share_book
Envoyer cet article par e-mail

La mauvaise vie, suite... : Le Festival de Cannes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La mauvaise vie, suite... : Le Festival de Cannes

La mauvaise vie, suite... : Le Festival de Cannes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La mauvaise vie, suite... : Le Festival de Cannes"

" Quand on n'a pas grand-chose à y faire, le Festival de Cannes est une drogue dure de la jeunesse, elle donne l'illusion que l'on s'amuse au coeur du monde. C'est difficile de décrocher, ça prend du temps et ça demande des efforts et je m'étais juré il y a quelques années que je n'y retournerais pas tant que je n'aurais pas un film à présenter ou un projet précis à défendre. Promesse à soi-même non tenue puisque je reviens afin de présider un jury d'enseignants et que je suis encore en train de me demander si ce n'est pas un prétexte pour me libérer de cet engagement secret. Après une longue abstinence que je n'ai pas mise à profit pour devenir le nouveau Spielberg, j'adopte le profil discret du cinéphile de base qui me permettra peut-être de surmonter la nostalgie des ambitions perdues et de faire la paix avec les regrets et les souvenirs. Il y en a tant qui remontent à la surface "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 263  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.4cmx17.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Pocket Paru le
  • Collection : Litterature
  • ISBN :  2266182412
  • EAN13 :  9782266182416
  • Classe Dewey :  B
  • Langue : Français

D'autres livres de Frédéric Mitterrand

La mauvaise vie

Un homme se penche sur son passé. Le passé ne lui renvoie que les reflets d'une mauvaise vie, bien différente de celle que laisse supposer sa notoriété. Autrefois on aurait dit qu'il s'agissait de la divulgation de sa part d'ombre, aujourd'hui on parlerait de "coming out". Il ne se reconnaît ...

Prix : 78 DH
Maroc, 1900-1960

Ce livre offre un double regard mêlant histoire et souvenirs, mémoire individuelle et collective, sur le Maroc, son passé et son évolution, de la période coloniale à son accession à l'indépendance, avec une approche originale, à la fois intime et historique. L'ouvrage interroge la place ...

Prix : 350 DH

Mémoires d'exil

Dans l'exil, leur courage et leur désir de survivre se sont exprimés envers et contre tout... --Ce texte fait référence à l'éditionBroché . ...

Lettres d'amour en Somalie

" D'un regard, j'embrassais alors un territoire immense, le territoire de ma douleur. Il traîne encore jusqu'aux rivages où j'ai pensé te fuir. " Peut-on échapper à l'enfer de la souffrance et du chagrin quand l'être aimé vous a quitté ? L'auteur de ces lettres a cru qu'un voyage lointain lu...

Voir tous les livres de Frédéric Mitterrand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Quand on n'a pas grand-chose à y faire, le Festival de Cannes est une drogue dure de la jeunesse, elle donne l'illusion que l'on s'amuse au coeur du monde. C'est difficile de décrocher, ça prend du temps et ça demande des efforts et je m'étais juré il y a quelques années que je n'y retournerais pas tant que je n'aurais pas un film à présenter ou un projet précis à défendre. Promesse à soi-même non tenue puisque je reviens afin de présider un jury d'enseignants et que je suis encore en train de me demander si ce n'est pas un prétexte pour me libérer de cet engagement secret. Après une longue abstinence que je n'ai pas mise à profit pour devenir le nouveau Spielberg, j'adopte le profil discret du cinéphile de base qui me permettra peut-être de surmonter la nostalgie des ambitions perdues et de faire la paix avec les regrets et les souvenirs. Il y en a tant qui remontent à la surface "