share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nuit blanche de Saint-Pétersbourg

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nuit blanche de Saint-Pétersbourg

Nuit blanche de Saint-Pétersbourg

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nuit blanche de Saint-Pétersbourg"

La grand-mère de Michel de Grèce était une Romanov, la grande-duchesse Olga. En replongeant dans le passé de cette descendante directe des tsars russes, l'auteur se rend compte qu'il y a eu un paria chez les Romanov. Qui est donc ce Nicolas, neveu du tsar de la Russie impériale de 1870, que l'on a soigneusement décroché de l'arbre généalogique ? Il n'en faut pas plus pour que la réalité d'un fait historique se transforme en matière romanesque. Dans Les Nuits de Saint-Pétersbourg, le jeune et beau Nicolas, aide de camp de son oncle l'Empereur, se pique d'une passion dévorante pour Hattie Blackford, une actrice américaine qui se fait appeler Fanny Lear. "Des yeux de feu, une bouche sensuelle, une longue chevelure blonde, des rondeurs excitantes", c'est largement suffisant pour tourner la tête du jeune prince. Pour elle, celui qui est appelé à devenir le grand-duc Nicolas va commettre les pires folies, crier que "La Russie serait bien mieux en république", conspirer avec les révolutionnaires et peut-être même voler les joyaux de l'impératrice. On est emporté par la lecture de ces Nuits de Saint-Pétersbourg à la vitesse d'un cheval au galop. Une grande chevauchée amoureuse qui fait renaître passionnément l'époque de la grande Russie tsariste, flamboyante et féerique. --Denis Gombert

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 374  pages
  • Dimensions :  3.4cmx15.2cmx24.0cm
  • Poids : 721.2g
  • Editeur :   X O Paru le
  • ISBN :  284563031X
  • EAN13 :  9782845630314
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Michel de Grèce

La femme sacrée

Prix : 76 DH
Le Rajah Bourbon

Qui mieux que Michel de Grèce pouvait, avec sa connaissance intime de l'Histoire et son inimitable talent de conteur, nous faire découvrir le destin de ce héros oublié ? Voici l'histoire fabuleuse et inédite de Jean de Bourbon, héritier du trône de France, devenu Rajah indien....

Prix : 81 DH

Voir tous les livres de Michel de Grèce

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

La grand-mère de Michel de Grèce était une Romanov, la grande-duchesse Olga. En replongeant dans le passé de cette descendante directe des tsars russes, l'auteur se rend compte qu'il y a eu un paria chez les Romanov. Qui est donc ce Nicolas, neveu du tsar de la Russie impériale de 1870, que l'on a soigneusement décroché de l'arbre généalogique ? Il n'en faut pas plus pour que la réalité d'un fait historique se transforme en matière romanesque. Dans Les Nuits de Saint-Pétersbourg, le jeune et beau Nicolas, aide de camp de son oncle l'Empereur, se pique d'une passion dévorante pour Hattie Blackford, une actrice américaine qui se fait appeler Fanny Lear. "Des yeux de feu, une bouche sensuelle, une longue chevelure blonde, des rondeurs excitantes", c'est largement suffisant pour tourner la tête du jeune prince. Pour elle, celui qui est appelé à devenir le grand-duc Nicolas va commettre les pires folies, crier que "La Russie serait bien mieux en république", conspirer avec les révolutionnaires et peut-être même voler les joyaux de l'impératrice. On est emporté par la lecture de ces Nuits de Saint-Pétersbourg à la vitesse d'un cheval au galop. Une grande chevauchée amoureuse qui fait renaître passionnément l'époque de la grande Russie tsariste, flamboyante et féerique. --Denis Gombert