share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un silence de fer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un silence de fer

Un silence de fer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un silence de fer"

Août 1990, sur la route de Nuoro en Sardaigne, un jeune couple est sauvagement assassiné, les deux corps sont “joliment allongés” à côté de leur voiture immatriculée à Bologne. Le même jour, dans la pinède de Nuoro, un gitan est retrouvé carbonisé dans une poubelle. Une enquête difficile commence pour le juge Corona. Ce qu'il ignore, c'est que les deux meurtres, de même que l'enlèvement d'un jeune Toscan dans sa villa de la Costa Smeralda, sont obscurément liés à un attentat manqué dix ans auparavant : l'indépendantisme qui animait alors les esprits est encore au goût du jour, et les protagonistes de l'époque ont repris la lutte; une série d'épisodes s'entremêlent, de vieilles passions ressurgissent et influent sur les événements actuels. C'est au juge Salvatore Corona que revient la tâche de résoudre ce véritable embrouillamini, cet étrange et dangereux mystère refoulé dans les profondeurs archaïques de la terre sarde qui provoquera encore d'autres morts, tout aussi obscures. Ainsi Marcello Fois, mêlant l'horreur, la tension du “noir” et les déceptions ou les erreurs d'une génération qui finit par se trahir elle-même, nous fait admirablement comprendre la spécificité du terrorisme sarde : parent proche de la lutte politique italienne, des Brigades rouges etc., celui-ci est en effet profondément marqué par le banditisme, féroce et sanglant. A cette barbarie, la Sardaigne répond en développant un fatalisme collectif qui transforme ce roman en véritable tragédie. A travers de brèves descriptions des paysages mais surtout des mentalités sardes, l'auteur nous plonge dans un monde où la modernité venue du continent se heurte sans cesse aux traditions ancestrales, à un archaïsme qui refuse de mourir. Les rapports de deux meurtres, celui d'un jeune couple et celui d'un gitan, arrivent sur le bureau du juge d'instruction n'apportant que des détails insignifiants. Certes, comment pourrait-on deviner les étranges échos qui relient ces meurtres à une histoire de terrorisme vieille de dix ans ? Pour le comprendre, il faut pénétrer le profond mystère qui enveloppe la Sardaigne, terre de violence...

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 160  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.8cmx17.2cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points policiers
  • ISBN :  2020638940
  • EAN13 :  9782020638944
  • Classe Dewey :  849
  • Langue : Français

D'autres livres de Marcello Fois

Les hordes du vent

Bustianu est aux prises avec une nouvelle affaire dans les montagnes sauvages de la Barbagia : le brigand Mariani l'a fait appeler dans son repaire pour qu'il plaide son innocence dans le meurtre d'Elène Seddone. Mais l'avocat-poète a bien d'autres chats à fouetter : il voudrait faire éclater au...

Le Sang du ciel

Suite de Sempre Caro, on retrouve dans ce roman l'avocat Bustianu qui tente de déjouer une machination sordid. Nous sommes en novembre 1899, et le jeune Filippo Tanquis, hanté par une douleur honteuse, est accusé d'un meurtre qu'il semble incapable d'avoir commis. Il se suicide dans sa cellule, t...

Plutôt mourir

Au cours d'une partie de chasse, le corps d'une enfant est retrouvé dans un bois. L'autopsie révélera un avortement subi récemment. Ines Ledda est la quatrième fillette de Nuoro à avoir disparu en deux ans. Toutes fréquentaient la même école. Le docteur Martis, psychothérapeute, est appel...

Le Sang du ciel

Suite de Sempre Caro, on retrouve dans ce roman l'avocat Bustianu qui tente de déjouer une machination sordid. Nous sommes en novembre 1899, et le jeune Filippo Tanquis, hanté par une douleur honteuse, est accusé d'un meurtre qu'il semble incapable d'avoir commis. Il se suicide dans sa cellule, t...

Voir tous les livres de Marcello Fois

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Août 1990, sur la route de Nuoro en Sardaigne, un jeune couple est sauvagement assassiné, les deux corps sont “joliment allongés” à côté de leur voiture immatriculée à Bologne. Le même jour, dans la pinède de Nuoro, un gitan est retrouvé carbonisé dans une poubelle. Une enquête difficile commence pour le juge Corona. Ce qu'il ignore, c'est que les deux meurtres, de même que l'enlèvement d'un jeune Toscan dans sa villa de la Costa Smeralda, sont obscurément liés à un attentat manqué dix ans auparavant : l'indépendantisme qui animait alors les esprits est encore au goût du jour, et les protagonistes de l'époque ont repris la lutte; une série d'épisodes s'entremêlent, de vieilles passions ressurgissent et influent sur les événements actuels. C'est au juge Salvatore Corona que revient la tâche de résoudre ce véritable embrouillamini, cet étrange et dangereux mystère refoulé dans les profondeurs archaïques de la terre sarde qui provoquera encore d'autres morts, tout aussi obscures. Ainsi Marcello Fois, mêlant l'horreur, la tension du “noir” et les déceptions ou les erreurs d'une génération qui finit par se trahir elle-même, nous fait admirablement comprendre la spécificité du terrorisme sarde : parent proche de la lutte politique italienne, des Brigades rouges etc., celui-ci est en effet profondément marqué par le banditisme, féroce et sanglant. A cette barbarie, la Sardaigne répond en développant un fatalisme collectif qui transforme ce roman en véritable tragédie. A travers de brèves descriptions des paysages mais surtout des mentalités sardes, l'auteur nous plonge dans un monde où la modernité venue du continent se heurte sans cesse aux traditions ancestrales, à un archaïsme qui refuse de mourir. Les rapports de deux meurtres, celui d'un jeune couple et celui d'un gitan, arrivent sur le bureau du juge d'instruction n'apportant que des détails insignifiants. Certes, comment pourrait-on deviner les étranges échos qui relient ces meurtres à une histoire de terrorisme vieille de dix ans ? Pour le comprendre, il faut pénétrer le profond mystère qui enveloppe la Sardaigne, terre de violence...