share_book
Envoyer cet article par e-mail

Moi, L'Interdite

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Moi, L'Interdite

Moi, L'Interdite

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Moi, L'Interdite"

La romancière mauricienne Ananda Devi fait éclater dans " Moi, l'Interdite " la force et la beauté furieuses de son écriture originale. Cette dernière sert une histoire cruelle et dérangeante, à découvrir aux éditions Dapper. " Je suis née avec un bec-de-lièvre. Dans les villages, ils n'appellent pas cela une difformité ; ils l'appellent une malédiction. Mais je ne suis pas une malédiction. (...) Je suis une mise en garde. " L'héroïne de " Moi, l'Interdite " est d'une lucidité angoissante au vu du sort qui lui est réservé. A part le sobriquet de Mouna (la guenon), on ne lui connaît pas de nom. Cause de tous les malheurs de sa famille - mauvaise récolte, sécheresse ou cyclone -, elle attire sur elle la haine du village en son entier. La cruauté des siens est sans limites. Comme dans les contes de notre enfance, ses parents ne savent plus quoi faire pour se débarrasser d'elle. " Personne n'a vu que la sagesse de mes yeux était beaucoup plus lourde que celle du temps, que mon teint était une terre veinée d'or et que mes cheveux faisaient un bruit d'océan lorsque je bougeais. " Abandonnée dans le four à chaux, dévorée par les rats, elle ne trouvera de l'humanité que dans les yeux d'un chien jaune. Pour s'évader de ce monde qui la refuse et la nie, elle repense à sa " grand-mère grenier ", mise elle aussi au ban de la famille. Ses jambes inutiles en ont fait une bouche trop encombrante à nourrir, et ses enfants ont préféré la laisser pourrir au-dessus de leurs têtes. Bercée par le conte unique de sa grand-mère, celui du Prince Bahadour et de la belle Princesse Housna, morts de s'être aimés, elle recherche désespérément amour et tendresse. Le livre d'Ananda Devi, née au sud de l'île Maurice, est poignant et mystique. La romancière trempe sa plume dans les épices chaudes de son île et l'aiguise sur les coeurs de pierre de villageois cruels. Elle nous livre " cette histoire d'eau croupie ", " ce songe d'épines " qui a la beauté tragique des destins condamnés. Le récit, malgré le huis-clos souvent étouffant dans lequel se retrouve l'héroïne, est bien ancré dans la réalité de l'île Maurice. L'auteur n'hésite pas à mettre quelques réflexions amères dans la bouche de son personnage : " L'île, comme mes soeurs, s'habille de volants roses qui craquellent de mensonges (...) Elles suivaient la voie tracée pour elles depuis des siècles quand avait commencé à s'abolir la pensée des femmes. Grimpant une côte à peine plus escarpée qu'un monticule d'ordures et croyant ainsi atteindre le sommet de leurs envies. " -- Olivia Marsaud --

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx17.2cm
  • Poids : 821.0g
  • Editeur :   Editions Dapper Paru le
  • Collection : Dapper littérature
  • ISBN :  2906067601
  • EAN13 :  9782906067608
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Ananda Devi

Le sari vert

« Celui qu'on dit monstre est l'expression la plus achevée de l'espèce. Celui que l'on dit monstre est terrifiant de beauté plutôt que d'être terrifiant tout court parce qu'il décèle avec une finesseinhumaine les failles des autres et les élargit et les aggrave, et il devient ainsi [.......

Quand la nuit consent à me parler

"Tu tends l'oreille / Aux voix des absents / Jusqu'à ce que la nuit / Consente à te parler"....

Les hommes qui me parlent

« Tous ces hommes qui me parlent. Fils, mari, père, amis, écrivains morts et vivants. Une litanie de mots, d'heures effacées et revécues, de bonheurs révolus, de tendresses éclopées. Je suis offerte à la parole des hommes. Parce que je suis femme ». Ce récit autobiographique est une longu...

Indian Tango

Avril 2004, New Delhi. L'Inde est en pleine campagne électorale. Sonia Gandhi - l'Italienne, l'étrangère - deviendra-t-elle le prochain Premier ministre ?... Mais pour Subhadra, cinquante-deux ans, une femme ordinaire, la préoccupation est autre : fera-t-elle ce pèlerinage de renoncement des fe...

Voir tous les livres de Ananda Devi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

La romancière mauricienne Ananda Devi fait éclater dans " Moi, l'Interdite " la force et la beauté furieuses de son écriture originale. Cette dernière sert une histoire cruelle et dérangeante, à découvrir aux éditions Dapper. " Je suis née avec un bec-de-lièvre. Dans les villages, ils n'appellent pas cela une difformité ; ils l'appellent une malédiction. Mais je ne suis pas une malédiction. (...) Je suis une mise en garde. " L'héroïne de " Moi, l'Interdite " est d'une lucidité angoissante au vu du sort qui lui est réservé. A part le sobriquet de Mouna (la guenon), on ne lui connaît pas de nom. Cause de tous les malheurs de sa famille - mauvaise récolte, sécheresse ou cyclone -, elle attire sur elle la haine du village en son entier. La cruauté des siens est sans limites. Comme dans les contes de notre enfance, ses parents ne savent plus quoi faire pour se débarrasser d'elle. " Personne n'a vu que la sagesse de mes yeux était beaucoup plus lourde que celle du temps, que mon teint était une terre veinée d'or et que mes cheveux faisaient un bruit d'océan lorsque je bougeais. " Abandonnée dans le four à chaux, dévorée par les rats, elle ne trouvera de l'humanité que dans les yeux d'un chien jaune. Pour s'évader de ce monde qui la refuse et la nie, elle repense à sa " grand-mère grenier ", mise elle aussi au ban de la famille. Ses jambes inutiles en ont fait une bouche trop encombrante à nourrir, et ses enfants ont préféré la laisser pourrir au-dessus de leurs têtes. Bercée par le conte unique de sa grand-mère, celui du Prince Bahadour et de la belle Princesse Housna, morts de s'être aimés, elle recherche désespérément amour et tendresse. Le livre d'Ananda Devi, née au sud de l'île Maurice, est poignant et mystique. La romancière trempe sa plume dans les épices chaudes de son île et l'aiguise sur les coeurs de pierre de villageois cruels. Elle nous livre " cette histoire d'eau croupie ", " ce songe d'épines " qui a la beauté tragique des destins condamnés. Le récit, malgré le huis-clos souvent étouffant dans lequel se retrouve l'héroïne, est bien ancré dans la réalité de l'île Maurice. L'auteur n'hésite pas à mettre quelques réflexions amères dans la bouche de son personnage : " L'île, comme mes soeurs, s'habille de volants roses qui craquellent de mensonges (...) Elles suivaient la voie tracée pour elles depuis des siècles quand avait commencé à s'abolir la pensée des femmes. Grimpant une côte à peine plus escarpée qu'un monticule d'ordures et croyant ainsi atteindre le sommet de leurs envies. " -- Olivia Marsaud --