share_book
Envoyer cet article par e-mail

Bienheureux les fêlés... : Tout le monde peut créer son entreprise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Bienheureux les fêlés... : Tout le monde peut créer son entreprise

Bienheureux les fêlés... : Tout le monde peut créer son entreprise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Bienheureux les fêlés... : Tout le monde peut créer son entreprise"

"Bienheureux les fêlés...", c'est l'histoire vraie d'un entrepreneur qui pourrait être vous. Jugez plutôt. Il était une fois un brillant consultant qui rêvait de créer sa propre entreprise. Et qui lança en 1994 la première enseigne française de bars à café. Dans un livre passionné (1), Philippe Bloch raconte cette aventure. L'incroyable série de galères qu'il a surmontées et toutes les leçons qu'il en a tiré. Voici quatre extraits du récit d'entrepreneur le plus convaincant que nous ayons lu depuis longtemps. INNOVATION. Faites le test, demandez à vos clients ce qu'ils attendent de vous : « La même chose, plus vite, plus facile et moins cher ! » Dépourvu de toute imagination, aucun client ne vous suggérera une autre façon de faire votre métier. Il se montre incapable de se projeter dans un avenir différent de son présent. Il vaut mieux ne pas écouter ses clients si l'on souhaite mettre en place de véritables innovations, celles que l'on peut qualifier de rupture. INGRATITUDE. Bizarrement, ce sont nos partenaires les plus anciens, ceux qui ont le plus profité de nos années fastes, qui quitteront le navire en premier. Ainsi, nous apprenons par un recommandé mémorable qu'une agence de voyages American Express avec laquelle nous avions développé un courant d'affaires à la hauteur de nos innombrables déplacements de conférenciers « ne souhaite plus nous avoir comme clients » et « nous invite à changer d'agence dès réception de ce courrier ». Curieuse éthique que celle de ces grandes entreprises qui oublient au moindre retournement de conjoncture ce que vous représentiez pour elles quelques semaines plus tôt. FORCE. Le plus dur n'est pas de se lancer, car l'enthousiasme des débuts parvient à vaincre les doutes et à surmonter les obstacles. Au départ, c'est dur mais c'est normal. On avance, la vie et la réussite sont devant nous. Mais lorsque tout s'effondre, que les oiseaux de malheur ont eu raison de vos convictions, la course s'arrête [...]. Le plus difficile est alors de trouver la force de poursuivre. De lutter non plus contre nos détracteurs mais contre la réalité elle-même. Là intervient la seule force capable de soulever des montagnes, la capacité de l'homme de s'accrocher à son rêve. A continuer. DIFFÉRENCE. Columbus m'a appris à ne plus jamais penser que « ça ne marchera jamais ». On gagne toujours à innover pour ses clients. A condition toutefois de bien choisir son terrain, c'est-à-dire celui où l'on est sûr de pouvoir créer une vraie différence. Mieux vaut être excellent sur un créneau que moyen - voire bon - sur plusieurs. Dans un pays où il y a parfois trop d'enseignes et pas assez de clients, les entreprises qui gagnent ne sont pas celles qui s'obstinent à exceller en tout. Mais celles qui identifient une discipline dans laquelle elles choisissent de devenir les meilleures. Guillaume Roquette

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 286  pages
  • Dimensions :  2.6cmx13.6cmx21.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • ISBN :  222109929X
  • EAN13 :  9782221099292
  • Classe Dewey :  338.71
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Bloch

Service compris 2.0

Fondateur de "Columbus Café", auteur des best-sellers "Service compris", "Dinosaures & Caméléons" et "Bienheureux les Fêlés", animateur sur BFM Business et BFM TV, chroniqueur à "L'Entreprise", Philippe Bloch a animé plus de 1 800 conférences en France et en Europe depuis la sortie de son...

Prix : 250 DH

Ne me dites plus jamais bon courage ! Lexique anti-déprime à usage immédiat des français

Fondateur de Columbus Café, investisseur, conférencier, animateur sur BFM Business et chroniqueur aux Echos, Philippe Bloch est l'auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages de référence : Service compris, Dinosaures & Caméléons, Bienheureux les Fêlés... et Opération Boomerang....

Opération boomerang : 365 idées pour faire revenir vos clients à l'heure d'internet

Extrait de l'introduction Il y a vingt-cinq ans, une éternité, j'agaçais déjà mon entourage ! «Pourquoi t'énerves-tu, ça n'a aucune importance, détends-toi...», ne cessait-on de me répéter à chaque fois que je faisais remarquer à mes proches qu'un chauffeur de taxi ralentissait systém...

Voir tous les livres de Philippe Bloch

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

"Bienheureux les fêlés...", c'est l'histoire vraie d'un entrepreneur qui pourrait être vous. Jugez plutôt. Il était une fois un brillant consultant qui rêvait de créer sa propre entreprise. Et qui lança en 1994 la première enseigne française de bars à café. Dans un livre passionné (1), Philippe Bloch raconte cette aventure. L'incroyable série de galères qu'il a surmontées et toutes les leçons qu'il en a tiré. Voici quatre extraits du récit d'entrepreneur le plus convaincant que nous ayons lu depuis longtemps. INNOVATION. Faites le test, demandez à vos clients ce qu'ils attendent de vous : « La même chose, plus vite, plus facile et moins cher ! » Dépourvu de toute imagination, aucun client ne vous suggérera une autre façon de faire votre métier. Il se montre incapable de se projeter dans un avenir différent de son présent. Il vaut mieux ne pas écouter ses clients si l'on souhaite mettre en place de véritables innovations, celles que l'on peut qualifier de rupture. INGRATITUDE. Bizarrement, ce sont nos partenaires les plus anciens, ceux qui ont le plus profité de nos années fastes, qui quitteront le navire en premier. Ainsi, nous apprenons par un recommandé mémorable qu'une agence de voyages American Express avec laquelle nous avions développé un courant d'affaires à la hauteur de nos innombrables déplacements de conférenciers « ne souhaite plus nous avoir comme clients » et « nous invite à changer d'agence dès réception de ce courrier ». Curieuse éthique que celle de ces grandes entreprises qui oublient au moindre retournement de conjoncture ce que vous représentiez pour elles quelques semaines plus tôt. FORCE. Le plus dur n'est pas de se lancer, car l'enthousiasme des débuts parvient à vaincre les doutes et à surmonter les obstacles. Au départ, c'est dur mais c'est normal. On avance, la vie et la réussite sont devant nous. Mais lorsque tout s'effondre, que les oiseaux de malheur ont eu raison de vos convictions, la course s'arrête [...]. Le plus difficile est alors de trouver la force de poursuivre. De lutter non plus contre nos détracteurs mais contre la réalité elle-même. Là intervient la seule force capable de soulever des montagnes, la capacité de l'homme de s'accrocher à son rêve. A continuer. DIFFÉRENCE. Columbus m'a appris à ne plus jamais penser que « ça ne marchera jamais ». On gagne toujours à innover pour ses clients. A condition toutefois de bien choisir son terrain, c'est-à-dire celui où l'on est sûr de pouvoir créer une vraie différence. Mieux vaut être excellent sur un créneau que moyen - voire bon - sur plusieurs. Dans un pays où il y a parfois trop d'enseignes et pas assez de clients, les entreprises qui gagnent ne sont pas celles qui s'obstinent à exceller en tout. Mais celles qui identifient une discipline dans laquelle elles choisissent de devenir les meilleures. Guillaume Roquette