share_book
Envoyer cet article par e-mail

Laver les ombres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Laver les ombres

Laver les ombres

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Laver les ombres"

Contraindre un corps qui se refuse au plaisir pour attirer le vide, pour suspendre l'équilibre du monde : c'est Lea quand elle danse, c'était sa mère quand elle devait « aimer » les hommes. Par une nuit d'orage en bord de mer, mère et fille acceptent enfin de briser les digues. Elle est dans la quête de la beauté, la perfection du geste, la maîtrise absolue du moindre muscle de son corps. Jamais pourtant elle ne parvient à s'affranchir de cette grâce douloureuse qui bannit tout plaisir. Lea semble empêchée de danser par une force centrifuge qu'elle ne sait pas nommer, comme elle semble empêchée d'aimer Bruno, le peintre qu'elle laisse approcher au plus près sans jamais accepter le partage. A la faveur d'une nouvelle chorégraphie, qui place la mère au centre de son art, la danseuse est rattrapée par ses vieux démons qui demandent leur part de lumière. Et quand elle finit par céder à l'insistance de Bruno et pose pour lui, d'où lui vient cette sensation absurde de donner son corps en pâture ? Elle sait que les clés sont dans la maison de l'enfance, dans un secret qu'elle partage sans le connaître. A présent elle doit en avoir « le coeur net ». Par une nuit d'orage, d'apocalypse, elle gagne la petite ville côtière qui l'a vue naître. Mère et fille se retrouvent pour laver les ombres. En onze tableaux où alternent le présent et le passé, peu à peu se dénouent les entraves dont le corps maternel porte les stigmates. Naples à l'époque de la guerre, le bistrot familial, un “bel ami” français qui promet le mariage à une jeune fille de 16 ans et pourtant vend son corps dans une maison close. Puis le départ pour la France, l'enfant inespérée, un semblant d'apaisement tout près du précipice. Etat des lieux après l'orage : recomposer autrement l'image mythifiée du père, intégrer le faux-pas à la danse. Léa peut aller vers la vie comme la mer revient à l'étale. Dans une langue retenue et vibrante, Jeanne Benameur chorégraphie les mystères de la transmission et la fervente assomption des mots qui délivrent. --Ce texte fait référence à lédition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 156  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx17.4cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Babel
  • ISBN :  2742793003
  • EAN13 :  9782742793006
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Jeanne Benameur

Les mains libres

"Y a-t-il un signe dans le ciel qui indique que quelque part, dans une ville, au milieu de tant et tant de gens, deux êtres sont en train de vivre quelque chose qui ne tient à rien, quelque chose de frêle comme un feu de fortune? " Madame Lure est une vieille femme comme on en croise sans les rem...

Prix : 69 DH
Présent ?

Elle aurait voulu être une bête, au moins ça aurait été clair. Elle est juste professeur de la vie et de la terre, mais il n'y a plus de vie il n'y a plus de terre sous ses pieds quand son amant part. Alors au collège, elle n'y va pas. Qu'est-ce qu'elle enseignerait, hein ? Son corps enseignan...

Prix : 75 DH

Pourquoi pas moi ?

Elvis a réalisé un exploit. Il a posé une marque rouge tout en haut du mur du collège. Il mérite le titre de chef de la bande des Buttes-Rouges. Yasmina, elle aussi, entend bien montrer de quoi elle est capable. Une fille n'aurait-elle pas le droit de défier le chef ? N'écoutant ...

Les insurrections singulières

Parcours de lutte et de rébellion, voyage au centre de l'héritage familial, aventure politique intime et histoire d'une rédemption amoureuse, Les Insurrections singulières emboite les pas d'abord incertains d'un fils d'ouvrier en délicatesse avec lui-même. Entre la France qu'on dit profonde...

Voir tous les livres de Jeanne Benameur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Contraindre un corps qui se refuse au plaisir pour attirer le vide, pour suspendre l'équilibre du monde : c'est Lea quand elle danse, c'était sa mère quand elle devait « aimer » les hommes. Par une nuit d'orage en bord de mer, mère et fille acceptent enfin de briser les digues. Elle est dans la quête de la beauté, la perfection du geste, la maîtrise absolue du moindre muscle de son corps. Jamais pourtant elle ne parvient à s'affranchir de cette grâce douloureuse qui bannit tout plaisir. Lea semble empêchée de danser par une force centrifuge qu'elle ne sait pas nommer, comme elle semble empêchée d'aimer Bruno, le peintre qu'elle laisse approcher au plus près sans jamais accepter le partage. A la faveur d'une nouvelle chorégraphie, qui place la mère au centre de son art, la danseuse est rattrapée par ses vieux démons qui demandent leur part de lumière. Et quand elle finit par céder à l'insistance de Bruno et pose pour lui, d'où lui vient cette sensation absurde de donner son corps en pâture ? Elle sait que les clés sont dans la maison de l'enfance, dans un secret qu'elle partage sans le connaître. A présent elle doit en avoir « le coeur net ». Par une nuit d'orage, d'apocalypse, elle gagne la petite ville côtière qui l'a vue naître. Mère et fille se retrouvent pour laver les ombres. En onze tableaux où alternent le présent et le passé, peu à peu se dénouent les entraves dont le corps maternel porte les stigmates. Naples à l'époque de la guerre, le bistrot familial, un “bel ami” français qui promet le mariage à une jeune fille de 16 ans et pourtant vend son corps dans une maison close. Puis le départ pour la France, l'enfant inespérée, un semblant d'apaisement tout près du précipice. Etat des lieux après l'orage : recomposer autrement l'image mythifiée du père, intégrer le faux-pas à la danse. Léa peut aller vers la vie comme la mer revient à l'étale. Dans une langue retenue et vibrante, Jeanne Benameur chorégraphie les mystères de la transmission et la fervente assomption des mots qui délivrent. --Ce texte fait référence à lédition Broché .