share_book
Envoyer cet article par e-mail

Poètes en partance : De Charles Baudelaire à Henri Michaux

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Poètes en partance : De Charles Baudelaire à Henri Michaux

Poètes en partance : De Charles Baudelaire à Henri Michaux

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Poètes en partance : De Charles Baudelaire à Henri Michaux"

Parce que le vrai voyage commence en poésie avec Les Fleurs du Mal, voici 42 poètes en partance, du coeur du XIXème siècle au coeur du siècle dernier, soit de Charles Baudelaire à Henri Michaux. Non pas une compilation des plus baroudeurs, comme on collectionnerait les pages d'un passeport surchargé de visas, mais un recueil de ceux qui tracent leur destin en marge des balises, passent souvent les bornes, et bouleversent notre vision du monde. Tous n'écrivent pas sur le départ, mais tous sont en partance. Bateaux, trains, vélos, avions, scooters, chevaux, pédalos et autres moyens de franchir les frontières ne sont pas les supplétifs ni les vecteurs de ces pages. Juste une façon d'éprouver le voyage, de suivre l'impulsion première mais jamais le mouvement, si ce n'est celui du coeur qui change de braquet et d'heure pour découvrir l'ailleurs. Là-bas a goût d'aube sans fin, d'arc-en-ciel à saisir, de lointains à prendre. Ou à laisser. Car rien n'est dit et nul ne vient trop tard.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 149  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.6cmx17.6cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Poésie
  • ISBN :  2070441482
  • EAN13 :  9782070441488
  • Classe Dewey :  841
  • Langue : Français

D'autres livres de Sophie Nauleau

La plus noble conquête du cheval, c'est la femme : Une anthologie de la littérature équestre féminine

Doctorante en lettres modernes et diplômée de l'Ecole du Louvre, Sophie Nauleau, née en 1977, est une cavalière passionnée. Elle a publié La Main d'oublies aux éditions Galilée, plusieurs anthologies (A toi je parle, Poésie / Gallimard, Le Goût de l'Egypte, Mercure de France) et Un verbe ...

Voir tous les livres de Sophie Nauleau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Parce que le vrai voyage commence en poésie avec Les Fleurs du Mal, voici 42 poètes en partance, du coeur du XIXème siècle au coeur du siècle dernier, soit de Charles Baudelaire à Henri Michaux. Non pas une compilation des plus baroudeurs, comme on collectionnerait les pages d'un passeport surchargé de visas, mais un recueil de ceux qui tracent leur destin en marge des balises, passent souvent les bornes, et bouleversent notre vision du monde. Tous n'écrivent pas sur le départ, mais tous sont en partance. Bateaux, trains, vélos, avions, scooters, chevaux, pédalos et autres moyens de franchir les frontières ne sont pas les supplétifs ni les vecteurs de ces pages. Juste une façon d'éprouver le voyage, de suivre l'impulsion première mais jamais le mouvement, si ce n'est celui du coeur qui change de braquet et d'heure pour découvrir l'ailleurs. Là-bas a goût d'aube sans fin, d'arc-en-ciel à saisir, de lointains à prendre. Ou à laisser. Car rien n'est dit et nul ne vient trop tard.