share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jihad : Expansion et déclin de l'islamisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jihad : Expansion et déclin de l'islamisme

Jihad : Expansion et déclin de l'islamisme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jihad : Expansion et déclin de l'islamisme"

Le dernier quart du XXe siècle a été marqué par l'émergence, l'ascension puis le déclin des mouvements islamistes. Si l'islamisme est un courant qui puise ses racines à la fin du XIXe siècle, Gilles Kepel postule dans son ouvrage l'autonomie de la séquence des 30 dernières années parce que la référence à l'islamisme y apparaît " comme une nouvelle utopie, un idéal politique qui s'est très largement substitué à l'idéal nationaliste qui prévalait depuis les indépendances " et qui a été " l'inspiratrice d'un mouvement social d'une ampleur particulière ". L'ambition du livre est donc de rendre compte du phénomène dans son ensemble, à travers le monde, de l'Iran à la Malaisie, du Soudan aux banlieues des capitales européennes, de la Bosnie à l'Afghanistan, " afin de transposer d'une situation à une autre les questions suscitées par telle expérience particulière, les éclairant mutuellement et élucidant ainsi ce que l'approche d'une seule laissait obscur ". À l'origine de ce travail, indique Gilles Kepel, il y eut une interrogation très simple : pourquoi " certains mouvements islamistes étaient parvenus à s'emparer du pouvoir (succès de la révolution iranienne), tandis que d'autres, (les plus nombreux), tels les mouvements égyptiens, y avaient échoué " ? C'est l'analyse sociologique qui fournit à l'auteur les clefs de son argumentation. La mouvance islamiste est selon lui " le produit de la mobilisation simultanée de groupes sociaux différents ", jeunesse urbaine pauvre, classes moyennes pieuses, intelligentsia islamiste sans oublier les groupuscules radicalisés et violents. Or aujourd'hui, " l'islamisme - comme amalgame de groupes sociaux différents soudés dans une idéologie commune - va commencer à se défaire, précipitant le déclin de l'ensemble ". Certains groupes, dans la foulée du jihad afghan s'orientent vers une radicalisation violente tandis que les groupes islamistes modérés issus des classes moyennes s'orientent vers l'alliance avec les groupes laïcs et procèdent à une réflexion qui s'articule autour de la démocratie et des droits de l'homme. On assiste aujourd'hui, indique l'auteur, à un travail de recomposition de l'identité dans le monde musulman où la référence à l'islam a une place mais n'a pas une place exclusive. " Aujourd'hui, en l'an 2000, l'épuisement de l'idéologie et de la mobilisation islamistes ouvre la voie à un [...] moment de dépassement : les musulmans peuvent tout à fait élaborer leur manière de s'inscrire dans un processus démocratique qui soit à la fois universelle et particulière ". L'enjeu est de voir " si les élites au pouvoir, qui bénéficient d'une opportunité historique pour promouvoir la démocratie dans les pays qu'elles contrôlent, sauront en saisir l'occasion, accomplir les sacrifices nécessaires pour élargir leur base sociale, ou persisteront dans une logique d'appropriation patrimoniale de l'Etat, annonciatrice de nouvelles tempêtes et de nouveaux désastres ". L'ouvrage est doté d'un appareil cartographique. --Yann Vinh-- --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 720  pages
  • Dimensions :  3.0cmx11.0cmx18.0cm
  • Poids : 331.1g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070418685
  • EAN13 :  9782070418688
  • Classe Dewey :  320.550917671
  • Langue : Français

D'autres livres de Gilles Kepel

Fitna

Avec les attentats du 11 septembre 2001, Ben Laden et son mentor le docteur Zawahiri visaient à galvaniser leurs partisans et à faire triompher l'islamisme radical dans le monde entier. A Washington, l'influent lobby néoconservateur repensait les intérêts stratégiques traditionnels des ...

Prix : 100 DH
Jihad

Le dernier quart du XXe siècle a été marqué par l'émergence, l'ascension puis le déclin des mouvements islamistes. Si l'islamisme est un courant qui puise ses racines à la fin du XIXe siècle, Gilles Kepel postule dans son ouvrage l'autonomie de la séquence des 30 dernières années parce qu...

Prix : 124 DH

Fitna

A partir de la mise en perspective des attentats du 11 septembre 2001, tente de démontrer que le terrorisme islamiste est vu par ses auteurs comme une occasion de sortir du déclin politico-religieux des années 90 et d'enclencher une nouvelle dynamique. Permet de comprendre les enjeux du conflit, ...

Prix : 177 DH
Les banlieues de l'Islam

Avec près de 3 000 000 de musulmans, plus de 1000 mosquées et lieux de prières, quelque 600 associations confessionnelles, l'Islam est la deuxième religion de l'Hexagone. Gilles Kepel retrace la progression de l'Islam en France depuis 1926, les querelles qui animent cette communauté [....]...

Voir tous les livres de Gilles Kepel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le dernier quart du XXe siècle a été marqué par l'émergence, l'ascension puis le déclin des mouvements islamistes. Si l'islamisme est un courant qui puise ses racines à la fin du XIXe siècle, Gilles Kepel postule dans son ouvrage l'autonomie de la séquence des 30 dernières années parce que la référence à l'islamisme y apparaît " comme une nouvelle utopie, un idéal politique qui s'est très largement substitué à l'idéal nationaliste qui prévalait depuis les indépendances " et qui a été " l'inspiratrice d'un mouvement social d'une ampleur particulière ". L'ambition du livre est donc de rendre compte du phénomène dans son ensemble, à travers le monde, de l'Iran à la Malaisie, du Soudan aux banlieues des capitales européennes, de la Bosnie à l'Afghanistan, " afin de transposer d'une situation à une autre les questions suscitées par telle expérience particulière, les éclairant mutuellement et élucidant ainsi ce que l'approche d'une seule laissait obscur ". À l'origine de ce travail, indique Gilles Kepel, il y eut une interrogation très simple : pourquoi " certains mouvements islamistes étaient parvenus à s'emparer du pouvoir (succès de la révolution iranienne), tandis que d'autres, (les plus nombreux), tels les mouvements égyptiens, y avaient échoué " ? C'est l'analyse sociologique qui fournit à l'auteur les clefs de son argumentation. La mouvance islamiste est selon lui " le produit de la mobilisation simultanée de groupes sociaux différents ", jeunesse urbaine pauvre, classes moyennes pieuses, intelligentsia islamiste sans oublier les groupuscules radicalisés et violents. Or aujourd'hui, " l'islamisme - comme amalgame de groupes sociaux différents soudés dans une idéologie commune - va commencer à se défaire, précipitant le déclin de l'ensemble ". Certains groupes, dans la foulée du jihad afghan s'orientent vers une radicalisation violente tandis que les groupes islamistes modérés issus des classes moyennes s'orientent vers l'alliance avec les groupes laïcs et procèdent à une réflexion qui s'articule autour de la démocratie et des droits de l'homme. On assiste aujourd'hui, indique l'auteur, à un travail de recomposition de l'identité dans le monde musulman où la référence à l'islam a une place mais n'a pas une place exclusive. " Aujourd'hui, en l'an 2000, l'épuisement de l'idéologie et de la mobilisation islamistes ouvre la voie à un [...] moment de dépassement : les musulmans peuvent tout à fait élaborer leur manière de s'inscrire dans un processus démocratique qui soit à la fois universelle et particulière ". L'enjeu est de voir " si les élites au pouvoir, qui bénéficient d'une opportunité historique pour promouvoir la démocratie dans les pays qu'elles contrôlent, sauront en saisir l'occasion, accomplir les sacrifices nécessaires pour élargir leur base sociale, ou persisteront dans une logique d'appropriation patrimoniale de l'Etat, annonciatrice de nouvelles tempêtes et de nouveaux désastres ". L'ouvrage est doté d'un appareil cartographique. --Yann Vinh-- --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.