share_book
Envoyer cet article par e-mail

Je vous salis ma rue : Clinique de la désocialisation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Je vous salis ma rue : Clinique de la désocialisation

Je vous salis ma rue : Clinique de la désocialisation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Je vous salis ma rue : Clinique de la désocialisation"

Depuis dix ans, le Dr Sylvie Quesemand Zucca partage ses activités entre son cabinet de psychiatre psychanalyste et l'équipe mobile Réseau Souffrances et Précarité de l'hôpital Esquirol, qui intervient en liaison avec le Samu social de Paris auprès de SDF dans la rue ou les centres d'hébergement. Dix ans de " grand écart entre deux univers ", mais aussi de va-et-vient entre deux expériences et deux pratiques qui se sont enrichies l'une l'autre. Au cours de ces années, le monde de la rue s'est agrandi, compliqué, diversifié, peuplé de nouveaux individus : des femmes, de plus en plus nombreuses, des jeunes errants, des étrangers sans papiers, des personnes âgées égarées... Un monde avec ses territoires, ses rites et ses routines, mais où la souffrance, la violence et l'alcool sont omniprésents. Sylvie Quesemand Zucca analyse les effets, sur la durée, de cette vie sur les personnes sans abri : la perte des repères fondamentaux que sont l'espace, le temps, le langage, le rapport à l'altérité et donc à l'échange. Elle montre, sans pathos, comment l'inutilité sociale, la honte, la relégation produisent une lente déshumanisation. Attentif et inquiet, son témoignage nous rappelle que les bords extrêmes de notre société révèlent une part centrale de sa réalité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 186  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Un ordre d'idées
  • ISBN :  2234059992
  • EAN13 :  9782234059993
  • Classe Dewey :  305.56
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis dix ans, le Dr Sylvie Quesemand Zucca partage ses activités entre son cabinet de psychiatre psychanalyste et l'équipe mobile Réseau Souffrances et Précarité de l'hôpital Esquirol, qui intervient en liaison avec le Samu social de Paris auprès de SDF dans la rue ou les centres d'hébergement. Dix ans de " grand écart entre deux univers ", mais aussi de va-et-vient entre deux expériences et deux pratiques qui se sont enrichies l'une l'autre. Au cours de ces années, le monde de la rue s'est agrandi, compliqué, diversifié, peuplé de nouveaux individus : des femmes, de plus en plus nombreuses, des jeunes errants, des étrangers sans papiers, des personnes âgées égarées... Un monde avec ses territoires, ses rites et ses routines, mais où la souffrance, la violence et l'alcool sont omniprésents. Sylvie Quesemand Zucca analyse les effets, sur la durée, de cette vie sur les personnes sans abri : la perte des repères fondamentaux que sont l'espace, le temps, le langage, le rapport à l'altérité et donc à l'échange. Elle montre, sans pathos, comment l'inutilité sociale, la honte, la relégation produisent une lente déshumanisation. Attentif et inquiet, son témoignage nous rappelle que les bords extrêmes de notre société révèlent une part centrale de sa réalité.