share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Dernier homme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Dernier homme

Le Dernier homme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Dernier homme"

Pourquoi inviter à redécouvrir Le Dernier Homme de Grainville ? N’est-ce pas un livre vieux de deux siècles qui n’a pas été réédité depuis ? Le qualificatif de chef d’œuvre méconnu qu’on lui a attribué suffit-il à aiguiser la curiosité ? Le titre n’étonne-t-il pas ? Dans le passé, Charles Nodier et Jules Michelet lui prêtèrent attention, ainsi que Raymond Queneau plus récemment. Les uns et les autres furent sensibles à ce texte qui restitue les aventures d’Omégare – le bien nommé « dernier homme »-, entre Europe et Amérique, dans un monde proche de sa fin où règnent ruines et stérilité. Si l’intrigue se veut parfois réaliste, elle est aussi riche de faits extraordinaires : prodiges, apparitions que met en scène le Génie de la Terre, et qui contribuent à donner au Dernier Homme sa tonalité particulière. Ce livre qui frappe par son originalité révèle aussi des caractères énigmatiques. En effet, il peut se donner d’emblée comme l’effet métaphorique de la Révolution française, en ce qu’il associe précisément la clôture de l’événement à la fin d’un monde. La précieuse postface d’Anne Kupiec, soucieuse de faire apparaître l’articulation entre le politique et l’esthétique, tente d’explorer cette œuvre singulière qui résiste d’autant plus à l’interprétation. Le Dernier Homme a suscité de vives réactions ; il servit de modèle à Mary Shelley par exemple, ou fut presque « corrigé », « rectifié » par ceux qui semblent avoir considéré qu’il recélait une mine de dangers. Car Grainville n’est pas sans porter un regard critique sur les conséquences des Lumières et sur le régime de la connaissance qui en découle ; il est vrai aussi qu’il ne se satisfait pas de la situation politique née de la fin de la Révolution, à tel point que l’on discerne dans son œuvre une dimension utopique à peine voilée. Que penser enfin des résonances entre Omégare – bien différent du dernier homme nietzschéen - et Zarathoustra ? Pour présenter la vie de l’auteur, Jean-Baptiste Cousin de Grainville on pourrait se tourner vers Quatre-vingt-treize de Victor Hugo et le portrait de Cimourdain quand Hugo déclare : « Il avait été prêtre, ce qui est grave ». Prêtre constitutionnel, Grainville se maria et participa activement à la Révolution. Son œuvre à peine achevée, il se suicida à Amiens en 1805, âgé d’une soixantaine d’années. Dernier élément intrigant, il était le beau-frère de Bernardin de Saint-Pierre, l’auteur de Paul et Virginie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Critique de la politique
  • ISBN :  222890550X
  • EAN13 :  9782228905503
  • Classe Dewey :  843.6
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pourquoi inviter à redécouvrir Le Dernier Homme de Grainville ? N’est-ce pas un livre vieux de deux siècles qui n’a pas été réédité depuis ? Le qualificatif de chef d’œuvre méconnu qu’on lui a attribué suffit-il à aiguiser la curiosité ? Le titre n’étonne-t-il pas ? Dans le passé, Charles Nodier et Jules Michelet lui prêtèrent attention, ainsi que Raymond Queneau plus récemment. Les uns et les autres furent sensibles à ce texte qui restitue les aventures d’Omégare – le bien nommé « dernier homme »-, entre Europe et Amérique, dans un monde proche de sa fin où règnent ruines et stérilité. Si l’intrigue se veut parfois réaliste, elle est aussi riche de faits extraordinaires : prodiges, apparitions que met en scène le Génie de la Terre, et qui contribuent à donner au Dernier Homme sa tonalité particulière. Ce livre qui frappe par son originalité révèle aussi des caractères énigmatiques. En effet, il peut se donner d’emblée comme l’effet métaphorique de la Révolution française, en ce qu’il associe précisément la clôture de l’événement à la fin d’un monde. La précieuse postface d’Anne Kupiec, soucieuse de faire apparaître l’articulation entre le politique et l’esthétique, tente d’explorer cette œuvre singulière qui résiste d’autant plus à l’interprétation. Le Dernier Homme a suscité de vives réactions ; il servit de modèle à Mary Shelley par exemple, ou fut presque « corrigé », « rectifié » par ceux qui semblent avoir considéré qu’il recélait une mine de dangers. Car Grainville n’est pas sans porter un regard critique sur les conséquences des Lumières et sur le régime de la connaissance qui en découle ; il est vrai aussi qu’il ne se satisfait pas de la situation politique née de la fin de la Révolution, à tel point que l’on discerne dans son œuvre une dimension utopique à peine voilée. Que penser enfin des résonances entre Omégare – bien différent du dernier homme nietzschéen - et Zarathoustra ? Pour présenter la vie de l’auteur, Jean-Baptiste Cousin de Grainville on pourrait se tourner vers Quatre-vingt-treize de Victor Hugo et le portrait de Cimourdain quand Hugo déclare : « Il avait été prêtre, ce qui est grave ». Prêtre constitutionnel, Grainville se maria et participa activement à la Révolution. Son œuvre à peine achevée, il se suicida à Amiens en 1805, âgé d’une soixantaine d’années. Dernier élément intrigant, il était le beau-frère de Bernardin de Saint-Pierre, l’auteur de Paul et Virginie.