share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Homme foudroyé

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Homme foudroyé

L'Homme foudroyé

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Homme foudroyé"

Notre arrivée au Nain Jaune fit sensation. C'est ainsi que l'automne précèdent j'avais vu entrer A la rose, à Biarritz, le prince de Galles incognito entre deux belles filles qu'on lui avait jetées dans les bras et une bande de jeunes fous en délire. Mais le Nain Jaune était une maison sérieuse. C'était un tripot doublé d'une fumerie clandestine et l'on ne plaisante pas avec la drogue. Immédiatement on nous conduisit au petit bar privé, où d'autres gentlemen, tout aussi élégants et réservés que Félix et que Victor, les confrères avec qui ils avaient affaire, nous reçurent sans marquer aucune espèce d'étonnement. Il y avait une femme parmi eux, la patronne du Nain Jaune, une grande latte astiquée, lustrée, calamistrée, avec des dents de jument et des yeux glauques.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 435  pages
  • Dimensions :  2.2cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070364674
  • EAN13 :  9782070364671
  • Classe Dewey :  843.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Blaise Cendrars

L'or

Cette vision haute en couleurs de l'Amérique à l'époque des chercheurs d'or, au milieu du 19e siècle, a pour héros un général millionnaire, enrichi par l'élevage et la culture puis, paradoxalement, ruiné par la découverte d'or sur ses vastes propriétés. Ce général aventurier suisse a ...

Prix : 55 DH
J'ai saigné

Dans ce court récit autobiographique, Cendrars - qui fut amputé du bras droit en 1915 - raconte les souffrances et le chaos engendrés par la guerre et rend hommage à ceux qui, par leur courage et leur générosité, l'ont transformé en aventure ...

Prix : 46 DH

Le Brésil

" C'est le Paradis terrestre! " A cette exclamation, Blaise Cendrars répond en 1952 par ce livre, longtemps introuvable. Des immeubles cariocas au labyrinthe amazonien, en passant par le destin monotone des gauchos et les paysages désolés du Nordeste, il nous donne à voir un pays tourné vers...

Prix : 66 DH
Petits contes nègres pour les enfants des blancs

Connais-tu l'Afrique ? Ses chants ? Ses légendes ? Écoute le chant des souris... Admire l'oiseau de la cascade... Sais-tu d'où vient le vent ? Veux-tu suivre le petit poussin qui va voir le roi ? Connaître l'histoire du peuple des orphelins ? Celle du pays qu'on appelle l'Écho-l'Écho ? Tends l...

Voir tous les livres de Blaise Cendrars

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Notre arrivée au Nain Jaune fit sensation. C'est ainsi que l'automne précèdent j'avais vu entrer A la rose, à Biarritz, le prince de Galles incognito entre deux belles filles qu'on lui avait jetées dans les bras et une bande de jeunes fous en délire. Mais le Nain Jaune était une maison sérieuse. C'était un tripot doublé d'une fumerie clandestine et l'on ne plaisante pas avec la drogue. Immédiatement on nous conduisit au petit bar privé, où d'autres gentlemen, tout aussi élégants et réservés que Félix et que Victor, les confrères avec qui ils avaient affaire, nous reçurent sans marquer aucune espèce d'étonnement. Il y avait une femme parmi eux, la patronne du Nain Jaune, une grande latte astiquée, lustrée, calamistrée, avec des dents de jument et des yeux glauques.