share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Vie de Mardochée de Lowenfels écrite par lui-même

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Vie de Mardochée de Lowenfels écrite par lui-même

La Vie de Mardochée de Lowenfels écrite par lui-même

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Vie de Mardochée de Lowenfels écrite par lui-même"

Les noms sont souvent un destin : celui de Mardochée, ainsi baptisé selon le voeu imprudent d’un de ses aïeux lors de la troisième croisade, le mènera bien loin du duché familial. Dans le récit haut en couleur de ses apprentissages, on découvre un xive siècle très détaché des conventions du genre historique. Sans doute y voit-on se dérouler aventures de grand chemin, scènes de liesse et complots politiques ; sans doute y croise-t-on, parmi d’autres figures réelles ou inventées, maître Eckhart, Guillaume d’Ockam et Marsile de Padoue. Mais la fantaisie désinvolte de l’auteur triomphe toujours : les truands y sont bons pères de famille, les théologiens athées, les rejetons d’empereur républicains... Diane Meur prouve en tout cas pour notre plus grand plaisir que l’érudition n’est pas l’ennemie du souffle ni de l’ironie. Carole Vantroys, Lire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 512  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253126357
  • EAN13 :  9782253126355
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Diane Meur

Les Vivants et les Ombres

1821. En Galicie, alors rattachée à l'empire habsbourgeois, l'obscure famille Zemka reconquiert le domaine fondé par un ancêtre issu de la noblesse et s'engage fiévreusement dans la lutte d'indépendance de la Pologne. Pour retracer son ascension puis sa décadence, Diane Meur convoque une [......

Prix : 108 DH
Les villes de la plaine

Les Villes de la plaine est un roman antique, campé dans une civilisation imaginaire qui emprunte des traits à l'Egypte et à la Babylonie, mais aussi à l'Ancien Testament. Une civilisation du Livre, monothéiste avant l'heure, qui malgré son exotisme nous est bien plus proche qu'il n'y paraît....

Les vivants et les ombres

Avec cette saga familiale qui se déploie sur près d'un siècle, Diane Meur confirme son formidable talent de romancière. En Galicie, terre rattachée à l'empire habsbourgeois depuis le partage de la Pologne, l'obscure famille Zemka reconquiert le domaine fondé par un ancêtre noble et s'engage ...

Voir tous les livres de Diane Meur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les noms sont souvent un destin : celui de Mardochée, ainsi baptisé selon le voeu imprudent d’un de ses aïeux lors de la troisième croisade, le mènera bien loin du duché familial. Dans le récit haut en couleur de ses apprentissages, on découvre un xive siècle très détaché des conventions du genre historique. Sans doute y voit-on se dérouler aventures de grand chemin, scènes de liesse et complots politiques ; sans doute y croise-t-on, parmi d’autres figures réelles ou inventées, maître Eckhart, Guillaume d’Ockam et Marsile de Padoue. Mais la fantaisie désinvolte de l’auteur triomphe toujours : les truands y sont bons pères de famille, les théologiens athées, les rejetons d’empereur républicains... Diane Meur prouve en tout cas pour notre plus grand plaisir que l’érudition n’est pas l’ennemie du souffle ni de l’ironie. Carole Vantroys, Lire.