariat. Sébastien Doche et Isabelle Lefèvre y sont affectés sous les ordres de la très ambitieuse et glaciale commissaire Le Muir, surnommée La Muraille. Parmi leurs collègues, les flics de la BAC de nuit...

Nos fantastiques années fric

En claquant la porte du domicile familial pour fuir l'intransigeance paternelle, la jeune Noria Ghozali ne pensait pas devenir enquêtrice. Et pourtant ! Désormais seule, tout juste majeure et grâce à un "niveau bac", elle se retrouve engagée dans la police de proximité du XIXe arrondissement...

Voir tous les livres de Dominique Manotti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le roman se passe à Paris entre le jour du débarquement et celui de la Libération de la capitale. Nous sommes parmi les hommes de la gestapo française notamment ceux d'entre eux qui travaillent directement pour les SS (ce qu'on appelle « le corps noir ») et nous assitons à la décomposition d'abord lente et incertaine puis violente et désordonnée de ce qui fut l'épicentre de la collaboration française. Un autre titre pour le livre aurait pu être « un été pourri » mais cet été-là conduit au départ des troupes allemandes. Et ceux qui versent alors des larmes sont heureusement minoritaires. Quoique... Dominique Manotti, avec une efficacité et parfois une cruauté remarquables, nous montre l'extraordinaire confusion des genres. L'espion américain ne travaillerait-il pas pour les Allemands ? L'industriel français qui va si bien s'en sortir et qui protège un confrère juif dépossédé n'a-t-il pas été finalement le plus ambigü des collaborateurs ? Et le résistant clandestin qui travaille officiellement pour la brigade mondaine sait-il clairement pourquoi il engage sa liberté et sa vie ? La peinture des hommes de main de la gestapo française est tout simplement effarante. Ce sont des braves brutes et ce sont les plus effrayants des assassins. Au moment où ils sentent que tout cela va se terminer, ils disent et se disent qu'ils ont quand même vécu quatre années formidables. La romancière réussit l'exploit de nous amener au coeur de ce que Patrick Rotman nommait l' « ennemi intime ». Le clair-obscur est omniprésent et le camp des vainqueurs jusqu'à l'extrême fin paraît changer de bord. C'est un livre qu'on lit d'une traite, parfois suffoqué par tant de violence. Ce livre qui a le souffle d'un thriller et l'efficacité d'un roman noir n'est ni un roman policier ni un roman historique. C'est un roman pur, nourri d'une connaissance extrêmement fine du contexte historique, une peinture effrayante du mal absolu. Entre le débarquement et la Libération de Paris, nous vivons, parlons, mangeons et tuons, avec les hommes de la gestapo française. Ils se croient le camp des vainqueurs, ils sont le camp des vaincus. De toute manière, au long de cet été pourri, la frontière est indécise. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .