share_book
Envoyer cet article par e-mail

'Abd ar-Razzâq al-Qâshânî Les interprétations ésotériques du Coran : Les Clefs : La Fâtihah et les lettres isolées

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
'Abd ar-Razzâq al-Qâshânî Les interprétations ésotériques du Coran : Les Clefs : La Fâtihah et les lettres isolées

'Abd ar-Razzâq al-Qâshânî Les interprétations ésotériques du Coran : Les Clefs : La Fâtihah et les lettres isolées

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "'Abd ar-Razzâq al-Qâshânî Les interprétations..."

Le Prophète a dit : " Aucun verset du Coran ne descendit (dans la révélation) sans qu'il comporte un "dos" (zahr) et un "ventre" (batn) ; et toute lettre (d'un verset) a une "limite" (hadd) et toute "limite" a un " mirador" (muttala') ". Dans ses Commentaires ésotériques du Coran, Qâshânî, (ob. 730/1329), un des grands auteurs de l'école d'Ibn Arabî déclare : " Je compris que le " dos " est l'explication exotérique (at-tafsîr) et le "ventre " est l'interprétation ésotérique (at-ta'wîl) la " limite " est ce où cessent les compréhensions du sens verbal, et le "mirador" le point contemplatif où l'on monte pour jouir du spectacle du Roi Très-Savant. La sourate inaugurale du Coran est appelée al-Fâtihah " Celle qui ouvre ". A ce titre, elle est considérée comme " la Clef du Coran " par excellence et s'avère indispensable à toute participation au Discours divin. Elle n'est toutefois pas la seule; d'autres " Clefs " mystérieuses opèrent dans le Texte sacré, notamment celles constituées par les monogrammes énigmatiques que l'on trouve en tête de certaines sourates. Michel Vâlsan rend accessible ici à des non arabophones l'une des rares exégèses spirituelles relatives àces passages importants de la Révélation islamique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 123  pages
  • Dimensions :  1.4cmx20.8cmx21.0cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Koutoubia Paru le
  • Collection : Bibliothèque traditionnelle
  • ISBN :  2361120070
  • EAN13 :  9782361120078
  • Classe Dewey :  297
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le Prophète a dit : " Aucun verset du Coran ne descendit (dans la révélation) sans qu'il comporte un "dos" (zahr) et un "ventre" (batn) ; et toute lettre (d'un verset) a une "limite" (hadd) et toute "limite" a un " mirador" (muttala') ". Dans ses Commentaires ésotériques du Coran, Qâshânî, (ob. 730/1329), un des grands auteurs de l'école d'Ibn Arabî déclare : " Je compris que le " dos " est l'explication exotérique (at-tafsîr) et le "ventre " est l'interprétation ésotérique (at-ta'wîl) la " limite " est ce où cessent les compréhensions du sens verbal, et le "mirador" le point contemplatif où l'on monte pour jouir du spectacle du Roi Très-Savant. La sourate inaugurale du Coran est appelée al-Fâtihah " Celle qui ouvre ". A ce titre, elle est considérée comme " la Clef du Coran " par excellence et s'avère indispensable à toute participation au Discours divin. Elle n'est toutefois pas la seule; d'autres " Clefs " mystérieuses opèrent dans le Texte sacré, notamment celles constituées par les monogrammes énigmatiques que l'on trouve en tête de certaines sourates. Michel Vâlsan rend accessible ici à des non arabophones l'une des rares exégèses spirituelles relatives àces passages importants de la Révélation islamique.